Écomouv'

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ecomouv)
Aller à : navigation, rechercher

Écomouv'

Création 2011
Dates clés 2011 : Création
2014 : Début de perception
Disparition 9 décembre 2014
Forme juridique Société anonyme
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Direction Daniele Meini
Activité Perception de taxes
Société mère Atlantia
Effectif 200
SIREN 530 877 836
Site web www.ecomouv.com

Écomouv' est une société franco-italienne retenue par l'état français après appel d'offres, chargée notamment de la collecte et la gestion de la taxe poids lourds sur le territoire français. Cette société gère les autoroutes italiennes ainsi que certaines autoroutes autrichiennes.

Historique[modifier | modifier le code]

L'idée de la taxe a été inventée lors du Grenelle de l'environnement. Cette société privée a été créée pour répondre aux demandes de l'État.

En 2011, l'État signe un contrat avec Écomouv' pour la conception, l'installation et la gestion de la taxe poids lourds sur tout le territoire français[1],[2].

Le critère essentiel qui semble lui avoir permis d'être meilleur que son concurrent était de réduire ses délais de mise en œuvre de l'écotaxe de 24 à 21 mois[3].

Actionnariat[modifier | modifier le code]

La société Écomouv' est contrôlée pour 70% par Autostrade per l'Italia. Les autres actionnaires sont les sociétés Thales qui détient 11 % du capital, SNCF 10 %, SFR 6 % et Steria 3 %.

Cette société bénéficie d'un partenariat public-privé (PPP) pour percevoir la redevance poids-lourd, qu'elle a gagné face à Alvia après quelques aléas[4].

Un soupçon de corruption a pu être considéré de par les liens capitalistiques unissant la société suisse Rapp Trans AG qui conseillait l'État français sur le dossier de l'écotaxe à la société Autostrade ayant gagné l'appel d'offres[4].

Écomouv' est une société par actions simplifiée dans le domaine de « Activités des sièges sociaux » (code NAF 7010Z) (Finance). Son président est M. Daniele Meini. Elle compte cinq actionnaires et aucune filiale directe.

Écomouv' D&B est une société par actions simplifiée dans le domaine de « Autres activités auxiliaires de services financiers, hors assurance et caisses de retraite, n.c.a. » (code NAF 6619B). Son président est M. Sergio Battiboia.

Les deux sociétés ont été immatriculées le même jour le 7 mars 2011.

Emploi[modifier | modifier le code]

La société gère un centre d'appel afin de répondre aux questions des transporteurs, elle dispose de 200 employés dans la région de Metz[5].

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Bannière s'opposant à la mise en place de l'écotaxe en Bretagne.

La société a déployé le dispositif permettant de chiffrer et récolter la taxe. La société dispose de « 250 bornes et 180 portiques »[6].

Les portiques sont constitués de caméras et de systèmes de détection. Leur rôle est de repérer les poids lourds de transport public de marchandises de plus de 3,5 tonnes de PTAC[6] qui circulent sur divers types de routes. Certains portiques ont été sabotés par des détracteurs opposés à ce système. Le prix d'un portique est estimé à une valeur comprise entre 500 000 euros et 1 million d'euros.

Recettes[modifier | modifier le code]

Pour l'État, l'écotaxe devrait produire 1,2 milliard d'euros par an de recettes fiscales[2]. Pour le prestataire, les recettes sont estimées à 2,8 milliards d'euros sur les onze années et demie de la durée d'exploitation et de maintenance du dispositif, alors que les investissements sont estimés à 650 millions d'euros[7].

Les investissements et frais financiers engagés dès 2013 s'élèvent entre 800 millions et un milliard d'euros.

Disparition[modifier | modifier le code]

L'Etat français ayant finalement abandonné le projet de l'écotaxe, la direction annonce le 9 décembre 2014 que les 200 salariés, dont 157 à Metz, allaient perdre leur emploi et que la société allait disparaître[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]