Edna O'Brien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir O'Brien.

Edna O'Brien (née le 15 décembre 1930) est une romancière irlandaise, également auteur de nouvelles. Son œuvre est souvent centrée sur les émotions intimes des femmes, sur leurs problèmes de relations aux hommes et à la société dans son ensemble. De par leur contenu (on y parle ouvertement de sexualité), ses romans contestent ouvertement l'ordre moral et familial de l'Irlande catholique et nationaliste, contribuant ainsi à alimenter ce que l'on a appelé le révisionnisme culturel irlandais.

Vie et carrière[modifier | modifier le code]

Edna O'Brien est née à Tuamgraney, dans le comté de Clare en Irlande, un endroit qu’elle devait décrire plus tard comme "ardent", "replié" et "catastrophique". Selon O'Brien, sa mère était une femme forte et autoritaire qui avait émigré pour un temps en Amérique et travaillé comme employée de maison dans une famille aisée de New York avant de rentrer en Irlande pour y fonder sa propre famille.

Edna O'Brien obtient en 1950 son diplôme en pharmacie. Contre la volonté de ses parents, elle épouse en 1954 l’écrivain irlando-tchèque Ernest Gébler et le couple s’installe à Londres. Ils auront deux fils, Carlos et Sasha, avant de se séparer en 1964.

En Irlande, Edna O'Brien lisait Tolstoï, Thackeray et F. Scott Fitzgerald. Le premier livre qu’elle avait acheté avait été Introducing James Joyce de T. S. Eliot. Selon elle, c’est la lecture du livre de James Joyce Portrait de l'artiste en jeune homme qui lui a fait comprendre qu’elle voulait consacrer le reste de sa vie à la littérature.

Elle a publié son premier livre, The Country Girls (Les filles de la campagne), en 1960. Ce devait être la première partie d’une trilogie romanesque comprenant aussi The Lonely Girl (1962) et Girls in Their Married Bliss (1964). Peu après leur publication, ces livres ont été interdits en Irlande, et dans certains cas brûlés, en raison de la description explicite de la vie sexuelle de leurs personnages.

Le roman A Pagan Place, publié en 1970, traitait de son enfance dans une ville irlandaise à l’environnement répressif. De fait, ses parents étaient violemment opposés à tout ce qui se rappportait à la littérature, et sa mère désapprouvait fortement sa carrière d’écrivain.

En 1981 elle écrit une pièce de théâtre, Virginia, consacrée à Virginia Woolf et représentée d’abord au Canada puis à Londres. Elle est également l’auteur de biographies de James Joyce et de Lord Byron.

Elle a reçu de nombreuses récompenses pour ses œuvres, notamment le prix Kingsley Amis Award en 1962, et le Los Angeles Times Book Prize en 1990. En 2006 elle a été nommée professeur de littérature anglaise à l’University College de Dublin et en 2009, on lui a attribué pour l’ensemble de son œuvre le Bob Hughes Lifetime Achievement Award.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • The Country Girls, 1960
  • The Lonely Girl, 1962 ; The Girl with Green Eyes', 1964
  • Girl in Their Married Bliss, 1964
  • August Is a Wicked Month, 1965
  • Casualties of Peace, 1966
  • A Pagan Place, 1970
  • Night, 1972
  • Johnny, I Hardly Knew You, 1977
  • A Fanatic Heart. Selected Stories, 1984
  • The Hight Road, 1988
  • Lantern Slides, 1988
  • Time and Tide, 1992
  • House of Splendid Isolation, 1994
  • Down by the River, 1996
  • Wild December, 1999
  • In The Forest, 2002
  • The Light of Evening, 2006

Biographies[modifier | modifier le code]

  • James Joyce, 1999
  • Byron in Love, 2009

En français[modifier | modifier le code]

  • Un cœur fanatique [« A Fanatic Heart »], Paris, trad. Léo Dilé, Éditions Fayard,‎ 1986, 500 p. (ISBN 978-2213017365)
  • Les filles de la campagne [« The Country Girls »], Paris, trad. Léo Dilé, Éditions Fayard,‎ 1988, 487 p. (ISBN 978-2213021027)
  • Qui étais-tu, Johnny? [« Johnny, I Hardly Knew You »], Paris, trad. Léo Dilé, Éditions Fayard,‎ 1990, 178 p. (ISBN 978-2213024141)
  • Les grands chemins [« The Hight Road »], Paris, trad. Léo Dilé, Éditions Fayard,‎ 1990, 269 p. (ISBN 978-2213023564)
  • Vents et marées [« Time and Tide »], Paris, trad. Léo Dilé, Éditions Fayard,‎ 1993, 426 p. (ISBN 978-2213030296)
  • Les victimes de la paix [« Casualties of Peace »], Paris, trad. Léo Dilé, Éditions Fayard,‎ 1991, 180 p. (ISBN 978-2213026114)
  • Lanterne magique [« Lantern Slides »], Paris, trad. Léo Dilé, Éditions Fayard,‎ 1992, 251 p. (ISBN 978-2213027579)
  • Nuit [« Night »], Paris, trad. Jean-Baptiste de Seynes, Éditions Fayard,‎ 1994, 220 p. (ISBN 978-2213591780)
  • La Maison du splendide isolement [« House of Splendid Isolation »], Paris, trad. Jean-Baptiste de Seynes, Éditions Fayard,‎ 1995, 289 p. (ISBN 978-2213594316) - rééd. Sabine Wespieser, 2013
  • Tu ne tueras point [« Down by the River »], Paris, trad. Pierre-Emmanuel Dauza, Éditions Fayard,‎ 1998, 349 p. (ISBN 978-2213601694)
  • Décembres fous [« Wild December »], Paris, trad. Eric Diacon, Éditions Fayard,‎ 2001, 315 p. (ISBN 978-2213608815)
  • James Joyce, Montréal, (Québec), Canada, trad. Geneviève Bigant-Boddaert, Éditions Fides,‎ 2002, 241 p. (ISBN 978-2762123210)
  • Dans la forêt [« In The Forest »], Paris, trad. Pierre-Emmanuel Dauza, Éditions Fayard,‎ 2003, 300 p. (ISBN 978-2264039309)
  • Crépuscule Irlandais [« The Light of Evening »], Paris, trad. Pierre-Emmanuel Dauzat, Sabine Wespieser Éditeur,‎ 2010 (ISBN 978-2848050874)
  • Saints et Pécheurs [« Saints and Sinners »], Paris, trad. Pierre-Emmanuel Dauzat, Sabine Wespieser Éditeur,‎ 2012 (ISBN 978-2848051086)
  • Fille de la campagne [« Country girl »], Paris, trad. Pierre-Emmanuel Dauzat, Sabine Wespieser Éditeur,‎ 2013 (ISBN 978-2848051369)

Liens externes[modifier | modifier le code]