Edith Jacobson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacobson.

Edith Jacobson, née le 10 septembre 1897 à Haynau en Allemagne et morte le 8 décembre 1978 à Rochester, États-Unis), est une médecin et une psychanalyste allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

De 1922 à 1925, elle fait son internat en pédiatrie à l'hôpital universitaire de Heidelberg. En 1925, elle est à l'université de Berlin pour étudier la psychiatrie sous la direction de Karl Bonhoeffer qui l'encourage à étudier la psychanalyse. Elle est analysée par Otto Fenichel.

Elle est emprisonnée par les nazis en 1935[1]. Elle fuit l'Allemagne en 1941 pour les États-Unis où elle exerce comme analyste et didacticienne. Elle est entre autres connue pour ses travaux sur le "self" et sur les dépressions.

Sources[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) Object and Self: A Developmental Approach. Essays in Honor of Edith Jacobson. édité par Saul Tuttman, Carole Kaye & Muriel Zimmerman. New York, International Universities Press. 1981. p. 548.

Articles[modifier | modifier le code]

  • (en) Three Roads from Vienna: Psychoanalysis, Modernism and Social Welfare, par Elizabeth Ann Danto.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Elle avait été arrêtée en octobre 1935 et fut condamnée pour « préparation de haute trahison » à deux ans et demi de réclusion criminelle ; en 1938 elle réussit à s’évader. Voir « Hier geht das Leben... », op. cit., p. 110 et suiv. » dans Claus-Dieter Rath « Les Olympiades 1936 », Psychanalyse 2/2005 (no 3), p. 111-123.