Ectogenèse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ectogénèse)
Aller à : navigation, rechercher

L’ectogénèse est la procréation d’un être humain qui permet le développement de l'embryon et du fœtus dans un utérus artificiel, assumant les diverses fonctions (nutrition, excrétion, etc.) de l’utérus humain.

Ce terme a été inventé par le généticien britannique J.B.S. Haldane en 1923. Il a été repris par Aldous Huxley dans son livre Le Meilleur des mondes (1932).

Recherches[modifier | modifier le code]

La technique de l'ectogénèse n'existe pas encore, bien que des reproductions d'organes (ex: rein artificiel) et des essais aient été réalisés par certaines équipes sur des animaux mais, selon certains auteurs (dont Henri Atlan[1]), la méthode sera au point dans la seconde moitié du XXIe siècle.

In vitro, on parvient à reproduire les cinq premiers jours de la gestation (après une FIV), ansi que les derniers jours (semaines 24 à 35 dans des « super-couveuses »)[2].

Au Japon en 1997, le professeur Yoshinori Kuwabara de l’université de Tokyo a pu développer trois semaines des fœtus de chèvre en milieu artificiel (liquide amniotique de synthèse dans un placenta artificiel). Aux États-Unis, Helen Hung Ching Liu, du laboratoire d’endocrinologie reproductive de l’Université Cornell, réalise la même expérience en 2002 sur des embryons humains non viables pour faire baisser le taux d'échec des FIV (coculture de l'embryon et des cellules de l'endomètre dans une cavité biodégradable en forme d’utérus humain), puis, suite au scandale soulevé, sur des souris[3].

Questions éthiques[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2014). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
L’ectogénèse pose différents défis aux sociétés humaines :
  • la condition féminine : fin de la grossesse mais aussi fin du lien privilégié entre la mère et l'enfant ; égalité de vie complète entre la femme et l'homme ;
  • les rapports entre l'adulte et l'enfant : éducation, épanouissement de l'enfant objet d'une machine, nature des liens affectifs de la famille ;
  • l'évolution des mœurs lorsque la sexualité et la reproduction seront complètement séparés : notion de maternité et de paternité, développement de l’homoparentalité, notion de couple et de famille ;
  • la question du bonheur : la maternité de substitution ouvre-t-elle la voie vers le bonheur, la femme débarrassée de la charge de la grossesse et l'homme du poids d'un travail pénible grâce aux nouvelles technologies ?
  • démographie et populations : le désir d'enfant peut-il s'émousser et conduire à une diminution importante de la population mondiale ?
  • anthropologie: l'ectogenèse peut remettre en question le caractère indispensable à la vie de la naissance telle qu'on la connaît aujourd'hui, et donc par extension la définition courante mais discutée de la naissance comme début de la vie.
  • économie: cette possibilité de procréation sera présentée sans aucun doute comme un nouveau service attractif pour les populations aisées, service proposé par des professionnels de santé souhaitant au maximum profiter d'un nouveau marché. Ne s'agit-il pas là d'une nouvelle forme de marchandisation du corps humain?

[réf. nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Leslie Cannold, « Women, ectogenesis and ethical theory », Journal of applied philosophy, 1995, vol. 12, n° 1, p. 55-64 (ISSN 0264-3758)
  • Philippe Descamps, L’Utérus, la Technique ou l'Amour : l'enfant de l'ectogenèse, Paris, PUF, 2008 (ISBN 978-2-13-056590-1)
  • Philippe Descamps, « L’inflation bioéthique dans la perspective de l’ectogenèse », in Raisons politiques n° 28, 2007/4, p. 111-125 (ISBN 9782724630800).

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • Marie Mandy, L'utérus artificiel, le ventre de personne, Producteur : The Factory Productions, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Fidèle-Pierre Nzé-Nguema, « De la parenté biologique à la parenté symbolique : la reproduction humaine aux périls de la science ? », in Premières Journées de Bioéthique pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Texte en ligne.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Atlan, L'Utérus artificiel, Paris, Seuil, coll. « La Librairie du XXIe siècle », 2005.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Henri Atlan, « Une nouvelle date décisive dans l'histoire du corps humain », interview pour Le Monde 2 n° 61, du 16 avril 2005, p. 22.
  2. Joseph Confavreux, L'utérus artificiel engendrera-t-il un bouleversement social ?, France Culture, 4 février 2011
  3. Mathie Vidard, L'utérus artificiel, La Tête au carré sur France Inter,4 avril 2011