Edwin Spanier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spanier.

Edwin Spanier

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Edwin Spanier, San Diego, 1980 (coll. MFO)

Naissance 8 août 1921
Washington, D.C.
Décès 11 octobre 1996 (à 75 ans)
Scottsdale (Arizona)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Champs Mathématiques
Institutions UC Berkeley
Diplôme Université du Michigan
Directeur de thèse Norman Steenrod
Étudiants en thèse Morris Hirsch
Elon Lages Lima (en)

Edwin Henry Spanier (8 août 1921 – 11 octobre 1996) est un mathématicien américain spécialiste de topologie algébrique. Il est co-inventeur de la dualité de Spanier-Whitehead (en) et de la cohomologie d'Alexander-Spanier (en) et auteur de l'ouvrage de référence Algebraic Topology.

Biographie[modifier | modifier le code]

Spanier a fait ses études à l'université du Minnesota, où il a obtenu sa maîtrise en 1941. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a servi l'armée américaine dans le corps des transmissions. En 1947, il a soutenu un Ph.D., sous la direction de Norman Steenrod, à l'université du Michigan[1]. Après une année postdoctorale à l'IAS (Institute for Advanced Study) à Princeton, il a obtenu un poste d'enseignant à l'université de Chicago en 1948. Il a été boursier Guggenheim à Paris en 1952-53 et membre de l'IAS en 1958-59[2].

Spanier a été professeur à Berkeley à partir de 1959.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Son premier article important, sur les groupes de cohomotopie (en), est paru aux Annals of Mathematics en 1949 ; à Chicago, il a publié avec Chern sur l'homologie des fibrés[2]. Il a ensuite introduit et développé, dans une série d'articles avec Whitehead, la dualité en théorie de l'homotopie et, avec Alexander, la théorie (co-)homologique qui porte leurs noms[3].

À partir de 1961, en collaboration avec Seymour Ginsburg (en), il a travaillé sur la structure des langages formels[3].

Publications[modifier | modifier le code]

(en) Algebraic Topology, Springer,‎ 1981 (1re éd. McGraw-Hill, 1966), xvi+528 p. (ISBN 978-0-387-90646-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Edwin Spanier sur le site du Mathematics Genealogy Project
  2. a et b (en) John J. O’Connor et Edmund F. Robertson, « Edwin Spanier », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
  3. a et b (en) Morris W. Hirsch, « Edwin Henry Spanier (1921-1996) », Notices Amer. Math. Soc., vol. 45, no 6,‎ 1998, p. 704-705 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]