Echis carinatus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Echis carinatus

Description de cette image, également commentée ci-après

Échide carénée

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Alethinophidia
Famille Viperidae
Sous-famille Viperinae
Genre Echis

Nom binominal

Echis carinatus
(Schneider, 1801)

Synonymes

  • Pseudoboa carinata Schneider, 1801
  • Echis multisquamatus Cherlin, 1981
  • Echis carinatus multisquamatus Cherlin, 1981
  • Echis carinatus sinhaleyus Deraniyagala, 1951
  • Echis carinatus astolae Mertens, 1970

[1]Echis carinatus, l'Échide carénée, est une espèce de serpents de la famille des Viperidae[2].

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre en Afghanistan, en Iran, en Inde, au Pakistan, au Sri Lanka, au Bangladesh, aux Émirats arabes unis, à Oman, au Turkménistan, au Ouzbékistan et au Tadjikistan[2].

Description[modifier | modifier le code]

En cas de danger, cette espèce ovovivipare[2] frotte ses écailles pour émettre un son continu, à l'instar de certains crotales qui le font avec leur cascabelle.

Envenimation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : envenimation.

Son venin principalement hémotoxique et coagulant conduit souvent a des complications rénales[3], et des saignements du nez, des oreilles, des yeux, des gencives et des ongles. , Echis carinatus peut être considéré comme l'un des serpents les plus dangereux au monde essentiellement parce qu'il est difficilement détectable car petit, qu'il est nocturne et qu'il est extrêmement agressif et qu'il possède un venin très puissant (il serait cinq fois plus puissant que celui du cobra). Enfin, il est présent dans des régions faiblement industrialisées où l'accès aux soins est difficile. L'utilisation de certains sérums permet néanmoins de combattre les effets d'une envenimation toutefois même avec l'administration d'un de ces sérums il n'est pas rare que ça morsure conduit à la mort. [4] [5]L'ensemble de ces facteurs explique que ces serpents soient responsables d'un grand nombre d'envenimations mortelles chaque année.

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (19 décembre 2013)[6] :

  • Echis carinatus carinatus (Schneider, 1801)
  • Echis carinatus sochureki Stemmler, 1969

Étymologie[modifier | modifier le code]

Cette espèce est nommée en raison des écailles carénées qu'elle porte sur le dos et les flancs. La sous-espèce Echis carinatus sochureki est nommée en l'honneur d'Erich Sochurek[7].

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Schneider, 1801 : Historiae Amphibiorum naturalis et literariae. Fasciculus secundus continens Crocodilos, Scincos, Chamaesauras, Boas. Pseudoboas, Elapes, Angues. Amphisbaenas et Caecilias. Frommani, Jena, p. 1-374 (texte intégral).
  • Stemmler, 1969 : Die Sandrasselotter aus Pakistan: Echis carinatus sochureki subsp. nov.. AquaTerra, vol. 6, p. 118-125.
  • Trutnau, 1998 : Schlangen im Terrarium, Band 2 : Giftschlangen

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. {{Ouvrage}} : paramètre « titre » manquant
  2. a, b et c Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  3. (en) WCH Clinical Toxinology Resources
  4. « Morsures de vipères en Afrique : intérêt du sérum antivenimeux polyvalent IPSER Afrique Pasteur Echis-Bitis-Naja-Dendroaspis dans le traitement des envenimations graves par Echis arinatus », sur www.santetropicale.com, santetropicale.com,‎ janvier 2011 (consulté le 13 janvier 2011)
  5. (de) Ludwig Trutnau, Schlangen im terrarium, Band 2 : Giftschlangen, ULMER,‎ 1998, 361 p. (ISBN 3-8001-7371-9)
  6. Reptarium Reptile Database, consulté le 19 décembre 2013
  7. Beolens, Watkins & Grayson, 2009 : The Eponym Dictionary of Reptiles. Johns Hopkins University Press, p. 1-296