Dytique bordé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dytique bordé

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Dytiscus marginalis ( à gauche, à droite)

Classification
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Classe Insecta
Ordre Coleoptera
Famille Dytiscidae
Sous-famille Dytiscinae
Genre Dytiscus

Nom binominal

Dytiscus marginalis
Linnaeus, 1758

Le dytique bordé (Dytiscus marginalis) est un coléoptère dytiscidé européen qui mesure de 30 à 35 mm de long.

Dytiscus marginalis
Cette espèce est capable de sortir de l'eau et marcher sur le sol (ainsi que de voler)
Larve de Dytiscus marginalis, prédateur redoutable...
Gravure présentant le cycle de vie du dytique bordé

C'est l’un des plus grands des dytiques et « scarabées d'eau » européens ; sa taille lui permet de s'attaquer à des têtards, voire aux alevins, larves de tritons et salamandres ou petits poissons[1]. Il est pour cette raison considéré par les éleveurs de poissons rouges comme un indésirable dans leurs étangs d'élevage.
C'est une espèce qui peut voler, d'un vol lourd et bruyant, mais qui ne vole que par nuit noire[2]. Si on le dépose au sol, il rampe malhabilement en raison de la forme de ses pattes transformées en organes natatoires.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Il a en Europe de nombreux noms vernaculaires qui renvoient souvent à sa taille exceptionnelle et à son caractère aquatique.

Son nom scientifique, Dytiscus marginalis , se réfère à son mode de vie et à son apparence.
Dytiscus, son nom de genre signifie « plongeur ». Il se réfère à son comportement d'adulte, remontant régulièrement en surface pour faire provision d'oxygène dans l'air avant de plonger ;
marginalis, son nom d'espèce signifie « bord » et renvoie à la couleur jaune, qui orne les bords du pronotum et des élytres.
Ce nom lui a été donné en 1758 par Carl von Linné [3]

On en reconnait aujourd’hui deux sous-espèces :

Dytiscus marginalis marginalis, vivant dans l'Est de l'Europe, dans la région du lac Baïkal en Russie, décrite relativement récemment (en 1953) par Zaitsev ;
Dytiscus marginalis czerskii [4].


Répartition, habitat[modifier | modifier le code]

Sa répartition actuelle est mal connue ; il a régressé ou disparu dans une partie de son territoire potentiel en particulier là où les mares ont régressé (essentiellement pour des raisons économiques), mais il reste assez fréquent dans les régions riches en zones humides (Pays-Bas par exemple).

On le trouve dans les fossés inondés, les mares, les étangs à végétation dense.

Description[modifier | modifier le code]

Le dytique bordé est d'un brun noirâtre ou vert-olivâtre, avec des reflets métalliques sur les élytres.
Le prothorax est cerclé de jaune plus ou moins doré, et la marge extérieure des élytres ornés de cette même couleur et sa face ventrale est d'un brun jaune rougeâtre.

Outre des ventouses aux pattes antérieures, le mâle possède des élytres lisses, voir photos, tandis que la femelle y arbore des rainures verticales.

En plus d'être un habile nageur/plongeur, cet insecte peut également marcher sur le sol un peu maladroitement et voler à la recherche d'autres eaux stagnantes (vol assez bruyant).
Il lui arrive parfois d'entrer dans une maison, ou de s'écraser sur les routes des villes, probablement perturbé par la polarisation de la lumière sur la surface du goudron qu'il pourrait confondre avec la surface d'une étendue d'eau.

Utilisation[modifier | modifier le code]

C'est une espèce de grande taille et qui était autrefois commune. En tant que tel, il a servi d'animal de laboratoire de début au milieu du XXe siècle, utilisé par exemple pour l'étude de la production d'enzymes protéolytiques lors de la digestion des insectes[5] ou pour l'étude du système nerveux des insectes[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. H. Bellmann & W.R.B. Heitmans. Dytiscus marginalis (gewone geelrand)
  2. Karl Wilhelm Harde & František Severa. Kosmos Käferführer - Die Käfer Mitteleureuopas, Kosmos, 1981-2006
  3. Linnaeus, C. (1758). Systema naturae per regna tria naturae, ed. 10: 411 online op BHL , onder verwijzing naar een eerdere beschrijving in zijn eigen Fauna Svecica en publicaties van onder anderen John Ray en Aldrovandi
  4. Anders N. Nilsson, Mogens Holmen. The aquatic Adephaga (Coleoptera) of Fennoscandia and Denmark, volume 2
  5. RH Dadd, http://jeb.biologists.org/content/33/2/311.full.pdf Proteolytic activity of the midgut in relation to feeding in the beetles Tenebrio molitor L. and Dytiscus marginalis L] ; Journal of Experimental Biology, 1956, PDF
  6. ED Adrian, Potential changes in the isolated nervous system of Dytiscus marginalis ; The Journal of Physiology, 1931