Vavá

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Edvaldo Izidio Neto)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vava.
Vavá
Brasil - 1958.jpg
L'équipe du Brésil championne du monde en 1958. Vavá est le 4e joueur accroupi en partant de la gauche.
Biographie
Nom Edvaldo Izídio Neto
Nationalité Drapeau : Brésil Brésilien
Naissance 12 novembre 1934
Lieu Recife (Brésil)
Décès 19 janvier 2002 (à 67 ans)
Lieu Rio de Janeiro (Brésil)
Taille 1,74 m (5 9)
Poste Attaquant
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1949-1950 Drapeau : États-Unis du Brésil Sport Recife
1951-1958 Drapeau : États-Unis du Brésil Vasco da Gama
1958-1961 Drapeau : Espagne Atlético Madrid
1961-1963 Drapeau : États-Unis du Brésil Palmeiras
1964-1967 Drapeau : Mexique Club América
1967-1968 Drapeau : Mexique Toros Neza
1968 Drapeau : États-Unis San Diego Toros
1969 Drapeau : Brésil Portuguesa
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1955-1964 Drapeau : États-Unis du Brésil Brésil 20 (15)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1971-1972 Drapeau : Espagne Córdoba CF
1974-1975 Drapeau : Espagne Córdoba CF
1977-1978 Drapeau : Espagne Grenade CF
1984-1985 Drapeau : Qatar Al-Rayyan SC
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Edvaldo Izidio Neto, plus connu sous le nom de Vavá, est un footballeur brésilien né le 12 novembre 1934 à Recife et mort le 19 janvier 2002 à Rio de Janeiro. Ce joueur important de l'équipe du Brésil victorieuse lors de la Coupe du monde 1958 et de celle de 1962 est considéré comme l'un des meilleurs buteurs de sa génération. Il évoluait au poste d'attaquant et est devenu entraîneur après sa carrière de joueur.

Carrière[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Edvaldo Izídio Neto débute sa carrière professionnelle en 1949 avec le club de sa ville de naissance, le Sport Recife, il est alors âgé d'une quinzaine d'années. La même année, il remporte avec cette équipe le championnat du Pernambouc[1]. En 1951, Vavá est transféré à Vasco de Gama, à Rio de Janeiro. En huit saisons avec le Vascão, il participe à la victoire de trois éditions du championnat de Rio : en 1952, en 1956 et en 1958[1]. 1958 marque aussi la victoire de Vasco de Gama dans le tournoi Rio-São Paulo qui oppose les meilleures équipes de chaque État[1].

Vavá fait son arrivée dans le championnat espagnol lors de la saison 1958-59, il rejoint l'Atlético de Madrid[2]. S'il marque 17 buts lors de cette saison, ce n'est qu'à la saison suivante que l'Atlético remporte le championnat ; Vavá et ses coéquipiers réitèrent la performance en 1960-61[3].

Après ce titre en Europe, il retourne au Brésil puisqu'il est transféré à Palmeiras, il y reste trois saisons[2]. Vavá rejoint ensuite le championnat mexicain, il évolue au sein du Club América de 1964 à 1967 ; il effectue cependant une parenthèse d'une saison en Espagne, avec l'Elche CF[2],[4]. Transféré au Toros Neza en 1967, il ne reste même pas toute la saison avec le club et rejoint les San Diego Toros[2]. Il met un terme à sa carrière en 1969 avec le club brésilien de Portuguesa[1],[4].

En sélection[modifier | modifier le code]

Vavá (no 20) avant de marquer son second but, sur une passe de Garrincha, en finale de la Coupe du monde de 1958.

Edvaldo Izídio Neto est sélectionné pour la première fois avec l'équipe du Brésil en novembre 1955 lors d'un match qui oppose lui et ses coéquipiers au Paraguay ; le Brésil gagne sur le score de 3 à 0, Vavá ne marque pas[5],[4]. Il ne participe à aucun match de la Seleção jusqu'en 1958 lors d'une nouvelle rencontre contre le Paraguay : c'est à cette occasion qu'il marque pour la première fois en équipe nationale, à seulement un mois du début de la Coupe du monde 1958[4].

C'est justement au cours de cette compétition que Vavá s'illustre au niveau international. Le Brésil termine premier du groupe D : Vavá ne joue pas lors du premier match contre l'Autriche[B 1], celui contre l'Angleterre se solde par un score vierge (le premier de l'histoire de la Coupe du monde[6]), le dernier match oppose le Brésil à l'Union soviétique et Vavá inscrit les deux seuls buts de la rencontre[4]. Après une victoire en quarts de finale contre le Pays de Galles à laquelle il ne participe que depuis le banc, Vavá marque lors des deux matches menant au titre : d'abord à une reprise contre la France (la demi-finale se solde par le score de 5 buts à 2), puis à deux reprises en finale contre la Suède[4]. Cette finale remportée par le Brésil 5 buts à 2 contre le pays organisateur comprend un autre doublé, celui du jeune Pelé[7] ; le dernier but est celui de Zagallo[8]. C'est le premier titre de champion du monde des Auriverde.

Entre la finale de 1958 et la Coupe du monde de 1962, Vavá ne dispute que quelques matches dont plusieurs en préparation de la compétition durant le mois de mai 1962[4]. Lors de cette édition tenue au Chili, Vavá participe à tous les matches et marque au moins un but à chaque rencontre de la phase finale, il effectue un doublé contre le Chili en demi-finale[4]. Le but qu'il marque lors de la finale contre la Tchécoslovaquie lui permet d'entrer dans le club très fermé des joueurs ayant marqué lors de deux finales de Coupe du monde[7],[B 2]. Avec 4 buts, Vavá est soulier d'or, à égalité avec plusieurs autres attaquants, notamment son compatriote Garrincha[9].

Il met un terme à sa carrière internationale en 1964 : en 20 sélections, il a marqué par 15 fois, dont 9 fois en Coupe du monde[4]. Issu de cette génération exceptionnelle d'attaquants brésiliens, Vavá reste souvent dans l'ombre de Garrincha et de Pelé[7].

En tant qu'entraîneur[modifier | modifier le code]

Peu après la fin de sa carrière de joueur, Vavá devient entraîneur du Córdoba CF pour la saison 1971-72, le club est relégué en deuxième division[10] ; il entraîne à nouveau ce club en 1975-75. Le président du club d'alors s'est déclaré très satisfait du travail de Vavá[11]. Il entraîne ensuite Grenade CF en deuxième division pour la saison 1977-78. Il officie au club Al-Rayyan SC au sein du championnat qatari pour la saison 1984-85.

Sur le banc de l'équipe nationale, il est l'assistant de Telê Santana dans les années 1980. Il est également sélectionneur pour l'équipe du Brésil des moins de 20 ans pour la Coupe du monde de 1981 : ils parviennent jusqu'aux quarts de finale[11].

Vavá n'a pas eu le même succès en tant qu'entraîneur qu'en tant que joueur : il aurait voulu entraîner le Vasco da Gama mais n'y est jamais parvenu[11].

Clubs[modifier | modifier le code]

En tant que joueur[modifier | modifier le code]

En tant qu'entraîneur[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Brésil remporte le match 3 buts à 0.
  2. Ce club comprend, en plus de Vavá, Pelé, Zidane et Breitner. Vavá est cependant le premier joueur à effectuer cette performance puisque Pelé ne marque à nouveau en finale qu'en 1970.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Biographie de Vavá. », sur sport-histoire.fr (consulté le 30 septembre 2014)
  2. a, b, c et d (en) « Fiche de Vavá », sur national-football-teams.com (consulté le 1 octobre 2014)
  3. (en) « Vavá: Edvaldo Izidio Neto », sur bdfutbol.com (consulté le 1 octobre 2014)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Statistiques de Vavá », sur sambafoot.com (consulté le 30 septembre 2014)
  5. (en) « Sélections nationales de Vavá », sur national-football-teams.com (consulté le 30 septembre 2014)
  6. Éric Lemaire, « Premiers matches, premiers buteurs », France Football, no 3346 bis,‎ 28 mai 2010, p. 26
  7. a, b et c « Vavá, à jamais le premier (même devant Pelé) », sur francetvsport.fr,‎ 15 juin 2014 (consulté le 30 septembre 2014)
  8. « Le Brésil est champion du monde, enfin ! », sur fifa.com (consulté le 30 septembre 2014)
  9. « Garrincha mène le Brésil vers de nouveaux sommets », sur fifa.com (consulté le 30 septembre 2014)
  10. (en) « Spain, Final Tables 1969-1979 », sur rsssf.com (consulté le 1 octobre 2014)
  11. a, b et c (pt) « Dez anos sem Vavá: memórias sobre um mito de façanhas e frustrações », sur espbr.com,‎ 19 janvier 2012 (consulté le 1 octobre 2014)