Edmond-François Calvo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Calvo.

Edmond François Calvo, dit Calvo, est un auteur et dessinateur de bandes dessinées français, né le à Elbeuf (Seine-Maritime), mort le (à 65 ans) dans le 20e arrondissement de Paris[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il passe son enfance à Elbeuf, où son père est commerçant. Après avoir étudié au lycée Pierre-Corneille de Rouen, il exerce divers métiers : il dirige une fabrique de sabots puis de boucles, avant de devenir aubergiste[2]. Dans le même temps, il commence à dessiner pour la presse, notamment en tant que caricaturiste au Canard enchainé entre 1919 et 1921[2]. En 1938, il se sépare de son auberge et décide de se lancer à plein temps dans l'illustration et la bande dessinée. Il se lie aux Publications Offenstadt, pour lesquelles il collabore aux revues Fillette, L’Épatant et Junior[2].

Son album le plus célèbre, La bête est morte !, qui raconte l'histoire de la Seconde guerre mondiale transposée dans un univers animalier, est publié en 1944. Calvo en réalise le dessin sur un scénario de son ami Victor Dancette, éditeur de publications pour la jeunesse. Le grand succès de cette oeuvre lui vaut d'être contacté par Walt Disney qui lui propose de travailler pour ses studios, ce qu'il refuse[2]. De 1942 à 1958, Calvo crée quatorze séries différentes, dont Rosalie, Patamousse, Coquin le petit cocker, Cricri Souris d'appartement (sur un scénario de Marijac) qui donne son nom à Cricri journal et préfigure, avec son complice le chat Matou[3], sa série la plus connue Moustache et Trottinette, publiée à partir de 1953 dans le magazine féminin Femmes d'aujourd'hui. Après sa mort, l’œuvre de Calvo tombe un temps dans l'oubli avant d'être remise en avant notamment par l'action d'Étienne Robial par une exposition dans sa librairie en 1974 puis plusieurs rééditions dans ses éditions Futuropolis[2].

Calvo a également illustré des romans, des contes animaliers et des publicités.

Son trait rond et dynamique a été influencé par celui de Walt Disney[4]. Outre le fait d'être un dessinateur hors-pair, il est aussi reconnu dans le monde de la bande dessinée comme le maître du jeune Albert Uderzo qui venait, dans sa jeunesse, lui rendre visite à son domicile pour le regarder dessiner et recueillir ses conseils[5],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives en ligne de l’état civil de la Seine-Maritime, commune d'Elbeuf, acte de naissance no 366, année 1892 (pages 40/160 et 41/160) (avec mention marginale de décès)
  2. a, b, c, d et e Michel Denni, « Calvo (1892-1957) », dans Michel Béra, Michel Denni, Philippe Mellot, BDM - Trésors de la bande dessinée 2015-2016, Les Éditions de l'Amateur,‎ , p. 1028
  3. « Cricri contre Matou », sur bedetheque.com
  4. La bête est morte sur actuabd.com
  5. Dominique Petitfaux, « Calvo Edmond François (1892-1957) », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 1 janvier 2015)
  6. Thierry Groensteen, « De Calvo à Uderzo, un moyen âge composite », sur Neuvième Art 2.0,‎ (consulté le 1 janvier 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]