Edward Thomas Copson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Edward Thomas Copson (21 août 1901 à Coventry, Angleterre - 16 février 1980 à St Andrews, Écosse) est un mathématicien britannique qui a beaucoup contribué au développement des mathématiques à l'université de St Andrews.

Biographie[modifier | modifier le code]

Copson fut élève à la King Henry VIII School (en) de Coventry puis étudiant au St John's College d'Oxford. Edmund Whittaker l'employa comme assistant à l'université d'Édimbourg, où il passa ensuite son doctorat en sciences[1] et fut élu Fellow de la Société royale d'Édimbourg[2].

Il épousa Beatrice, la fille aînée de Whittaker[3], et quitta Édimbourg pour un poste à l'université de St Andrews, comme Regius Professor of Mathematics (en) de 1950[2] à 1969 puis directeur de la faculté des sciences et enfin directeur du United College (l'un des deux « collèges » de cette université). Il contribua à faire construire le nouveau bâtiment de l'institut de mathématiques de l'université.

En 1942, la Société royale d'Édimbourg lui décerna la Keith Medal (en) pour ses recherches en mathématiques[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Le premier domaine de recherches de Copson fut l'analyse (développements asymptotiques, équations différentielles et intégrales…) et ses applications à des problèmes de physique théorique. Son premier ouvrage, The Theory of Functions of a Complex Variable, publié en 1935, eut beaucoup de succès aux États-Unis[1].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Asymptotic Expansions
  • Metric Spaces
  • Partial Differential Equations
  • The Theory of Functions of a Complex Variable

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) John J. O’Connor et Edmund F. Robertson, « Edward Thomas Copson », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
  2. a, b et c (en) John J. O’Connor et Edmund F. Robertson, « E T Copson appointed Regius professor at St Andrews », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
  3. (en) LMS Newsletter, § « Whittaker and Watson »

Liens externes[modifier | modifier le code]