Edith Maude Hull

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Edith Maude Hull

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait anonyme de E. M. Hull

Nom de naissance Edith Maude Henderson Winstanley
Autres noms E. M. Hull
Activités Romancière
Naissance 16 août 1880
Royaume-Uni, Londres
Décès 11 février 1947
Hazelwood
Langue d'écriture Anglais
Genres Roman d'amour

Œuvres principales

Edith Maude Hull (1880-1947), connue sous le nom E. M. Hull, est un écrivain britannique. Elle est notamment l'auteur du roman d'amour Le Cheik, paru en 1919.

Biographie[modifier | modifier le code]

E. M. Hull est le pseudonyme d'Edith Maude Winstanley née Henderson[1]. Elle naît le 16 août 1880 au 28, Marlborough Hill à Londres où elle est la seule fille de James Henderson, un armateur britannique et sa femme canadienne Katie. Elle voyage beaucoup durant son enfance et visite notamment l'Algérie, un pays qui deviendra le cadre de son roman le plus célèbre.

Adolescente, elle fait la connaissance de Percy Winstanley Hull, un ingénieur civil de onze ans son aîné et originaire de Hazelwood dans le Derbyshire. Ils se marient en 1899 et ont une fille Cecil Winstanley Hull. Il s'installent à Hazelwood quelques années plus tard.

Tombe de Edith Maude Hull à Hazelwood

Pendant l'absence de son mari durant la Première Guerre mondiale, elle commence à écrire un roman pour combler son désœuvrement. Son manuscrit est accepté par un éditeur qui le publie en 1919 sous le nom de Le Cheik. Le livre devient est un best-seller, 1,2 million d'exemplaires sont vendus à travers le monde. Avec ce roman, elle invente un nouveau sous-genre littéraire: « la fabula du désert » (« Desert romance » en v.o)[2]. Celle-ci relate la rencontre et l'histoire d'amour entre une anglaise de bonne famille et un arabe, « le plus souvent chef d'une tribu de nomades »[2].

Personnalité timide et retirée, Edith Maude Hull ne s'est pourtant jamais inquiétée de ce pensait la presse sur elle et ses romans[3].

Elle meurt le 11 février 1947 après une courte maladie.

Le Cheik et sa suite firent l'objet d'adaptations cinématographiques avec Rudolph Valentino dans le rôle principal : Le Cheik et Le Fils du Cheik. The Shadow of the East a également été adapté au cinéma en 1924 avec Frank Mayo et Mildred Harris[4] ainsi que The Desert Healer en 1926, sous le titre Le Cavalier des sables de Maurice Tourneur, avec Lewis Stone et Barbara Bedford[5].

En 1980, Le Cheik est adaptée à la télévision mexicaine sous le titre El árabe, avec Julieta Egurrola et Enrique Lizalde[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Le Cheik (1919)
  • Le Fils du Cheik (1925)
  • Le Dompteur (1928)
  • The Desert Healer (1922) (non traduit)
  • The Shadow Of The East (1921) (non traduit)
  • Camping in the Sahara (1926) (non traduit)
  • The Forest of Terrible Things (1939)

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • The Ultimate Wish dans le pulp Unknown Worlds n°35 (Février 1943)
  • The Wishes We Make dans Unknown Worlds n°37 (Juin 1943)
  • The Patient dans Unknown Worlds n°39 (Octobre 1943)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Douglas Mao et Rebecca L. Walkowitz, Bad Modernisms. Duke University Press, 2006.
  • (en) Elizabeth Gargano, "English sheiks" and Arab stereotypes: E. M. Hull, T. E. Lawrence, and the imperial masquerade., University of Texas Press, 2006

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Women's Library - List of papers
  2. a et b Julia Bettinotti, Gaëlle Jeannesson et Marie-Françoise Truel, Séries, suites et redites en culture médiatique. Belphégor. Dernier accès à l'url le 1er septembre 2007
  3. (en) Ellen Micheletti, Tiger Skins, Sheiks and Passionate Kisses. All About Romance. Dernier accès à l'url le 11 septembre 2007
  4. « The Shadow of the East », sur IMDB (consulté le 7 août 2011)
  5. « Le Cavalier des sables », sur IMDB (consulté le 7 août 2011)
  6. « El árabe », sur IMDB (consulté le 7 août 2011)