Eduardo Lourenço

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eduardo Lourenço

Eduardo Lourenço, né à Almeida, dans la province de Guarda au Portugal, le 29 mai 1923, est un essayiste, philosophe et écrivain portugais.

Il suivit des études d'histoire et de philosophie à l'université de Coimbra. Il quitta le Portugal pour l'Allemagne et le Brésil en 1953[1]. Il enseigna à l'université de Nice de 1960 à 1989, puis devint conseiller culturel à Rome[1]. Grand connaisseur de l'œuvre de Fernando Pessoa et magistral explorateur de la saudade, la mélancolie portugaise, essayiste plein d'acuité, c'est aussi un grand européen témoignant des désillusions portugaises. Il a reçu le Prix européen de l'essai Charles Veillon en 1988.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Miroir imaginaire, Essai sur la peinture (1981) ;
  • Nous et l'Europe ou les Deux Raisons (1988) ;
  • Pessoa, Etranger Absolu (1990) ;
  • L'Europe introuvable : jalons pour une mythologie européenne (1991), Éditions Métailié, « Bibliothèque portugaise » - rééd. (2010) ;
  • Montaigne ou la Vie écrite (1992) ;
  • Fernando Pessoa, roi de notre Bavière (1993) ;
  • L'Europe désenchantée : pour une mythologie européenne (1994) ;
  • Le chant du Signe : existence et littérature (1994) ;
  • Camões 1525-1580 (1994) ;
  • La splendeur du chaos (1998) ;
  • Mythologie de la saudade, Essais sur la mélancolie portugaise (2000)([1]voir un commentaire) ;
  • Le labyrinthe de la Saudade : psychanalyse mythique du destin portugais (2004).

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Eduardo Lourenço (Portugal), site officiel d'arte. Consulté le 5 septembre 2009.