E. Guigal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
E. Guigal
Image illustrative de l'article E. Guigal
Quatre bouteilles de la gamme E.Guigal

Pays Drapeau de la France France
Siège social Ampuis
Fondation 1946
Appellations Châteauneuf-du-pape, Condrieu, Côte-rôtie, Côtes-du-rhône, Crozes-hermitage, Gigondas, Hermitage, Saint-joseph, Tavel
Cépage Côtes-du-rhône septentrionale
Syrah, Viognier, Roussanne, Marsanne
Côtes-du-rhône méridionale
Grenache, Cinsault, Mourvèdre, Clairette, Bourboulenc
Personnes clés Étienne Guigal
Marcel Guigal
Site internet www.guigal.com

E. Guigal, est une maison de négoce et d'élevage des vins située à Ampuis dans le Rhône, fondée par Étienne Guigal en 1946. Elle est aujourd'hui propriétaires du château d'Ampuis, domaine viticole, et des crus prestigieux La Turque, La Mouline et La Landonne, issus de vignes situées sur la Côte-Blonde et la Côte-Brune du terroir de Côte-rôtie, qui sont considérés comme faisant partie des plus grands vins du monde.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1946, dix hectares du vignoble de la maison J. Vidal-Fleury, fondée à Ampuis en 1781, sont rachetées par Étienne Guigal, le maître de chai de cet établissement. Son fils Marcel le rejoint en 1961. Ce fut lui qui, au début des années 1980, fit restreindre les activités de Vidal-Fleury à la seule vinification à ses seules vignes de cote-rôtie : côte brune et blonde et côte blonde La Chatillonne. Ces deux cuvées furent vinifiées selon la « méthode Guigal » tout en continuant pendant quelques années à être commercialisées sous la marque Vidal-Fleury[1].

Trois lieux-dits prestigieux[modifier | modifier le code]

Parcelle de la Côte-Blonde appartenant à E. Guigal
Cuvée La Mouline, un des fleurons de E. Guigal

Marcel Guigal, successeur d'Étienne, excellent vinificateur, fut rapidement considéré comme le plus grand négociant-éleveur de la vallée du Rhône en particulier pour les vins qu'il élèvait en barrique de chêne[2]. Il sut de plus mettre en valeur ces deux grands terroirs viticoles que sont la Côte-Brune et la Côte-Blonde. Le premier donne, en effet, des vins très corsés et d'une longue tenue, le second des vins plus élégants, plus tendres et plus souples[3]. Dans ces deux domaines, sa maîtrise a été telle qu'elle lui a permis d'arrondir la rusticité des tanins de ses côtes-rôties et d'éviter à ses vins le reproche de se fondre dans le « standard international » des vins marqués par le goût du bois neuf[2].

La cuvée La Mouline, lieu-dit situé sur la Côte-Blonde, a assis sa réputation mondiale. Ces vins qui assemblent syrah et viognier sont finement structurés et dégagent des notes concentrées de mûres. À leur élégance et à leur rondeur, s'ajoutent des arômes intenses de fleurs, de résine et de cannelle[2].

Second lieu-dit prestigieux, La Landonne fournit des vins qui se distinguent par une robe plus foncée et une structure plus robuste. Leur puissance est telle qu'elle peut surprendre et même paraître excessive en départ de dégustation. L'aération lui permet ensuite d'atteindre sa plénitude où la bouche présente un remarquable équilibre entre la puissance et la fraîcheur[2].

Situé sur la Côte-Brune, La Turque est un ancien vignoble de Joseph Vidal-Fleury qui a été racheté par Etienne Guigal. Entièrement réencépagé par Marcel, ce lieu-dit fut vinifié en tant que tel pour la cuvée 1985. Il produit des vins qui ont la force et la puissance de La Landonne avec un nez intense et riche où dominent les arômes de cassis, framboise et myrtille qui se marient avec des notes boisées et torréfiées[2].

Depuis 1998, Philippe Guigal (œnologue de formation ) est entré dans la maison Guigal pour épauler son père Marcel.

Un record[modifier | modifier le code]

E. Guigal détient le record du vin des Côtes du Rhône le plus cher de l'histoire, avec un côte-rôtie de 2003 à plus de 800 dollars la bouteille[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Mayberry, op. cit., p. 201.
  2. a, b, c, d et e Robert Mayberry, op. cit., p. 199.
  3. Professur J. R. Robert, Vins, alccols et spritueux de France, Éd. Maurice Ponsot, Paris, 1951-1952, p. 377.
  4. James Molesworth, Guigal Sets Price Record for Rhône, Wine Spectator, 8 février 2007.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert W. Mayberry, Wines of the Rhône Valley, a guide to origins, Rowman & Littlefield Publishers, Totawa, New Jersey, U.S.A., 1987.

Liens externes[modifier | modifier le code]