Edmund Taylor Whittaker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sir Edmund Taylor Whittaker (né le 24 octobre 1873 à Southport (Lancashire) et décédé le 24 mars 1956 à Édimbourg) était un mathématicien et historien des sciences britannique[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études élémentaires à la Grammar School de Manchester, Whittaker fut admis au Trinity College (Cambridge) en 1892[2], où il se classa comme « Second Wrangler » au tripos mathématique de 1895. Il fut aussi récompensé par la Médaille Tyson « for Mathematics and Astronomy ». En 1896, Whittaker fut élu fellow de Trinity College et continua d'enseigner à Cambridge jusqu'en 1906. En 1901, il épousa la fille d'un pasteur de l'Église presbytérienne, dont il eut cinq enfants, parmi lesquels le mathématicien John Macnaughten Whittaker (de)[3] (1905-1984). De 1906 à 1911, il fut professeur d’astronomie au Trinity College de Dublin (il y enseignait la physique mathématique) et obtint le poste prestigieux de Royal Astronomer of Ireland. En 1911 Whittaker devint professeur de l'université d’Édimbourg ; il conserva ce poste jusqu'à la fin de sa carrière.

Whittaker était un fervent chrétien qui se convertit au catholicisme (1930). Cette conversion permit qu'il soit reçu en tant que membre de l’Académie pontificale des sciences (1936) puis il fut élu président de la Newman Society.

Whittaker composa pour la Royal Society une biographie du mathématicien italien Vito Volterra (1941).

La Royal Society lui décerna la Médaille Sylvester en 1931, et la Médaille Copley en 1954 « for his distinguished contributions to both pure and applied mathematics and to theoretical physics » (« pour ses contributions distinguées aux mathématiques pures comme appliquées et à la physique théorique »).

Thèses[modifier | modifier le code]

Whittaker a contribué à la controverse sur la paternité de la relativité dans son livre Theory of Relativity of Poincaré and Lorentz ainsi que dans son livre de référence A History of the Theories of Aether and Electricity (1954). Whittaker a crédité Henri Poincaré pour la formule E=mc2.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • A Course of Modern Analysis, 1902 [lire en ligne].
  • On the partial differential equations of mathematical physics, Math. Ann., Vol. 57, 1903, p. 333-355.
  • On an expression of the electromagnetic field due to electrons by means of two scalar potential functions, Proc. Lond. Math. Soc., Series 2, Vol. 1, 1904, p. 367-372.
  • A History of the theories of aether and electricity, vol. 1, Dublin, Longman, Green and Co.,‎ 1910, 1e éd. (lire en ligne)
  • A History of the theories of aether and electricity : The classical theories, vol. 1, London, Nelson,‎ 1951-1953, 2e éd. (ISBN 0-486-26126-3)
  • A History of the theories of aether and electricity : The modern theories 1900-1926, vol. 2, London, Nelson,‎ 1951-1953, 2e éd. (ISBN 0-486-26126-3)
  • On the functions which are represented by the expansions of the interpolation theory, Proc. Royal Soc. Edinburgh, Sec. A, vol.35, p. 181–194, 1915.
  • On the quantum mechanism in the atom, Proc. R. Soc. Edinb., Vol. 42, 1922, p. 129-146
  • The Calculus of Observations: a treatise on numerical mathematics, 1924.
  • A Treatise on the Analytical Dynamics of Particles and Rigid Bodies, 2e éd., 1917 [lire en ligne].
  • Space and Spirit. Theories of the Universe and the Arguments for the Existence of God, 1946.
  • The beginning and End of the World, Oxford, 1942.
  • Eddington’s Principle in the philosophy of Science, Cambridge, 1951.
  • From Euclid to Eddington: A Study of Conceptions of the External World, Dover, 1958.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopædia Britannica (2005) Whittaker est nommé Chevalier de la Reine en 1945 et Whittaker excelled as a historian of science.
  2. D'après J. & J. A. Venn, Alumni Cantabrigienses, Cambridge University Press,‎ 1922–1958., 10 vol., « Whittaker, Edmund Taylor »
  3. Cf. The London Mathematical Society