Edmondo De Amicis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Edmondo De Amicis

Description de l'image  Edmondo De Amicis.jpg.
Activités Écrivain
Naissance 21 octobre 1846
Oneglia en Italie
Décès 11 mars 1908
Bordighera en Italie
Langue d'écriture italien

Edmondo De Amicis, né à Oneglia le 21 octobre 1846 et mort à Bordighera le 11 mars 1908, est un écrivain, un journaliste et un pédagogue italien. Il est surtout connu comme auteur du Livre-Cœur (Cuore dans la version originale), un livre pour enfants présenté comme le journal d'un jeune élève italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Oneglia, en Ligurie, province appartenant au royaume de Piémont-Sardaigne, il est issu de la petite bourgeoisie. Son père était un fonctionnaire du royaume de Savoie, responsable de la régie des sels et tabacs[1]. Il a étudié à Cuneo, puis est parti en 1862 pour Turin, capitale du jeune royaume italien, pour y faire ses études supérieures[1]. À l'âge de seize ans, il est entré à l'Académie militaire de Modène, où il est devenu officier. Le 24 juin 1866, il a participé à la bataille de Custoza au cours de la troisième guerre d'Indépendance italienne en tant que sous-lieutenant et a assisté à la défaite subie par la Savoie face aux troupes autrichiennes[1]. Dès cette époque cependant, il considère la discipline militaire et les valeurs qu'elle encourage (notamment le patriotisme) comme des modèles possibles d'éducation[2].

Il a écrit à Florence, où il s'était rendu pour son service, des scènes issues de ses expériences en première ligne. Ces textes furent réunis en 1868 sous le titre La Vie militaire (ou Scènes de la vie militaire)[1], paru pour la première fois dans L'Italia, journal dépendant du Ministère de la Défense. Ces scènes montrent une vision idéalisée de l'armée et de sa mission éducatrice, même en temps de paix. Le succès de cet ouvrage lui a permis de délaisser lrmée pour s'occuper davantage de journalisme. Il rejoint le personnel du journal romain La Nation et fut témoin de la prise de la ville en 1870. Il quitte définitivement l'armée en 1871[1] pour se consacrer à l'écriture. Il écrit alors un certain nombre de récits de voyages : Espagne (1872 ou 1873), Souvenirs de Londres (1873 ou 1874), Hollande (1874), Maroc (1876), Constantinople (1878), Souvenirs de Paris (1879). Une nouvelle édition de Constantinople paraît en 2005 avec une préface d'Umberto Eco.

Le 17 octobre 1886, jour de la rentrée scolaire, paraît le Livre-Cœur (Cuore en italien), dans la maison d'édition d'Emilio et Giuseppe Treves[1]. C'est immédiatement un grand succès, si bien qu'en quelques mois il dépasse les quarante éditions italiennes pour atteindre un million d'exemplaires en 1923[3]. Le Livre-Cœur a plus de deux cents traductions dans le monde[4]. Le livre, riche en idées morales, réutilise les mythes autour du Risorgimento italien, et fait l'éloge de la création de l'Italie au cours de la décennie précédente.

Dès les années 1890 Edmondo De Amicis s'intéresse au socialisme qu'il finit par rejoindre officiellement en 1896[1]. Ce changement se perçoit dans ses œuvres ultérieures par l'attention prêtée aux couches populaires, et rend obsolète le nationalisme latent ayant inspiré le Livre-Cœur. Il écrit ensuite De l'océan (1889) sur le sort des émigrés italiens, inspiré d'un voyage qu'il avait fait en 1884 en Amérique du Sud[5], le Roman d'un maître (1890) vu par un maître d'école, l'Amour et la Gymnastique (1892), et d'autres livres dans lesquels ses préoccupations sociales transparaissent. Il a également écrit pour Le Cri du peuple de Turin plusieurs articles d'inspiration socialiste, qui ont ensuite été regroupés dans le livre La Question sociale (1894).

Il écrit enfin la Langue de la Nature (1905), Souvenirs d'un voyage en Sicile (1908) et Nouveaux portraits littéraires et artistiques (1908). Un roman inachevé à sa mort s'intitule Premier Mai et raconte l'histoire d'une famille bourgeoise de Turin, convertie au socialisme.

Les dernières années de sa vie sont marquées par une situation familiale difficile, entre la mort de sa mère dont il était très proche, les conflits avec sa femme Teresa Boassi, et le suicide de son fils Furio, qui avec son frère Ugo avait inspiré les personnages du Livre-Cœur. Il décède en 1908 à Bordighera près de la maison d'un autre célèbre écrivain, George MacDonald.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1868 : Scènes de la vie militaire (Bozzeti di vita militare)
  • 1872/1873 Spagna (Espagne)
  • 1873/1874 Ricordi di Londra (Souvenirs de Londres)
  • 1874 Olanda (Hollande)
  • 1876 Marocco (Maroc)
  • 1878 Constantinopoli (Constantinople)
  • 1879 Ricordi di Parigi (Souvenirs de Paris)
  • 1880 Les effets psychologiques du vin
  • 1883 I due amici (les deux amis), roman en deux volumes
  • 1886 Le Livre-Cœur (Cuore)
  • 1889 Sull'oceano (Sur l'océan), d'abord intitulé I nostri contadini in America (Nos paysans en Amérique)[5]
  • 1890 Il romanzo di un maestro (Le roman d'un maître)
  • 1892 Amore e ginnastica (Amour et Gymnastique)
  • 1894 Questione sociale (La Question sociale)
  • 1895 Maestrina degli operai (La Petite Maîtresse d'école des ouvriers)
  • 1899 la carrozza di tutti (Le Carrosse de tous)
  • 1906 La Tentazione della bicicletta (La Tentation de la bicyclette, Les Éditions du Sonneur, 2009)
  • 1906 l'idioma gentile (La Langue de la Nature) : Edmondo De Amicis affirme dans ce livre que la maîtrise de la langue italienne peut-être un moyen de lutte contre les inégalités sociales[6]
  • 1908 Ricordi d'un viaggio in Sicilia (Souvenirs d'un voyage en Sicile)
  • 1908 Nuovi ritratti letterari e artistici (Nouveaux portraits littéraires et artistiques)

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Odile Roynette, Edmondo De Amicis, Le Livre Cœur, traduction de Piero Caracciolo, Marielle Macé, Lucie Marignac et Gilles Pécout, notes et postface de Gilles Pécout suivi de deux essais d'Umberto Éco, Revue d'histoire du XIXe siècle, nº25, 2002.
  2. (it) Annunziata Marciano, Alfabeto ed educazione : i libri di testo nell'Italia post-risorgimentale, FrancoAngeli, 2004, p.24-25
  3. (it) Alberto Mario Banti, Storia della borghesia italiana : La età liberale, Donzelli Editore, 1996, p.220
  4. Gilles Pécout, Naissance de l'Italie contemporaine, des origines du Risorgimento à l'Unité : comment l'Italie est devenue une nation, Nathan, Paris 1997, ISBN 2-09 191267-0 page 191
  5. a et b Gilles Pécout, Naissance de l'Italie contemporaine, des origines du Risorgimento à l'Unité : comment l'Italie est devenue une nation, Nathan, Paris 1997, ISBN 2-09 191267-0 page 236
  6. Gilles Pécout, Naissance de l'Italie contemporaine, des origines du Risorgimento à l'Unité : comment l'Italie est devenue une nation, Nathan, Paris 1997, ISBN 2-09 191267-0 page 207