Eale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Eale (homonymie)
Deux éales ornent la grande porte de St John's College à Cambridge.

L'Eale (prononcé éale ou ile selon les légendes) est un animal mythique, présent dans les mythologies scandinave, bretonne, mais aussi arabe, indienne et africaine[réf. nécessaire]. On le décrit soit comme une sorte de chèvre à quatre cornes pivotantes, soit comme une créature mi-femme mi-reptile.

L‘Histoire naturelle (8, 73) de Pline l'Ancien (une encyclopédie romaine du Ie siècle) le décrit comme un animal « de la grandeur de l'hippopotame, ayant la queue de l'éléphant, une couleur noire ou fauve, la mâchoire du sanglier, les cornes hautes de plus d'une coudée, mobiles, qu'il emploie alternativement dans les combats, et dont il varie l'obliquité suivant qu'il le juge nécessaire. »

Voici la citation complète en latin :

« [...] hanc feram humanas voces tradunt imitari. apud eosdem et quae vocatur eale, magnitudine equi fluviatilis, cauda elephanti, colore nigra vel fulva, maxillis apri, maiora cubitalibus cornua habens mobilia, quae alterna in pugna sistit variatque infesta aut obliqua, utcumque ratio monstravit. »

Son origine semble être indienne et son nom pourrait venir de l'hébreu יָעֵל (yael), signifiant « chèvre des montagnes », ou encore du grec ealên, eilô, qui signifie « s'enrouler, tourner sur soi même », en référence à ses cornes.

Ce n'est qu'une rumeur mais certains disent que[réf. nécessaire] l'Eale ferait tourner ses cornes très rapidement pour annoncer une catastrophe ou un malheur.

Selon la légende bretonne[Laquelle ?][évasif], l'Eale était le seul animal capable de se mesurer au Kraken et au basilic, par son courage et sa force, mais aussi par son pouvoir de prédiction qui lui viendrait de ses cornes.

Références[modifier | modifier le code]