Edmond About

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Edmond About

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d'Edmond About par Félix-Henri Giacomotti (Musée des beaux-arts de Strasbourg)

Nom de naissance Edmond François Valentin About
Activités Écrivain, journaliste, critique d'art
Naissance
Dieuze, Moselle, Drapeau de la France France
Décès (à 56 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Langue d'écriture Français
Genres roman, théâtre

Edmond François Valentin About, né le à Dieuze (Moselle) et mort le à Paris, est un écrivain, journaliste et critique d'art français, membre de l’Académie française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'épicier, il fait ses études au petit séminaire, puis entre au lycée Charlemagne où il devient un élève brillant et remporta le prix d'honneur de philosophie au Concours général. Il entre ensuite à l'École normale supérieure en 1848 et est reçu premier à l'agrégation de lettres de 1851[1].

ll est nommé en 1851 membre de l'École française d'Athènes et séjourne deux ans en Grèce en compagnie de l'architecte Charles Garnier et du peintre Paul-Alfred de Curzon. Il séjourne en Égypte en 1867-1868. Il participe aussi au voyage inaugural de l'Orient-Express en 1883. Il tire de chacun de ses voyages des ouvrages satiriques marquants. La Grèce contemporaine (1854) remporte un grand succès tout en insistant sur l'écart entre le mythe grec fondé sur l'Antiquité et la réalité contemporaine. Le Roi des montagnes ridiculise le mythe romantique du pallikare, guerrier-bandit héros de la guerre d'indépendance grecque. Le Fellah décrit comment un paysan égyptien élevé en Europe devient une personnalité dans son pays et finit par épouser une Anglaise, fascinée par l'exotisme. De Pontoise à Stamboul parodie le célèbre Itinéraire de Paris à Jérusalem de Chateaubriand.

Caricature par André Gill

Edmond About est également un critique d'art acerbe, très disposé à railler les peintres d'avant-garde. Ses comptes rendus de Salon en 1855 et 1857, d'une savoureuse verve comique, éreintent notamment les prétentions du réalisme de Gustave Courbet et appellent à la prudence face à ce qu'il considère comme une brèche ouverte à l'anarchie dans l'art.

Favorable au Second Empire, ce qui lui vaut les railleries du jeune Clemenceau, et violemment anticlérical, il se fait connaître comme polémiste. En 1871, il rallie la Troisième République et soutient la politique de Thiers. Il fonda alors Le XIXe siècle[2] dont il devient rédacteur en chef[3]. En 1881, il s'installe avec sa famille au château de Grouchy à Osny dans le Val-d'Oise. Franc-maçon, il est initié le 7 mars 1862 à la loge Saint-Jean de Jérusalem, Orient de Nancy. Dans le journal Le Siècle, il publie plusieurs articles hostiles aux hauts grades maçonniques, position courante dans la gauche républicaine[4].

Élu le membre de l’Académie française, il meurt moins d’un an plus tard, peu de temps avant le jour prévu pour sa réception, à l’âge de cinquante-six ans. Son discours de réception était déjà imprimé.

Edmond About est aussi un auteur comique tant il sait manier la satire. Il connaît la célébrité grâce à ses nouvelles au style vif, clair et concis, et à ses romans qui évoquent des situations imaginaires, souvent inspirées par les progrès de la science. Mariages de Paris (1856), Le Roi des montagnes (1857), L'Homme à l'oreille cassée (1862) ou Les Mariages de province (1868) sont autant de succès d'édition.

Avec Francisque Sarcey et Henry Baüer, il possède en 1880 une des premières villas de la station balnéaire de Malo-les-Bains à l'est de Dunkerque. Une avenue porte son nom.

Sa tombe au cimetière du Père-Lachaise est ornée d’une statue réalisée par le sculpteur Gustave Crauk qu'il avait apprécié dans ses commentaires du salon de 1857.

Liste des œuvres[modifier | modifier le code]

Edmond About
Portrait par Charles-Michel Geoffroy.
Edmond About, ca.1880
  • Le Nez d'un notaire (1862) Texte en ligne
  • Théâtre impossible. Guillery. L'Assassin. L'Éducation d'un prince. Le Chapeau de Sainte Catherine (1862)
  • Dernières Lettres d'un bon jeune homme à sa cousine Madeleine (1863)
  • Madelon (2 volumes, 1863) Texte en ligne 1 2
  • Le Progrès (1864) Texte en ligne
  • Les Questions d'argent : les assurances (1865) Texte en ligne
  • Causeries, première et deuxième séries (1865-1866) Texte en ligne
  • La Vieille Roche. Le mari imprévu. Les vacances de la comtesse. Le marquis de Lanrose (3 volumes, 1865-1866) Texte en ligne 1 2 3
  • Le Turco. Le bal des artistes. Le poivre. L'ouverture au château. Tout Paris. La chambre d'ami. Chasse allemande. L'inspection générale. Les cinq perles (1866)
  • L'Infâme (1867)
  • ABC du travailleur (1868) Texte en ligne
  • Les Mariages de province. La fille du chanoine. Mainfroi. L'album du régiment. Étienne (1868) Texte en ligne
  • Le Fellah : souvenirs d'Égypte (1869) Texte en ligne
  • Alsace, 1871-1872 (1873) Texte en ligne
  • Le Roman d'un brave homme (1880)
  • De Pontoise à Stamboul. Le grain de plomb. Dans les ruines. Les œufs de Pâques. Le jardin de mon grand'père. Au petit Trianon. Quatre discours (1884)
  • Nouvelles et souvenirs (1885)
  • Le Dix-neuvième Siècle (1892)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Guillery, comédie en 3 actes, en prose, Paris, Théâtre-Français, 1er février 1856
  • Risette : ou les Millions de la mansarde, vaudeville en 1 acte, Paris, théâtre du Gymnase, 8 août 1859
  • Le Capitaine Bitterlin, comédie en 1 acte, en prose, Paris, théâtre du Gymnase-Dramatique, 27 octobre 1860
  • Un mariage de Paris, comédie en 3 actes, avec Émile de Najac, Paris, théâtre du Vaudeville, 5 juillet 1861
  • Gaëtana, drame en 5 actes en prose, Paris, théâtre de l'Odéon, 3 janvier 1862
  • Nos gens, comédie en 1 acte, avec Émile de Najac, Paris, théâtre du Gymnase, 23 août 1866
  • Histoire ancienne, comédie en 1 acte, avec Émile de Najac, Paris, Théâtre-Français, 31 octobre 1868
  • Retiré des affaires, comédie en 2 actes, avec Émile de Najac, Paris, théâtre du Vaudeville, 11 octobre 1869
  • L'Assassin, comédie en un acte, Paris, théâtre du Gymnase-Dramatique, 29 septembre 1882

Critique d'art[modifier | modifier le code]

  • Voyage à travers l'Exposition des beaux-arts (peinture et sculpture) (1855)
  • Nos artistes au Salon de 1857 (1858)
  • Salon de 1864 (1864)
  • Salon de 1866 (1867)
  • Le Salon de 1868 (1868)
  • Salon de 1869 (1869)
  • Peintures décoratives exécutées pour le foyer public de l'Opéra par Paul Baudry (1874)
  • Le Décaméron du Salon de peinture pour l'année 1881 (1881)
  • Quinze journées au Salon de peinture et de sculpture (année 1883) (1883)

La Prusse en 1860 est une parfaite illustration de l'opinion favorable qu'Edmond About avait de l'Empire et de Napoléon III. Elle se manifeste en particulier par une germanophilie appuyée, qui se précise en austrophobie (État organisateur du traité de Vienne, clérical) et en prussophilie (État plus ouvert, dynamique). Ces opinions reflètent la politique menée par Napoléon III, qui se solda par un échec : Woerth, Gravelotte et Sedan modifièrent complètement dans l'opinion française l'image du Prussien.

Postérité[modifier | modifier le code]

Tombe d'Edmond About au cimetière du Père-Lachaise.
Sculpture de Gustave Crauk.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Numéros du XIXe siècle dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.
  3. Gallica Académie française
  4. Daniel Ligou, Dictionnaire de la Franc-maçonnerie, Presses universitaires de France, 3e éd., 1991, p. 3. Voir aussi [2].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Précédé par Edmond About Suivi par
Jules Sandeau
Fauteuil 11 de l’Académie française
1884-1885
Léon Say