Edinburgh Military Tattoo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Royal Edinburgh Military Tattoo
Image illustrative de l'article Edinburgh Military Tattoo
Corps de cornemuses au Military Tattoo 2009.

Genre Fanfares militaires
Lieu Édimbourg, Écosse
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Coordonnées 55° 56′ 55″ N 3° 12′ 03″ O / 55.94861111, -3.2008333355° 56′ 55″ Nord 3° 12′ 03″ Ouest / 55.94861111, -3.20083333  
Période août
Scènes Château d'Édimbourg
Date de création 1950
Structure-mère Festivals d'Édimbourg
Site web http://www.edintattoo.co.uk/

Le Royal Edinburgh Military Tattoo, ou simplement Military Tattoo, est un festival international de fanfares militaires (« tattoo ») ayant lieu chaque année depuis 1950 au Château d'Edinburgh, en Écosse. Il fait partie des festivals d'Edinburgh qui se déroulent en août.

Plus de 200 000 personnes se rendent chaque année à Édimbourg pour assister aux représentations qui se déroulent sur 3 semaines. La retransmission télévisée est diffusée dans plus de 30 pays pour une audience totale de 100 millions de téléspectateurs par an.

Historique[modifier | modifier le code]

La première édition s'est déroulée en 1950 avec seulement 8 fanfares au programme.

À l'origine appelé Edinburgh Military Tattoo, le festival est renommé Royal Edinburgh Military Tattoo après que la reine Élisabeth II lui a ajouté le titre « Royal » en l'honneur de ses soixante années d'existence en 2010.

Participants et déroulement[modifier | modifier le code]

De nombreux régiments militaires internationaux, ainsi que certaines tribus africaines, ont participé au Tattoo depuis 1950.

Le premier régiment extérieur au Royaume-Uni à y faire une apparition est celui des Garderegiment Grenadiers en Jagers (grenadiers et fusiliers royaux) des Pays-Bas en 1952. Depuis, plus de trente pays ont été représentés au Tattoo. Parmi les plus populaires, on peut citer le Top Secret Drum Corps (corps des tambours top-secret), un groupe non-militaire suisse (le premier à participer au Tattoo) ayant participé en 2003, 2006, 2009 et 2012 ; le régiment norvégien des Hans Majestet Kongens Garde (gardes de Sa Majesté), présent à huit reprises depuis 1961 et ayant adopté comme mascotte en 1972 Nils Olav, un manchot royal du zoo d’Édimbourg ; etc. Ces dernières années, le festival a accueilli des groupes de danseurs et de musique culturelles venues de plusieurs pays.

Chaque année propose la prédominance de l'un des services des forces armées britanniques, soit une alternance entre la Royal Navy et les Royal Marines (mer), la British Army (terre) et la Royal Air Force (air). Chaque année est aussi l'occasion de célébrer ou commémorer une organisation, un événement, un anniversaire ou un thème spécifique.

Cependant, le grand moment du festival reste le défilé des pipes and drums (cornemuses et tambours), interprété par les régiments de la British Army, incluant des cornemuses civiles et militaires étrangères (principalement issues des pays du Commonwealth ayant des liens avec l'Écosse (en)). Chaque soir, une parade de pipes and drums rejoint les groupes de musiques militaire rassemblés sur l'esplanade du Château d'Édimbourg. Ils interprètent alors l'hymne national ainsi que la chanson Auld Lang Syne. Suit la cérémonie de la descente du drapeau alors que les clairons sonnent Last Post ou Sunset, les sonneries militaires respectives de la British Army et des Royal Marines. Enfin, la cérémonie se termine avec la complainte interprétée par un joueur de cornemuse solitaire illuminé, placé sur les remparts du château, au niveau de la Half Moon Battery (batterie en demi-lune). Les performeurs quittent alors l'esplanade en direction du Royal Mile, au son de plusieurs musiques, dont Scotland the Brave (Alba an Aigh).

Le Military Tattoo 2005, pour la célébration de Trafalgar 200.

En 2005, pour la commémoration des 200 ans de la victoire de Trafalgar, le Tattoo a vu l'un des plus importants rassemblements de cornemuses de son histoire, avec treize fanfares, dont six régiments de la Scottish Division (en) (devenu l'année suivante le Royal Regiment of Scotland) : Royal Scots, Royal Highland Fusiliers, King's Own Scottish Borderers, Black Watch, The Highlanders, Argyll and Sutherland Highlanders. Ils étaient accompagnés par les Scots Guards, Irish Guards, Royal Gurkha Rifles, Scottish Officers Training Corps (en), South African Irish Regiment (en) (Afrique du Sud), les Rats of Tobruk (en) (Australie) et les cornemuses de la ville de Wellington (Nouvelle-Zélande).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]