Eccéité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'eccéité (ou encore haeccéité, heccéité) signifie l'ensemble des caractéristiques, matérielles ou immatérielles, qui fait qu'une chose est une chose particulière. Il s'agit de son essence particulière qui permet de la distinguer de toutes les autres. Par extension, on peut traduire ce terme par individualité.

Eccéité et quiddité[modifier | modifier le code]

L'eccéité est parfois considérée comme synonyme de quiddité, mais une différence subtile existe. La quiddité porte sur l'essence commune à un groupe, et qui est classiquement exprimable par une définition (« un banc est un artefact pour s'asseoir »). L'eccéité est quant à elle insaisissable par une définition et suppose un principe d'individuation difficile à cerner (« ce banc est celui sur lequel on s'est embrassé »).

Origine et évolution[modifier | modifier le code]

Ce terme (du latin scolastique ecceitas, dérivé de l'adverbe latin ecce : voici, voilà, signifie littéralement la « ceci-ité » ou « thisness » en anglais) provient de la philosophie scolastique. Jean Duns Scot[1] est le philosophe qui a le plus développé cette notion.

Le terme a été repris au XXe siècle par diverses traditions, comme l'existentialisme et l'épistémologie (Gilbert Simondon[2]), en référence au Dasein allemand de Heidegger. Dans cette perspective, l'eccéité se rapproche alors éventuellement du sens suivant: être là (dans le monde).

La tradition analytique s'y intéresse aussi, et le définit par la propriété d'identité avec soi-même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Duns Scot (trad. G. Sondag), Le principe d'individuation (De principio individuationis), Vrin,‎ 2005 (présentation en ligne)
  2. Gilles Deleuze, commentant Simondon, préfère écrire heccéité, qu'il construit sur haec plutôt que sur ecce.