EE-T1 Osório

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
EE-T1 Osório
Caractéristiques de service
Service jamais entré en service
Utilisateurs Drapeau du Brésil Brésil et Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite théoriquement
Production
Concepteur Engesa
Année de conception EE-T1 : 1985

EE-T2 : 1986

Constructeur Engesa
Production 2 prototypes
Variantes EE-T2 Osório
Caractéristiques générales
Équipage 4 (pilote, tireur, chargeur, chef de char)
Longueur 7,13 m

EE-T1 : (9,99 m avec le canon)
EE-T2 : (10,1 m avec le canon)

Largeur 3,2 m
Hauteur 2,37 m
Masse au combat 38,9 à 43 t suivant le modèle de tourelle.
Armement
Armement principal EE-T1 : un canon de 105 mm Royal Ordnance L7 (45 obus)

EE-T2 : un canon de 120 mm GIAT G1 à âme lisse (38 obus).

Armement secondaire une mitrailleuse de type chaingun Hughes EX34 de 7.62 mm jumelée au canon (5000 coups)

une mitrailleuse Browning M2 (900 coups) ou FN MAG (3000 coups) sur le toit.

Mobilité
Moteur moteur Diesel à 12 cylindres Deutz MWM TBD 234 turbocompressé.
Puissance 1014 ch (745 kW) à 2 300 tr/min
Transmission ZF LSG 3000
Suspension hydropneumatique de chez Dunlop
Vitesse sur route 70 km/h sur route, 50 km/h en tout-terrain
Puissance massique 26 ch/tonne
Réservoir 1354 ℓ
Autonomie 550 km

L' EE-T1 Osório est un char de combat principal conçu par la firme brésilienne Engesa au tout début des années 80. Développé sur les fonds propres d'Engesa sans aucun soutien de l'État, l'Osório remporta en en 1987 une compétition organisée en Arabie Saoudite, où il sut se démarquer face à l'AMX-40 français, le Challenger 1 britannique et le M1 Abrams américain. Bien que son avenir fut prometteur, il restera au stade de prototype suite à l'annulation du contrat d'achat par l'Arabie Saoudite, seulement deux exemplaires seront produits avant la faillite de la société qui l'avait conçu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Son développement commença en 1982, et le premier prototype fut terminé en 1985[1]. Il avait été conçu pour être vendu à l'Arabie saoudite ; il y fut évalué contre l'AMX-40 français, le M1 Abrams américain et le Challenger 1 britannique.

En septembre 1989, les Saoudiens ont opté pour le M1 Abrams américain. Ils ont annoncé cette décision peu après le déclenchement de la guerre du Golfe, en 1991. Les deux prototypes furent transférés dans l'armée de terre brésilienne et la firme Engesa fit faillite peu après.

Armement[modifier | modifier le code]

L'EE-T1 était armé d'un canon Royal Ordnance L7 d'un calibre de 105 mm, la longueur du tube était de 52 calibres (5,46 m). Seize obus de 105 mm étaient logés dans la partie gauche de la nuque de la tourelle, à portée du chargeur, la trentaines d'autres étant entreposée dans le châssis, non loin du conducteur.

L'EE-T2 quant à lui possédait un canon à âme lisse GIAT G1 d'un calibre de 120 mm et d'une longueur de 52 calibres (6,24 m). Le canon possède un manchon thermique anti-arcure et est stabilisé sur les deux plans, l'évacuation des gaz brûlés générés lors du tir est effectuée à l'aide d'un compresseur installé dans le plancher de la tourelle, à gauche de la culasse, devant les pieds du chargeur. Douze obus étaient rangés dans un compartiment situé à l'arrière gauche de la tourelle, une porte blindée coulissante séparait les munitions du compartiment de combat, les 24 autres obus étaient placés dans un râtelier à proximité du conducteur.

Initialement, l'EE-T2 devait recevoir le canon à âme lisse Rh120 de 120 mm du Léopard 2 allemand, mais en dépit du fait que l'EE-T2 soit équipé d'une nouvelle tourelle, le recul de la pièce allemande de 120 mm, atteignant les 600 kN était trop important, il en allait de même pour le canon britannique L11 qui générait une force de recul de 610 kN. Les ingénieurs d'Engesa se tournèrent alors vers le canon à âme lisse de 120 mm Modèle F1 (dénomination CN120-26) fabriqué par le GIAT, mais, ici encore, le recul de 550 kN était encore jugé comme trop important, heureusement l'EFAB de Bourges avait aussi développé antérieurement le GIAT G1 du même calibre, utilisé sur l'AMX-40, la force développée lors du tir n'était que de 365 kN grâce à un allongement de la course de recul, passant de 40 cm à 48,5 cm.

Bien que l'EE-T1 et l'EE-T2 aient chacun une tourelle et un armement principal différent, ils partageaient un armement secondaire identique composé d'une mitrailleuse EX-34 de 7.62 mm actionnée électriquement, montée à gauche de l'armement principal.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Marsh Gelbart, Tanks main battle and light tanks, Brassey’s UK Ltd,‎ 1996 (ISBN 1-85753-168-X), p. 13–14

Lien externe[modifier | modifier le code]