Edgar Miles Bronfman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bronfman.

Edgar Miles Bronfman

Description de cette image, également commentée ci-après

Edgar Bronfman en 1989.

Naissance 20 juin 1929
Montréal, Québec (Canada)
Décès 21 décembre 2013 (à 84 ans)
Manhattan, New York (États-Unis)
Nationalité Drapeau du Canada Canadien, Drapeau des États-Unis Américain
Diplôme
Profession Homme d'affaires
Distinctions
Conjoint
Ann Loeb (1953-1973)
Carolyn Townshend (1973-1974)
Rita Webb (dates inconnues)
Jan Aronson (1994-2013)
Famille

Edgard Miles Bronfman (20 juin 1929 - 21 décembre 2013) est un homme d'affaires canado-américain. Il est un membre de la famille Bronfman.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Montréal, dans la famille juive canadienne des Bronfman, il est le fils de Samuel Bronfman et de Saidye Bronfman. Son père est le fondateur de la Distillers Corporation Limited qui devient en 1928 la Seagram Company Ltd..

Il commence d'abord ses études au Trinity College School de Port Hope en Ontario pour se diriger ensuite vers le Williams College puis à l'Université McGill où il ressort diplômé en 1951.

Carrière[modifier | modifier le code]

Seagram[modifier | modifier le code]

Edgar et son père Sam Bronfman.

Il entre dans l'entreprise familiale en 1951. En 1957, il fait son entrée dans la haute direction de l'entreprise, lui permettant d'améliorer la qualité des produits vendus par la compagnie, d'améliorer et d'augmenter la distribution dans de nouveaux pays.

Suite à la mort de son père en 1971, il le remplace à la tête de la compagnie en tant que président, trésorier et directeur de la Distillers Corporation-Seagrams Ltd. Il occupe ces fonctions jusqu'en 1994, lorsque son fils Edgar Bronfman Jr lui succède.

Congrès juif mondial[modifier | modifier le code]

En 1979, il est pressenti pour remplacer le président du Congrès juif mondial. D'abord par intérim, il devient officiellement le président en 1981, poste qu'il occupe jusqu'en 2007.

Durant son mandat, il devient le premier représentant de cette organisation à parler devant la tribune des Nations Unies en 1982. De plus, après l'élection de Mikhaïl Gorbatchev en 1985, il se rend à Moscou pour favoriser l'émigration des Juifs d'URSS. Il renouvèle l'expérience en 1988 en rencontrant à Moscou le ministre soviétique des Affaires étrangères, Edouard Chevardnadze.

Durant son mandat, il travaille activement à forcer les banques suisses à restituer les biens de familles des victimes de l'Holocauste et également à mener des campagnes dans le but de retrouver des criminels de guerre nazi, ce qui l'amena, entre autres choses, à dénoncer le passé nazi du président autrichien Kurt Waldheim, en 1986.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Bronfman fut marié cinq fois dont deux fois avec sa troisième épouse.

Philanthropie[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 1986, le gouvernement de la France le fait Chevalier de la Légion d'honneur.

En octobre 1988, il reçoit l'Étoile de l'amitié des peuples par le président est-allemand Erich Honecker.

En août 1999, il reçoit du président américain Bill Clinton la Médaille présidentielle de la liberté (Presidential Medal of Freedom).

En 2000, il reçoit la Leo Baeck Medal pour ses actions humanitaires, sa promotion de la tolérance et de la justice sociale.

En 2005, il reçoit la Hillel Renaissance Award.

Articles et apparitions télévisuelles[modifier | modifier le code]

Bronfman contribua en tant qu'invité au blogue du The Huffington Post et fut un chroniqueur régulier du Washington Post.

Il fit aussi quelques apparitions au talk-show de Charlie Rose.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]