Edgar Ney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ney.
Edgar Ney, prince de la Moskowa, premier veneur, Musée du Second Empire (Compiègne).

Edgar Napoléon Henry Ney, né en 1812, mort en 1882, est le 3e prince de la Moskowa succédant à son frère ainé Napoléon-Joseph.

  • Sous-lieutenant au 5e régiment de hussards en 1832.
  • lieutenant au 5e régiment de hussards en 1836
  • Capitaine au 5e régiment de hussards en 1843
  • Chef d’escadron au 1er régiment de hussards en 1844.
  • Lieutenant-colonel au 3e régiment de hussards en 1849.
  • colonel du 6e régiment de hussards, en janvier 1852
  • Général de division en 1863.

Quatrième fils du maréchal Ney. Il épouse à 57 ans Clotilde de La Rochelambert, comtesse de Labedoyère en 1869, et n'aura pas de descendants[1].

Officier d'ordonnance de Louis-Napoléon qui le charge d'une mission auprès de Pie IX, et lui adresse la fameuse lettre du 18 août 1849[2] dans laquelle il subordonne le rétablissement du pouvoir temporel à l'exécution de réformes libérales dans les États pontificaux[3]. À son retour Edgar Ney est élu représentant de la Charente-Inférieure à la Législative et deviendra sénateur du Second Empire en 1859.

Portrait de Napoléon Edgar Ney, prince de la Moskowa, en tenue de vénerie, Gustave Le Gray (1820–1884), Musée du Second Empire (Compiègne).

Aide de camp de l’empereur Napoléon III en 1852, il est nommé grand veneur en 1865

Prisonnier de guerre le 2 septembre 1870, il accompagne l’empereur Napoléon III en captivité.

Il avait été élevé à la dignité de grand officier de la Légion d'honneur en 1867.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'historien Michel Désiré Pierre dit de cette union : "Ce mariage avec la fille de celui qui avait été le premier à rejoindre Napoléon en mars 1815 était un clin d'œil à l'Histoire et réunissant ainsi, dans l'au-delà, les deux soldats ayant le plus contribué au retour victorieux de l'Empereur".
  2. Publiée par le prince-président pendant les vacances de l'Assemblée nationale.
  3. Karl Marx évoque notamment cette lettre dans son pamphlet Le 18 brumaire de Louis Napoléon Bonaparte.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :