Eek-A-Mouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Eek-A-Mouse

Description de cette image, également commentée ci-après

Eek-A-Mouse au festival de reggae de Swea en 2006

Informations générales
Nom Rypton Joseph Hylton
Naissance
Kingston Jamaïque Jamaïque
Activité principale Chanteur, auteur-compositeur-interprète
Genre musical Reggae
Instruments Chant
Années actives 1974 - Aujourd'hui
Site officiel www.eeksperience.com

Eek-A-Mouse, de son vrai nom Rypton Joseph Hylton, est un chanteur de reggae jamaïcain né le à Kingston.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eek-A-Mouse a grandi à Kingston et s'est découvert une passion pour le chant à l'âge de 15 ans alors qu'il était encore à l'école. C'est à l'âge de 17 ans, en 1974, qu'il enregistre sous son vrai nom, ses deux premiers titres My father's land, puis Creation. Ces titres ont été produits par son professeur de mathématiques, M. Dehaney. C'est en 1980, qu'il commence à travailler brièvement avec The Papa Roots, Black Ark, Jah Life. Son premier single très controversé Wa Do Dem sort en 1981, suivi de Modelling Queen, tous deux issus de son premier album Bubble Up Yu Hip et produits par le chanteur Linval Thompson. Il continue en 1981 avec les singles Once A Virgin, Modelling Queen et Virgin Girl. Il travaillera l'année suivante avec Scientist, le producteur Junjo Lawes, et les Roots Radics viennent également lui apporter leur soutien.

Il sort de nombreux tubes tous marqués par son style si particulier, qui a fait sa signature à travers le monde. Il réussit la même année à être programmé pour le festival Reggae Sunsplash. Sa prestation est très remarquée avec son titre Ganja Smuggling, et c'est ainsi qu'il revient pour le festival en 1982 et en 1984. En 1985, produit par Anthony and Ronald Welch, il sort son premier album Assassinator sous le label américain RAS Records. Suite à une baisse d'audience, Eek-A-Mouse enregistre son album suivant en Angleterre avec le producteur Cliff Carnegie.

Puis, en 1988, son succès se concrétise et il arrive à convaincre son nouveau public avec Eek-A-Nomics. Il signe l'année suivante avec le label Island, et décroche même le rôle de « Fat Smitty » dans le film New Jack City. Jusqu'au milieu des années 90, il continuera à enregistrer sous ce label, et certaines de ses chansons sont produites par Augustus Clarke, Daddy-O et Matt Robinson. En 1996, il enregistre Black Cowboy sur le label Sunset Blvd./Explicit. Sa voix semble alors avoir baissé d'une octave, mais son spécial « bingy-boingy » est toujours bien présent.

Jusqu'à la fin des années 90, il continue et enchaîne entre 200 et 250 spectacles par an. Il collabore notamment pendant cette période avec différents artistes comme Cocoa Brovaz, POD, Papas Culture ou encore MC Torch. Après des apparitions dans plusieurs compilations au Royaume-Uni, il sort début 2001 Eeksperience sur le label Coach House Records, suivi de Mouse gone wild et Eek-a-speeka.

En juin 2008, L'artiste vétéran Eek-a-Mouse a été l'auteur de propos à connotations racistes lors de sa conférence de presse tenue au Carifest CARES (Compassionate Artists Recognizing Entertainment Solutions). Répondant à une question de l'assemblée il s'est lancé dans une violente diatribe anti « white people » où il a expliqué que le reggae était tenu par les « blancs », citant sans distinction Sean Paul, Shaggy, Matisayhu, Ace of base, Bob Marley. Ces personnes là ne veulent pas que les noirs réussissent dans le reggae, explique-t-il, les blancs récupèrent de l'argent du reggae et moi, rien du tout.

Des propos desquels l'organisation du Carifest a tenu à se démarquer, regrettant le dérapage d'Eek-a-Mouse visiblement aigri de la tournure qu'a pris sa carrière.

Discographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :