Dykh-Tau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dykh-Tau
Vue du Dykh-Tau depuis l'ouest.
Vue du Dykh-Tau depuis l'ouest.
Géographie
Altitude 5 205 m[1]
Massif Muraille de Bezengui (Grand Caucase)
Coordonnées 43° 03′ 05″ N 43° 07′ 57″ E / 43.05139, 43.1325 ()43° 03′ 05″ Nord 43° 07′ 57″ Est / 43.05139, 43.1325 ()  [1]
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
République Kabardino-Balkarie
Raion Tcherekski
Ascension
Première 24 juillet 1888 par Albert F. Mummery avec Heinrich Zurflüh par l'arête sud-ouest
Voie la plus facile arête nord
Géologie
Roches Granite

Géolocalisation sur la carte : Caucase

(Voir situation sur carte : Caucase)
Dykh-Tau

Géolocalisation sur la carte : Kabardino-Balkarie

(Voir situation sur carte : Kabardino-Balkarie)
Dykh-Tau

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

(Voir situation sur carte : Russie européenne)
Dykh-Tau

Le Dykh-Tau (ou Dykhtau) est une montagne culminant à 5 205 mètres d'altitude en Kabardino-Balkarie, une république caucasienne de Russie. Il se situe dans le versant septentrional du Grand Caucase, au nord de la frontière géorgienne, et constitue le deuxième plus haut sommet de l'Europe et de la Russie après l'Elbrouz. Il est gravi pour la première fois en 1888 par l'arête sud-ouest. La voie normale, ouverte la même année, passe désormais par l'arête nord. La montagne est protégée par la réserve naturelle de haute montagne de Kabardino-Balkarie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Dykh-Tau vient du karatchaï-balkar Дых тау signifiant « montagne escarpée ». Avec le Kochtan-Taou, ils sont surnommés les « frère de Bezengui »[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Dykh-Tau se situe dans le Sud de la Russie européenne, au Sud de la Kabardino-Balkarie[1]. Il se trouve à 40 kilomètres au sud-sud-est de Tyrnyaouz et 63 kilomètres de Naltchik, la capitale de cette République, tandis que Krasnodar est à 400 kilomètres à l'ouest-nord-ouest et Volgograd à 650 kilomètres au nord. La frontière avec la Géorgie passe six kilomètres au sud. Les côtés de la mer Noire se trouvent à 135 kilomètres à l'ouest-sud-ouest et celles de la mer Caspienne à 350 kilomètres à l'ouest. Le sommet s'élève à 5 205 mètres d'altitude[1], dans la muraille de Bezengui, au nord de la principale ligne de partage des eaux du Grand Caucase, qui marque traditionnellement la limite entre l'Asie et l'Europe. Il constitue le deuxième plus haut sommet de la chaîne, de la Russie et du « Vieux Continent » après l'Elbrouz. Sa hauteur de culminance par rapport à ce dernier, situé à 64 kilomètres au nord-ouest, est de 2 002 mètres[1]. Il domine le glacier de Bezengui (du karatchaï-balkar Уллу чыран, littéralement « Grand glacier ») à l'ouest et le glacier Mizhirgi à l'est. Il est constitué de granite[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Après deux tentatives d'ascension infructueuses menées en 1886, par Clinton Thomas Dent, et en 1888[4], le Dykh-tau est finalement conquis par le Britannique Albert F. Mummery et le guide suisse Heinrich Zurflüh de Meiringen, accompagnés d'un porteur tatar[5], par l'arête sud-ouest, le 24 juillet 1888[6]. Le 20 août de la même année H. W. Holder, Hermann Woolley et J. G. Cockin avec Ulrich Almer, gravissent l'arête nord[7], qui constitue désormais la voie normale.

Au fil des années, le Dykh-tau est gravi par d'autres itinéraires : en 1928 par l'arête sud, en 1935 par l'arête nord-ouest, en 1958 par le pilier sud (par George Band et Michael Harris)[4].

Activités[modifier | modifier le code]

Ascension[modifier | modifier le code]

L'accès au Dykh-Tau se fait généralement par le nord, depuis le village de Bezingui, qui permet de rejoindre le camp de base à 2 180 mètres d'altitude, au pied de l'arête septentrionale. La voie normale est cotée 4B selon l'échelle russe[2] (équivalent de IV ou V selon l'UIAA[8]). L'ascension commence en longeant le versant occidental de la crête, avec le franchissement de l'arête ouest du Misses-Tau, un sommet secondaire à 4 425 mètres d'altitude au nord du Dykh-Tau. Il est alors possible d'établir un bivouac au niveau d'un glacier suspendu dans la face nord-ouest du sommet. Il faut remonter jusqu'à l'arête séparant le Dykh-Tau du Misses-Tau et la suivre en direction du sud jusqu'à la cime principale[9].

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Le Dykh-Tau est protégé depuis 1976 au sein de la réserve naturelle de haute montagne de Kabardino-Balkarie qui couvre 741 km2[10].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert F. Mummery, Mes escalades dans les Alpes et le Caucase, Slatkine, 1903, ch. XII : « Le Dych-Tau »
  • H. W. Holder, « Dykhtau and Katuintau », dans Douglas W. Freshfield, The exploration of Caucasus, E. Arnold, 1896, Volume II, pages 21-37 [lire en ligne]
  • Gérard Bordes, Grande Encyclopédie de la Montagne, t. 3, Paris, Atlas,‎ 1976, 2400 p.
  • Éric Hoesli, À la conquête du Caucase : épopée géopolitique et guerres d'influence, Syrtes, 2006

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Gora Dykh-Tau, Russia, peakbagger.com
  2. a et b (en) Gora Dykh-Tau, Russia, SummitPost.org
  3. (fr) Albert Frederick Mummery, op. cit., page 241
  4. a et b (fr) Gérard Bordes, op. cit.
  5. (en) Ernst Sondheimer, The Alpine Journal, Volume 93, Century Hutchinson, 1988, page 209
  6. (en) Trevor Braham, When the Alps Cast Their Spell: Mountaineers of the Alpine Golden Age, Neil Wilson Publishing, 2013
  7. (en) Douglas W. Freshfield, The Exploration of the Caucasus, 1902, Volume 1, p. 20
  8. (en) Russian Alpine Grades, SummitPost.org
  9. (en) Dykhtau - Central Caucasus
  10. (ru) Кабардино-Балкарский заповедник