Ebrauc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ebrauc (ou Ebraucus en latin, Efrawc en gallois) est un roi légendaire de l’île de Bretagne (actuelle Grande-Bretagne), dont l’« histoire » est rapportée par Geoffroy de Monmouth dans son Historia regum Britanniae (vers 1135). Il est le fils de Mempricius avant que celui-ci ne délaisse sa famille pour s’adonner à la sodomie.

Le royaume de l’île de Bretagne[modifier | modifier le code]

Après la guerre de Troie, Énée arrive en Italie, avec son fils Ascagne et devient le maître du royaume des Romains. Son petit-fils Brutus est contraint à l’exil après avoir accidentellement tué son père. Après une longue navigation, Brutus débarque dans l’île de Bretagne, l’occupe et en fait son royaume. Il épouse Innogen dont il a trois fils. À sa mort, le royaume est partagé en trois parties : Locrinus reçoit le centre de l’île à qui il donne le nom de « Loegrie », Kamber reçoit la « Cambrie » (actuel Pays de Galles) et lui donne son nom, Albanactus hérite de la région du nord et l’appelle « Albanie » (Écosse). Après une guerre contre les Huns, Locrinus devient le seul roi. C’est le début d’une longue liste de rois.

Ebrauc[modifier | modifier le code]

Ebrauc succède à son père Mempricius et règne 39 ans. Il est contemporain des rois David en Judée et Silvius Latinus en Italie et des prophètes d’Israël Gad, Nathan et Asaph. Ebrauc avait une haute taille et une grande force. Il est le premier depuis Brutus de Bretagne, le fondateur du royaume, à être allé en Gaule avec ses armées. Là, il massacre les Gaulois, saccage leurs villes et rentre avec un considérable butin d’or et d’argent. Il fonde les villes de Caerbrauc (cité d’Ebrauc) près de la Humber, d’Alclud en Albanie (Dunbarton), de Mont-Agned et de Mont-Douloureux. De ses 20 femmes, il a 20 fils et 30 filles. Les fils s’en vont conquérir la Germanie dont ils deviennent les maitres – seul Brutus au Vert Écu reste auprès de son père à qui il succédera - et les filles s’en vont en Italie sous le règne de Silvius Latinus où elles se marient à de nobles Troyens.

Source[modifier | modifier le code]

  • Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, traduit et commenté par Laurence Mathey-Maille, Les Belles lettres, coll. « La Roue à livres », Paris, 2004, (ISBN 2-251-33917-5).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :