Edmond de Cazalès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cazalès.

Louis Marie Edmond de Cazalès, né le 1er septembre 1804 à Grenade (Haute-Garonne) et mort le 21 janvier 1876 à Plougrescant (Côtes-d'Armor)[1], est un homme politique français qui fut membre des Assemblées constituante et législative de 1848 et 1849.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Jacques Antoine Marie de Cazalès.

Entré dans les ordres après avoir été nommé juge au tribunal de Provins, il se fit ordonner prêtre et devint vicaire-général à Montauban, puis chanoine de Versailles.

L'abbé de Cazalès siège comme député du Tarn-et-Garonne au sein de de l'Assemblée nationale constituante de 1848 à 1849 puis de l'Assemblée nationale législative de 1848 à 1851. Il s'y classe parmi les parlementaires conservateurs du Parti de l'Ordre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Diverses publications dans l'Université catholique et dans les Annales de philosophie chrétienne.
  • Étude historique et critique sur l'Allemagne contemporaine.
  • Traduction de la Vie et révélation de Catherine Emmerich.

Sources[modifier | modifier le code]

  • J.-P. Claverie, Notes historiques et renseignements divers sur la ville de Grenade et les communes du canton, Le Livre d'histoire, Paris.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales des Côtes-d'Armor, état-civil numérisé de la commune de Plougrescant, décès 1875-1881, acte de décès n° 5 de l'année 1876, vue 35 de la numérisation.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]