Eddie Chapman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Eddie Chapman

Description de cette image, également commentée ci-après

Eddie Chapman, Agent double (1942)

Nom de naissance Edward Arnold Chapman
Alias
ZigZag
Naissance 16 novembre 1914
Sunderland[1], (Angleterre)
Décès 11 décembre 1997 (à 83 ans)
St Albans, Hertfordshire, (Angleterre)
Nationalité Anglais
Profession Voleur à l’explosif
Activité principale Agent double
Formation
Coldstreams Guards
Distinctions
Famille
Betty Farmer (x 1938)
Diane Chapman (°1939)
Suzanne Chapman (°1954)

Edward Arnold "Eddie" Chapman (Burnopfield, S-O de Newcastle, 16 novembre 1914; St Albans, 11 décembre 1997) est un gangster anglais et espion de guerre. Durant la Seconde Guerre mondiale il propose ses services d’espion et de traître à l’Allemagne nazie et devient ensuite un agent double britannique. Son nom de code dans les services secrets anglais est 'Zigzag' pour refléter son parcours personnel sinueux. Il est connu de la police britannique sous différents pseudonymes parmi lesquels Edward Edwards, Arnold Thompson et Edward Simpson. Son nom de code allemand était Fritz ou après s'être fait aimer de ses protecteurs allemands, le diminutif de Fritzchen.

Parcours personnel[modifier | modifier le code]

Chapman est né à Burnopfield, Durham (comté), Angleterre. Après son service chez les Coldstream Guards dans les années 1930, période pendant laquelle il fut même en poste à la Tour de Londres et responsable des clefs de la Couronne[2], Chapman déserte et devient un perceur de coffres dans des gangs du West End de Londres.

Il passe différentes périodes en prison pour purger ces crimes. Ces gangs utilisent de la gelignite pour percer les coffres, ce qui fait que Chapman et ses associés sont connus comme le "Jelly Gang." Il a des relations amoureuses avec des femmes proches de la haute société londonienne et les aurait ensuite fait chanter avec des photos prises par un complice.

Il est arrêté en Écosse et accusé d’avoir fait sauter le coffre du siège central de la Société Coopérative d’Édimbourg. Mis à l’ombre, il fuit à Jersey dans les Îles Anglo-Normandes où il tente sans succès de poursuivre son parcours criminel.

Chapman est occupé à dîner avec sa fiancée Betty Farmer à l’Hôtel de la Plage et tente une sortie spectaculaire par la fenêtre (fermée à cet instant là) de la salle à manger quand il voit la police en civil arriver pour l’arrêter à cause de ses vols en Angleterre. Cette même nuit il venait de commettre le vol bâclé pour lequel il doit passer deux ans dans une prison de Jersey. Cette condamnation tourna à l’ironie du sort qui lui épargnera plus tard au moins 14 années de prison dans sa patrie. Il apprend le français et l'allemand en autodidacte durant cette période de captivité[3].

Deuxième guerre[modifier | modifier le code]

Croix de fer 1914 de 1re classe avec l'agrafe « 1939 »

Chapman est encore en prison quand les Îles Anglo-Normandes sont envahies par les Allemands. En prison il fait la connaissance de Eric Pleasants et ils deviennent amis. Plus tard ils ont été transférés, avec Anthony Faramus, au Fort de Romainville à Paris. Chapman propose aux Allemands ses services comme espion. Sous la direction du Capitaine Stephan von Gröning, chef de Abwehr à Paris, il apprend en France à La Bretonnière près de Nantes le maniement des explosifs, les communications radio, le saut en parachute et d’autres sujets. Il est envoyé en Angleterre pour commettre des actes de sabotage[4]. Il est parachuté près de Littleport dans le Cambridgeshire le 16 décembre 1942 équipé d’une radio, d’un pistolet, d’une capsule de cyanure et ₤1,000[5]. Sa mission est de saboter les usines d’avion de Havilland à Hatfield.

Chapman identifié par le MI5 à son retour sur le sol anglais.

Cependant il se rend immédiatement à la police locale et offre ses services au MI5[4]. Grâce à Ultra, le MI5 était déjà informé de sa mission[6]. Il est interrogé à Latchmere House à l’Ouest de Londres, mieux connu sous le nom de Camp 020. Le MI5 décide de l’utiliser contre les Allemands et désigne Ronnie Reed comme son Officier traitant. (Reed est invité à rejoindre le MI5 en 1940 et y reste jusqu'à sa pension en 1976)[4]. Dans la nuit du 29 au 30 janvier 1943, Chapman et des officiers du MI5 simulent un sabotage sur sa cible, les usines de Havilland à Hatfield, Hertfordshire, où le Mosquito est construit[4],[7]. Des avions de reconnaissance allemands photographient le site et les dégâts simulés par Jasper Maskelyne et cela convainc les contrôleurs de Chapman que l’attaque est un succès. En mai 1943 il rentre sous la mise de Hugh Anson, un banal steward indiscipliné, voyageant sur un bateau marchand, le 'City of Lancaster', de Liverpool à Lisbonne au Portugal neutre où il change de bateau. Lors de son contact avec les Allemands à l’ambassade à Lisbonne, contre un gage de £20 000 on lui donne une bombe maquillée en masse de charbon à placer dans la soute à charbon. Cependant il remet la bombe au capitaine du bateau. Les allemands ne remarquent pas que le bateau n’est pas affecté à son voyage de retour[5],[8].

Dagmar Lahlum (1922-1999) résistante norvégienne.

Chapman est envoyé Norvège pour enseigner dans une école d’espion à Oslo. Après un de-briefing par von Grunen, la Croix de Fer est décernée à Chapman pour avoir apparemment endommagé les chantiers Havilland et le 'City of Lancaster', faisant de lui le premier anglais à recevoir un tel honneur depuis la Guerre franco-allemande de 1870-1871[4]. Chapman est incorporé à l’Armée allemande comme Oberleutnant c’est-à-dire premier Lieutenant[9]. Chapman est aussi récompensé avec 110 000 Reichsmark et son propre yacht[10]. Un officier du MI5 écrit dans une évaluation 'les Allemands en arrivent à aimer Chapman… mais quoiqu'il passe cyniquement à travers toutes les apparences, il n’a pas eu les mêmes sentiments. Chapman s’aime lui-même, aime l’aventure, et aime son pays, probablement dans cet ordre'[11]. Quand il est à Oslo il photographie en secret les agents allemands qui vivent dans sa maison protégée.

Lors de son retour en Angleterre, il propose au MI5 de réaliser une attaque suicide sur Adolf Hitler. En effet Stephan von Gröning, son agent traitant (du côté allemand), lui promet qu'en cas de réussite de sa mission de sabotage, il sera placé en première ou deuxième ligne près du podium d'Hitler durant un meeting nazi. Pour des raisons inconnues cette mission n'est pas organisée et Ronnie Reed, son agent traitant anglais, demande à Chapman de n'entreprendre aucune mission folle."[12]

Après l’Operation Overlord il est renvoyé en Angleterre pour signaler la précision des tirs de missiles V-1. Il raconte aux allemands que les bombes atteignent leur cible dans le centre de Londres alors qu’elles arrivaient plus bas. À cause probablement de cette désinformation, les Allemands ne corrigèrent jamais leur tirs avec pour résultat que la plupart des bombes ont touché le Sud de Londres ou la campagne du Kent, faisant beaucoup moins de dégâts qu’ils auraient dû en faire. Durant cette période il est impliqué dans des activités de dopage de lévriers[13] et s'associe avec des gangsters dans des boîtes de nuit du West-End londonien. Il est aussi indiscret à propos de la source de ses revenus et par conséquent le MI5, incapable de le contrôler, le démet le 2 novembre 1944[5]. Chapman reçoit une solde de £6 000[14] du MI5 and et est autorisé à garder £1 000 de l’argent reçu des Allemands. On lui accorde l’indulgence pour ses activités d’avant-guerre et les rapports du MI5 disent qu’il vit dans des endroits de Londres à la mode toujours en compagnie de jolies femmes de mœurs raffinés[11].

Vie amoureuse[modifier | modifier le code]

Chapman a deux fiancées en même temps de deux côtés du front, Freda Stevenson en Angleterre et Dagmar Lahlum en Norvège, chacune sous la protection et l’aide financière de leur gouvernement respectif[15]. Il abandonne les deux femmes après la guerre et épouse plutôt son amour d’avant-guerre, Betty Farmer qu’il avait abandonné en toute hâte à l’Hôtel de la Plage en 1938. Farmer et lui ont une fille Suzanne en 1954. Il avait dit à Dagmar à l’époque qu’il était un agent anglais. Cependant, Dagmar a fait six mois de prison pour avoir fréquenté un officier allemand; pensant que Chapman était mort, elle n’était pas en mesure de prouver qu’il était un agent anglais. Ils se sont revus brièvement en 1994.

Après guerre[modifier | modifier le code]

Chapman et sa Rolls Royce.

Les mémoires de Chapman sont publiés en feuilleton en France dans l'Étoile Soir[16] afin de rapporter de l’argent, mais il est accusé au titre du ’’Official Secrets Act’’ et paie une amende de 50 ₤. Quelques années plus tard, quand ses mémoires vont être publiées dans News of the World tout le tirage est mis au pilon. Cependant son livre La véritable histoire d’Eddie Chapman est finalement publiée en 1953[5].

MI5 a appréhendé que Chapman puisse reprendre ses activités criminelles lorsqu’il viendrait à court d’argent et qu’une fois pris il plaiderait la clémence à la suite de ses prestations ultra secrètes de la guerre. Il a des démêlés avec la police pour différentes affaires dont de la contrebande en Afrique du Nord et à plusieurs reprise bénéficie d’appuis d’ancien officiers du service de renseignement qui confirment sa grande contribution à l’effort de guerre.

Il s'adonne durant quelques années au commerce d'antiquités et vit alors à Philadelphie. À la date du 7 novembre 1954 il est interdit de séjour en France, Italie, Maroc et Côte d'Ivoire [17]

Chapman et son épouse ouvrent une ferme de remise en forme (Shenley Lodge, Shenley, Hertfordshire) et possèdent un château en Irlande. Après la guerre Chapman reste ami avec le Baron Stefan von Grunen, son agent traitant de l’Abwehr (connu aussi sous le nom de von Gröning, et le nom de guerre Doctor Graumann)[15], qui alors passe une période difficile. Plus tard, Von Grunen assiste au mariage de la fille d’Eddie Chapman[5].

Chapman meurt le 11 décembre 1997 d’une crise cardiaque.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edward Chapman and Frank Owen The Eddie Chapman Story, Pub: Messner, New York City, 1953, 258 p. (ASIN B0000CIO9B)
  • Frank Owen, L'histoire d'Eddie Chapman. Robert Laffont 1954, 282p
  • Frank Owen, Eddie Chapman, agent double. Ed. Marabout junior. Verviers, 1959, 138 p. Traduit par Suzanne Sandry. llustrations de Dino Attanasio. Cette édition ne révèle qu'une partie de l'histoire de Chapman car en 1959 les faits sont encore secrets.
  • Eddie Chapman, Ma Fantastique histoire Robert Laffont, 1967, 311 p. Traduit de l'anglais par Suzanne Sandry et Michel Talblot. (aussi publié dans la collection "J'ai Lu" no  xx en 1970.)
  • Nicholas Booth, ZigZag : the incredible wartime exploits of double agent Eddie Chapman, London, Portrait,‎ 2007 (ISBN 0749951567)
  • (en) Ben Macintyre, Agent Zigzag: The True Wartime Story of Eddie Chapman, Lover, Betrayer, Hero, Spy, London, Bloomsbury,‎ 2007 (ISBN 0-7475-8794-9)
  • Eddie Chapman, Ma fantastique histoire, Paris, Tallandier, coll. « Texto »,‎ 2011, 277 p. (ISBN 978-2-8473-4822-4)
  • (en) Nicholas Reed, My Father, the Man Who Never Was: Ronnie Reed, Folkestone, Lilburne Press,‎ 2011 (ISBN 978-1-901167-21-4), p. 60-92

Filmographie[modifier | modifier le code]

La fantastique histoire vraie d'Eddie Chapman. De Terence Young, (Titre original : Triple Cross) Avec: Christopher Plummer, Yul Brynner, Romy Schneider. 2h10' Année : 1967. DvD : 2011 (2h18')

Pierre Dumayet, Eddie Chapman, ex-gangster, ex-espion Cinq colonnes à la une. Prod. ORTF. Réal.: JP Gallo. Avec E. Chapman (s'exprimant en français). - 6 janvier 1967, 19'29" Film sur le site de l'INA

En 2011, BBC Two diffuse, DOUBLE AGENT: The Eddie Chapman Story, un documentaire présenté par Ben Macintyre d'après son livre[18]. Le livre a été lu en radion en version abrégée en 2012. Ce film est intégralement disponible sur ce lien.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En fait à Burnopfield, à 19 miles à l'Ouest
  2. Eddie Chapman, Ma fantastique histoire, Paris, Tallandier, coll. « Texto »,‎ 2011, 277 p. (ISBN 9782847348224), p. 23
  3. ZigZag dossier from MI5 page 3 of 6; published 2005. Available on AgentZigZag.co.uk en février 2013.
  4. a, b, c, d et e History: Cases from The National Archives - Eddie Chapman (Agent ZIGZAG) – Security Service MI5
  5. a, b, c, d et e Max Arthur, Obituary: Eddie Chapman , The Independent, 6 janvier 1998
  6. Doubleagent ZIG ZAG (KV 2/455-463)
  7. Eddie Chapman – The Telegraph 1997
  8. Ben Macintyre dans un programme de la BBC TV le 15 novembre 2011.
  9. See Macintyre, 2007, p. 231 avec photo et 286.
  10. How double agents duped the Nazis BBC 5 July 2001
  11. a et b ZigZag, a womaniser and thief who double-crossed the Nazis by Michael Smith, The Daily Telegraph, 5 July 2001
  12. The spy who offered to blow up Hitler on a suicide mission par Ben Macintyre Der Spiegel 10 janvier 2007
  13. Il commente ce sujet dans la séquence d’interview de 1967 disponible sur le site de INA.fr
  14. Soit £173 700 en valeur constante calculée en 2007
  15. a et b « Edward Arnold Chapman – Agent 0747587949 / ZIGZAG », Bloomsbury Publishing (consulté le 23 janvier 2008)
  16. Nicholas Booth, Zigzag: The Incredible Wartime Exploits of Double Agent Eddie Chapman Arcade Publishing, 2007, page 341.
  17. The Sun-Herald (Sydney, NSW : 1953 - 1954) (Sydney, NSW: National Library of Australia): p. 21. 7 November 1954. Consulté le 5 février 2013.
  18. http://walkergeorgefilms.co.uk/filmography/documentaries/double-agent/ Double Agent: The Eddie Chapman Story