Edward McMillan-Scott

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Edward McMillan-Scott en 2014

Edward McMillan-Scott, né le 15 août 1949 à Cambridge, est un homme politique britannique, député européen depuis 1984 et vice-président du Parlement européen depuis 2004. Il siège au groupe de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ADLE).

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Après avoir été exclu du Parti conservateur en 2009, il a rejoint les LibDem en 2010.

Il s'est manifesté en faveur de plus d'intégration européenne en signant l'appel du Groupe Spinelli.

Points de vue[modifier | modifier le code]

Tibet[modifier | modifier le code]

Le 16 mars 2011, en commémoration du soulèvement tibétain de 1959, avec le député européen Kristiina Ojuland, il a organisé un séminaire sur Tibet au Parlement européen intitulé 52 Years since the Tibetan Uprising: Common Ground for Tibet and China? Thomas Mann, Kelsang Gyaltsen, Roy Strider et Vincent Metten y participèrent[1].

Allégations de prélèvements d'organes sur des pratiquants du Falun Gong[modifier | modifier le code]

Edward McMillan-Scott s’est rendu en Chine ayant pour mission d’établir les faits en mai 2006[2].

Son guide, Cao Dong, a affirmé être au courant des prélèvements d’organes. Ce dernier a déclaré avoir été en prison et avoir vu le cadavre de son ami pratiquant de Falun Gong « dans la morgue avec des trous là où les parties du corps avaient été prélevées »[3]. Après cette rencontre entre Cao Dong et Edward McMillan-Scott, l’intermédiaire a été arrêté. Les autorités l'ont transféré en septembre vers la province du Gansu et ont émis un mandat d’arrêt. Il a été poursuivi en décembre sur quatre chefs d'accusation. Les juges ont estimé que l'affaire ne pouvait pas aller au procès car elle relevait de la compétence du Bureau 610 à Pékin (le bureau en charge de la répression du Falun Gong).

En janvier 2013, Edward McMillan-Scott se déclare convaincu que des membres du mouvement Falun Gong sont tués afin de recueillir leurs organes[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) EP commemorates the 52nd anniversary of the Tibetan National Uprising
  2. Proposition de résolution présentée par le député Suisse M. Eric Stauffer 28 novembre 2006
  3. (en) Edward McMillan-Scott, Olympic athletes compete under the shadow of genocide – Yorkshire Post, 1er août 2008.
  4. Pierre Guerrini (journaliste de Mediapart) Mission d'enquête parlementaire au Tibet ... ? 24 janvier 2013. Citation du vice Président du Parlement européen Edward McMillan-Scott : « Je suis également convaincu que les prisonniers tibétains ont été délibérément tués, par le régime de Pékin, pour que leur soient prélevés des organes sains en vue d'opérations chirurgicales et de greffes ... Comme ce fut le cas pour d'autres groupes religieux - qui, ni ne fument, ni ne boivent - tels que les Ouïgours et les adeptes et pratiquants de Falun Gong »

Liens externes[modifier | modifier le code]