Edward Tylor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Edward Tylor

Edward Burnett Tylor (1832 - 1917) est un anthropologue britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Edward Tylor est né à Camberwell en 1832. Fils de Joseph Tylor et Harriet Skipper, il grandit dans une famille quaker fortunée, propriétaire d'une usine de laiton de la capitale. Il se spécialise dans la culture.

Il fait ses études à Grove School House, Tottenham, mais en raison de la mort de ses parents, il n'obtient pas de diplôme universitaire[1]. Après la mort de ses parents, il se prépare à aider à gérer l'entreprise familiale mais ce projet est suspendu par des symptômes compatibles avec l'apparition de la tuberculose. On lui conseille de gagner des climats plus chauds et Tylor quitte l'Angleterre pour les États-Unis en 1855. Son voyage se poursuit ensuite à Cuba puis au Mexique. L'expérience s’avère décisive dans la trajectoire du jeune homme, éveillant un intérêt qui ne se démentira pas pour l'étude des cultures étrangères.

Au cours d’un trajet en bus dans les rues de La Havane, Tylor rencontre Henry Christy, un archéologue de confession quaker qui le convainc de l'accompagner à Mexico[2]. Leur voyage commun stimule grandement l’intérêt naissant de Tylor pour l’anthropologie et la préhistoire.

Premier titulaire d'une chaire d'anthropologie à l'université d'Oxford en 1895[3] , il proposa un traitement statistique des données ethnographiques afin de rechercher les corrélations entre les institutions. Souscrivant à la thèse évolutionniste en honneur à l'époque, il y intégra ses analyses de la religion et des mythes, perçus comme des survivances de l'état sauvage. Il est considéré aujourd'hui comme le fondateur de l'anthropologie britannique, il est notamment célèbre pour sa définition ethnologique de la culture.

Théories[modifier | modifier le code]

Les stades[modifier | modifier le code]

Il est le premier à aborder les faits culturels avec une visée générale et systématique. Avec son ouvrage Primitive Culture, il pose les prémisses d'une autonomie de l'anthropologie sociale. Il y développe la théorie de l'animisme qui constitue selon lui le premier stade de la religion humaine. Elle tire son origine de l'expérience du rêve que fait chaque être humain, le poussant à dissocier le corps physique du corps psychique, soit à concevoir que l'être humain a une âme. Ainsi l'homme serait tenté d'attribuer cette même faculté à son environnement. Les objets, la nature disposant alors, eux aussi, d'une âme. Le second stade, pour Tylor, est constitué par le polythéisme, évolution logique selon lui, de l'animisme. Le dernier stade serait le monothéisme.

Une nouvelle définition de la culture[modifier | modifier le code]

Définition de la culture selon Tylor : "Ensemble complexe qui englobe des notions, des connaissances, les croyances, les arts, la morale, les lois, les coutumes, et tout autre capacités et habitudes acquises par l’Homme en tant que membre d’une société"

Tylor est novateur en ce qu'il considère la culture comme un fait universel, et se détache du sens français originel de culture comme marque de distinction, comme dans l'expression "un être cultivé". Il innove aussi en ne restreignant pas la possession d'une culture à certaines populations uniquement, comme les blancs. Enfin il insiste sur le caractère acquis de la culture, ce qui n'était pas évident dans une société très naturalisante. Il étudie aussi les fondements des civilisations.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Lowrie, Edward B. Tylor. American Anthropologist, New Series Vol. 19, n°2, Avril-juin 1917, pp. 262-268.
  2. V.S Upadhyay, Gaya Pandey, History of anthropological thought, Concept Publishing Company, New Delhy, 1993, p. 33 et s.
  3. Peter Rivière, A history of Oxford anthropology, Berghahn Books, 2007, p. 28.

Bibliographie[modifier | modifier le code]