Edward Hawke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hawke.
Edward Hawke
1er baron Hawke
Edward Hawke, 1er baron Hawke
Edward Hawke, 1er baron Hawke

Naissance 21 février 1705
à Londres, Grande-Bretagne
Décès 17 octobre 1781 (à 76 ans)
à Sunbury, Middlesex, Grande-Bretagne
Origine Britannique
Allégeance Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne
Arme Pavillon de la Royal Navy Royal Navy
Grade Admiral of the Fleet
Conflits Guerre de Succession d'Autriche
Guerre de Sept Ans
Faits d'armes Bataille du cap Finisterre
Bataille des Cardinaux
Distinctions Ordre du Bain
Autres fonctions First Lord of the Admiralty
Member of Parliament

Edward Hawke, né le 21 février 1705, à Londres et mort le 17 octobre 1781, à Sunbury, Middlesex (aujourd'hui dans le Surrey), 1er baron Hawke, était un amiral de la Royal Navy pendant la guerre de Sept Ans.

Origines et premières armes[modifier | modifier le code]

Edward Hawke, fut le fils unique de Edward Hawke avocat de son état. Du côté de sa mère, il était le neveu du colonel Martin Bladen (1680-1746), politicien, et avait des relations avec la famille des Fairfax. Hawke intégra la Marine le 20 février 1720 et y servit le temps nécessaire pour lui permettre d'obtenir le grade de lieutenant dans les stations d'Amérique du Nord et des Caraïbes. Bien qu'ayant passé avec succès l'examen de lieutenant de vaisseau le 2 juin 1725, il n'obtient un poste qu'en 1729, troisième lieutenant à bord du Portland qui servait dans la Manche. En cette période de paix, les occasions de se distinguer étaient rares, mais Hawke était chanceux : il obtint ainsi le grade de capitaine de corvette et commanda le Wolf en 1733 puis en tant que capitaine de vaisseau le Flamborough en 1734.

La guerre de Succession d'Autriche[modifier | modifier le code]

La bataille du cap Finisterre. L'escorte française est anéantie par l'attaque de Hawke sur les deux bords, sauf L'Intrépide qui réussit secourir son navire amiral, Le Tonnant et à le prendre en remorque.

Quand la guerre éclata avec l'Espagne en 1739, il prit le commandement du Portland, son ancien bâtiment, qu'il mena dans les Antilles. Son navire, construit en 1693 et refondu en 1723, était vieux et usé, il manqua de couler en emportant son équipage avec lui. Il fut alors démoli et son équipage dispersé en 1743. L'année suivante, Hawke fut nommé commandant du Berwick, un vaisseau tout neuf de 70 canons, et fut attaché à la flotte de Méditerranée alors sous le commandement de Thomas Mathews. Le Berwick avait un équipage peu amariné ou peu compétent, la maladie sévit à bord, ce qui n'empêcha pas Hawke de se distinguer lors de la bataille du cap Sicié, le 22 février 1744, de par la façon dont il mena son bâtiment au combat. Ce fut à lui que se rendit le vaisseau espagnol Poder, bien que le navire fût repris par les Français puis incendié, Hawke n'était pas responsable de cette perte. Son courage attira l'attention du Roi. On dit qu'ayant été démis de ses fonctions pour avoir quitté la ligne de bataille afin d'attaquer le Poder, il y fut restauré par le roi en personne. Cette anecdote fut cependant la suite logique des nombreuses cours martiales qui eurent lieu après la décevante bataille. En revanche, il paraît plus probable que lorsque l'Amirauté tenta d'ignorer le nom de Hawke dans les promotions au grade d'amiral, le roi George II insista pour qu'il reste sur la liste des amiraux éventuels.

Il n'eut pas d'autres occasions de sortir du rang et de se distinguer avant l'année 1747. En juillet, il atteint le grade d'officier général et se voit nommer commandant en second de la flotte de la Manche. Grâce à la santé fragile de son supérieur, il est détaché avec quatorze bâtiments de ligne pour intercepter un convoi français à destination des Antilles.

Le 14 octobre 1747, il rencontre son adversaire dans le golfe de Gascogne. Les vaisseaux français sont commandés par le marquis de L'Estenduère qui dispose de 8 vaisseaux. Hawke les attaque, cette rencontre donne lieu à la bataille du cap Finisterre. L'Éstenduère envoie un de ses bâtiments escorter les navires marchands et avec les bâtiments restants forment la ligne de bataille traditionnelle. Mais Hawke est bien décidé a engager le combat. Au lieu d'attaquer les navires français selon la tactique de la traditionnelle ligne de file, il divise son escadre en deux et remonte la ligne française après avoir écrasé son arrière-garde, obligeant les vaisseaux français à se battre des deux bords, encaissant deux bordées à la fois. Malgré la défense héroïque des Français, six d'entre eux sont capturés; seul le navire-amiral, Le Tonnant (80 canons) parvient à s'échapper non sans avoir été dégagé par L'Intrépide avec qui il se réfugie à Brest. Le convoi avait certes été sauvé par le sacrifice des vaisseaux français, mais une fois aux Antilles, bon nombre de ces navires marchands furent capturés par des corsaires ou des patrouilles britanniques.

En récompense de cette victoire, Hawke fut fait Chevalier de l'Ordre du Bain. L'année suivante, la paix était signée à Aix-la-Chapelle.

La guerre de Sept Ans[modifier | modifier le code]

En 1747, Hawke fut élu Membre du Parlement à Portsmouth, qu'il représenta pendant trente ans. Un siège au Parlement était toujours utile pour un officier de la Marine à cette époque puisqu'il permettait à ce dernier de se montrer utile aux ministres et augmentait ses chances d'obtenir un emploi dans ce domaine. En 1737, Hawke avait épousé une riche Lady et fut ainsi capable de couvrir les dépenses que lui occasionnait son siège au Parlement, dépenses qui, à l'époque, étaient considérables, les votes étant ouvertement orientés par un paiement. Dans l'intervalle entre la guerre de Succession d'Autriche et la guerre de Sept Ans, Hawke fut pratiquement tout le temps en service actif. De 1748 à 1752, il commandait une petite flotte et en 1755, il hissa sa marque de nouveau en tant qu'amiral de l'escadre Occidental. Bien que la guerre ne fût pas déclarée -ouvertement tout du moins-, la France et l'Angleterre étaient toutes très hostiles et les conflits entre les officiers des deux puissances en Amérique avaient eu lieu dès 1754. Aucun des deux gouvernements ne semblait rebuté à l'idée d'utiliser la force en période de paix… Ainsi Hawke fut envoyé intercepter une escadre française qui croisait au large de Gibraltar mais il ne la rencontra pas. Il rentra au pays avec des équipages affaiblis par la maladie.

Edward Lord Hawke. Réplique d'une dent de baleine

En juin 1756, les nouvelles de la défaite de l'amiral John Byng devant Minorque atteignirent l'Angleterre et soulevèrent une grande indignation. Hawke fut envoyé pour relever Byng de son commandement et lui annoncer son renvoi au pays afin d'y passer en jugement (qui aboutit à son exécution). Il fit le voyage à bord de l'HMS Antelope. Cependant Minorque était tombée, sa garnison affamée au Fort St. Philip s'étant rendue sans que Hawke puisse lui porter le moindre secours. Il décida donc de croiser au large de Marseille et Toulon, on lui reprocha plus tard de ne pas avoir mis le blocus devant Minorque ce qui aurait conduit la garnison française à se rendre affamée et manquant d'eau (qui faisait cruellement défaut sur cette île). Hawke fut rappelé en Angleterre pendant l'hiver et débarqua le 14 janvier 1757. Le 24 février suivant, il fut promu amiral de la Bleue[1] .

Bien qu'il ne fut pas en très bon terme avec le Premier Ministre Pitt, ses qualités de marin lui valurent de nombreux commandements importants. À la fin de l'été 1757, il était pressenti pour commander les forces navales en vue d'une invasion de la France. Ce type d'opérations était particulièrement apprécié par Pitt, qui considérait qu'elles affaiblissaient la France autant qu'elle renforçait le moral de l'Angleterre. Mais les contemporains pensaient que c'était comme jeter de l'argent par les fenêtres. L'expédition de 1757 fut dirigé contre Rochefort et fut un fiasco. Hawke qui n'attendait vraisemblablement rien de bon de cette expédition, ne remplit ses fonctions que ponctuellement sans montrer le moindre zèle. L'expédition rentra à Spithead le 6 octobre. L'échec de cette expédition ne rejaillit cependant pas sur Hawke et le fit tomber en semi-disgrâce. À la fin de l'année 1757 et au début de 1758, il continua à patrouiller dans la Manche à la recherche de vaisseaux français, sans grand succès. Au mois de mai de cette année, il détacha une escadre sous le commandement de Howe pour mener de nouvelles opérations combinées. Hawke considéra ceci comme un manque de respect, se mettant au mauvais termes avec l'Amirauté. Il voulut démissionner de son poste mais dut le reprendre. Il se retira en juin pour se reposer, mais la menace d'une invasion française le fit reprendre du service en mai 1759.

Il dirigea ensuite le blocus de Brest pendant 6 mois. La flotte française dirigée par le comte de Conflans, profite d'une tempête pour quitter le port. Le 20 novembre 1759, il dirige la bataille des Cardinaux contre le Maréchal de Conflans en baie de Quiberon. Cette victoire, combinée à celle d'Edward Boscawen en baie de Lagos, éloigne alors toute menace d'invasion française.

Il accède au rang de Contre-Amiral de Grande-Bretagne en 1763 puis de vice-amiral de la Grande-Bretagne en novembre 1765 puis est promu au rang de First Lord of the Admiralty (Premier Lord de l'Amirauté) en décembre 1766 et sert jusqu'en janvier 1771. Il devient baron en 1776.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les officiers généraux de la Royal Navy sont, à cette époque, classés selon 3 escadres fictives. On trouve l'escadre Bleue, puis la Blanche et enfin la Rouge. Un officier général commencera comme contre-amiral de la Bleue; il passera plus tard dans la "Blanche" puis dans la "Rouge". Sa carrière continuera, si tout va bien pour lui, avec les trois échelons du grade de vice-amiral, pour arriver aux trois échelons du grade d'amiral. Nelson a ainsi terminé, prématurément, sa carrière comme vice-amiral de la Blanche.

Sources[modifier | modifier le code]

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jonathan R. Dull, La guerre de Sept Ans, histoire navale, politique et diplomatique, Les Perséïdes,‎ 2009 (ISBN 978-2915596366)
En anglais 
  • (en) Fred Anderson, Crucible of War : The Seven Years' War and the Fate of Empire in British North America, 1754-1766, Londres, Faber and Faber,‎ 11 février 2000 (ISBN 0375706364)
  • (en) Peter Douglas Brown, William Pitt, Earl of Chatham : The Great Commoner, Londres, George Allen & Unwin,‎ 1978, 448 p.
  • (en) Reed Browning, The War of the Austrian Succession, Alan Sutton,‎ 1994, 445 p. (ISBN 0750910682)
  • (en) Stephen Brumwell, Paths of Glory : the life and death of General James Wolfe, Hambledon Continuum,‎ 2006 (ISBN 1847252087, OCLC 82143861)
  • (en) Julian Stafford Corbett, England in the Seven Years War : A study in combined operations, vol. II, Londres, Longmans, Greens,‎ 1907
  • Jonathan R. Dull, The French Navy and the Seven Years' War. University of Nebraska, 2005
  • (en) Andrew Lambert, Admirals : The Naval Commander Who Made Britain Great, Faber and Faber,‎ 2009 (ISBN 978-0-571-23156-0)
  • (en) Charles L. Lewis, Famous old-world sea fighters, Ayer Publishing,‎ 1er juin 1929, 362 p. (lire en ligne)
  • (en) Frank McLynn, 1759 : The Year Britain Became Master of the World, Pimlico,‎ 2005, 432 p. (ISBN 9780099526391)
  • (en) Dudley Pope, At 12 Mr Byng was shot, Londres, Phoenix Press,‎ 28 octobre 2002 (1re éd. 1962), 352 p. (ISBN 1842126075)
  • (en) N.A.M. Rodger, Command of the Ocean : A Naval History of Britain, 1649-1815, Penguin Books,‎ 7 septembre 2006, 129 x 198 mm, 1000 p. (ISBN 9780141026909)
  • (en) Peter Whiteley, Lord North : The Prime Minister Who Lost America, Hambledon Press,‎ 1996

Liens externes[modifier | modifier le code]