Edwin Edwards

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Edwin Edwards

Edwin Edwards est un homme politique démocrate américain, né le 7 août 1927 dans la paroisse des Avoyelles en Louisiane.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut gouverneur de Louisiane durant trois mandatures (1972–1980, 1984–1988 et 1992–1996) et le gouverneur ayant servi le plus longtemps à ce poste. Edwards fut aussi, depuis le XIXe siècle, le premier gouverneur catholique et premier gouverneur francophone de Louisiane. Sans doute l'un des gouverneurs les plus populaires qu'ait connu cet État, à l'exception de Huey Long, il était une personnalité haute en couleur et figure légendaire de la politique louisianaise mais fut poursuivi le long de sa carrière par des accusations de corruption.

En 2001 il fut condamné à 10 ans de prison pour racket. Edwards débuta l'exécution de sa peine en octobre 2002 à Fort Worth au Texas et fut par la suite transféré dans la prison d'Oakdale, en Louisiane. À l'occasion de son 80e anniversaire, en aout 2007, plusieurs personnalités dont David C. Treen et J. Bennett Johnston, Jr. qu'Edwards avait battu aux élections ont demandé le pardon présidentiel pour l'ancien gouverneur, pardon non accordé. Edwards a été libéré le 13 janvier 2011.

Son père, Clarence Edwards, était un métayer presbytérien à moitié cadien et sa mère, Agnès (Brouillette) Edwards, était une cadienne catholique francophone. À la maison, Edwin Edwards parlait l'anglais et le français cadien.

Il est l'auteur d'une des phrases politiques les plus célèbres des États-Unis. Interrogé sur la popularité dont il s'enorgueillissait, il déclara que personne ne pouvait le battre, à moins qu'il ne soit « pris en flagrant délit au lit avec un garçon vivant ou une fille morte[1] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fin de partie pour Hillary », Bakchich.info