Dying Light

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dying Light
Éditeur Warner Bros
Développeur Techland
Musique Pawel Blaszczak

Date de sortie Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 27 janvier 2015[1]
Sortie internationale 26 février 2015
Genre Action-aventure
Monde ouvert
FPS
Survival horror
Mode de jeu Un joueur
Coopération
Multijoueur
Plate-forme Xbox One
PlayStation 4
Windows
Média Blu-ray
DVD
Langue Multilingue
Contrôle Manette
Clavier et Souris

Moteur Chrome Engine 6

Dying Light est un jeu vidéo d'action de type survival horror en vue à la première personne, doté d'un cycle jour/nuit, dans lequel le joueur doit survivre dans un monde ouvert et se protéger d'une population d'infectés. Le jeu est développé par Techland et édité par Warner Bros. Le jeu est sorti sur PlayStation 4, Xbox One, Windows et GNU/Linux le 27 janvier 2015 en version digitale puis le 26 février 2015 en version disque[1],[2],[3],[4],[5].

Trame[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un agent pathogène inconnu, dérivé de la rage, fait des ravages dans la ville fictive d’Harran. Le Ministère de la Défense a érigé un mur et placé la ville sous quarantaine pour contenir l'épidémie, mais cette solution n’est pas viable. Le ministère a proposé de raser la ville afin de supprimer toute trace du virus, mais des survivants pourraient encore se trouver sur place. L'agent Kyle Crane est de son côté envoyé par le GRE (Global Relief Effort) dans la ville d'Harran pour retrouver un dossier volé par un certain Kadir Suleiman (connu sous le nom de Rais) qui pourrait contenir des informations sur la synthèse d'un remède au virus qui frappe Harran.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Kyle Crane : Agent du GRE originaire de Chicago, il est envoyé à Harran pour retrouver un dossier volé qui pourrait contenir des informations sur un éventuel remède au virus d'Harran. Il entre en contact avec les survivants de la Tour puis devient Traceur, pour ensuite approcher Rais et lui subtiliser le dossier. Il va vite se prendre d'affection pour Jade Aldemir, et faire passer les intérêts de la ville et des survivants avant ceux du GRE qui est prêt à sacrifier la ville si nécessaire pour obtenir le dossier.
  • Kadir "Rais" Suleiman : Figure politique de la ville avant l'incident d'Harran, il est devenu un seigneur de guerre et a volé au GRE un dossier sensible sur un possible remède du virus après que son frère Hassan soit mort. Ce dernier meurt alors qu'ils étaient en train d'être évacués par le GRE. Rais (le mot swahili pour président) a créé une faction remplie d'hommes violents, et intercepte la quasi-totalité des largages humanitaires du GRE pour créer un lobby sur l'antizine (produit permettant de stopper pendant un moment les effets du virus).
  • Harris Brecken : Ancien professeur de parkour, il est maintenant à la tête de la Tour, un bâtiment au centre du bidonville où se sont réfugié une grande partie des survivants. Traceur habile, il est blessé à la tête lors d'une tentative d'interception de largage d'antizine.
  • Jade Aldemir : Traceuse et habile combattante, surnommée le scorpion, elle sauve la vie à Crane au début du jeu et sera à ses côtés plusieurs fois. Elle est très protectrice envers son frère Rahim.
  • Rahim Aldemir : Petit frère de Jade, il formera Crane aux bases du parkour. Peu prudent et très spontané, il a pour idée de faire sauter un immeuble où se trouve un nid de rapaces.
  • Lena : Docteur de la Tour, elle remet sur pied Crane et lui confiera des tâches.
  • Docteur Imran Zere : Scientifique à Harran, il travaille sans relâche à un remède contre le virus.
  • Docteur Camden : Collègue du docteur Zere, il s'est barricadé dans une clinique dans la vieille ville, et travaille aussi à un remède au virus.
  • Amir Ghoreyshi : Traceur de la Tour, il aide Jade à sauver Crane au début du jeu, mais meurt rapidement, submergé par les infectés. On apprend plus tard qu'il était un agent du GRE chargé de la protection du docteur Camden.

Factions[modifier | modifier le code]

  • Le GRE (Global Relief Effort) : Organisation humanitaire en lien avec le Ministère de la Défense, elle supervise l'envoi de caisse humanitaire pour les survivants d'Harran.
  • Les Traceurs : Groupe de survivants de la Tour, ils sont athlétiques, agiles et possède des aptitudes au parkour. Leur but est de survivre en interceptant les caisses humanitaires du GRE, et en tenant tête aux hommes de Rais.
  • Les Bandits : Groupe voulant un contrôle d'Harran, ils terrorisent et agressent les survivants, pillent les caisses humanitaires et sont très bien armés.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Principe[modifier | modifier le code]

Dying Light est un jeu de zombie apocalyptique fixé dans un monde ouvert divisé en plusieurs parties : bidonvilles, égouts, vieille ville et une zone éloignées abritant une antenne relais.Les joueurs traversent un vaste environnement urbain envahi par une population infectée qui a envahit les rues de la ville et peux se trouver dans des bâtiments et sur des toits. Le but est d'évoluer sur la carte tout en récoltant des fournitures pour la fabrication d'armes, et en accomplissant les nombreuses quêtes à notre disposition. L’originalité du titre vient du fait que Crane puisse utiliser des aptitude de parkour pour se déplacer de manière fluide et rapide, et ainsi mieux combattre les infectés. Le jeu est basé surtout sur le combat rapproché à l'aide d'une grande diversité d'armes légères et lourdes (ainsi que des armes à feu, plus rares et que l'on croise vers le milieu du jeu). Chaque arme peut être améliorée pour augmenter la résistance, la maniabilité et les dégâts, et de nombreux mods d'arme peuvent être fabriqués pour ajouter des effets de brûlure, d'électrocution et/ou d'empoisonnement aux ennemis. Une grande variété d'armes de jet est aussi à disposition, tels que des cocktails Molotov, des shurikens et grenades artisanaux, des couteaux et autres hachettes. Enfin, le joueur peut se servir de l'environnement pour éliminer efficacement les ennemis, avec des barrières et flaques électrifiées, des voitures piégées, des pièges lumineux, des bidons et flaques d'essence, des rangées de pics en fer (empalement) etc ... Les ennemis sont variés au fur et à mesure de la progression dans le jeu, et il faut parfois être vigilant, car une détonation ou un coup de feu peut par exemple attirer des virulents, des infectés qui ont des aptitudes de parkour similaire à celle du joueur, et peuvent ainsi le suivre sur les toits.

Cycle jour/nuit[modifier | modifier le code]

Pendant la journée, le joueur évolue dans un environnement ouverts au parkour, peut récupérer des fournitures, sauver des survivants au hasard, et récupérer des parachutages du GRE (qui contiennent des caisses humanitaires permettant de gagner de l'expérience). Lorsque le soleil se couche, la nuit devient beaucoup plus dangereuse, mais les points d'expériences sont doublés en conséquence. Les rapaces apparaissent et sont très dangereux car plus rapide que Crane, peuvent courir, sauter, escalader des bâtiments et poursuivre le joueur durant un temps conséquent, peu importe les obstacles. Les esquiveurs sont aussi présents la nuit, localisés à des endroits précis, ils n'attaquent pas, s'enfuient très rapidement à la moindre approche frontale du joueur, mais sont utiles pour certains crafts d'arme une fois tués. Les infectés de base sont toujours présents de nuit, mais certains se transforment aléatoirement en virulents au bout de quelques secondes. Pour rester en vie, des zones de sécurités sont disséminées partout sur la carte, et le joueur peut s'y réfugié, car entourées par des lampes UV (redoutées par les rapaces). Certaines quêtes annexes demanderont d'effectuer des tâches de nuit (poser des bombes, récolter des plantes etc ...).

Mode difficile[modifier | modifier le code]

Ajouté via une mise à jour, le mode de difficulté difficile influence sur de nombreux éléments du gameplay : Le joueur est beaucoup plus vulnérable aux dégâts, qu'ils soient faits par des ennemis ou bien par une chute. Les kits de soin ne soignent plus que 50 points de vie (contre 100 en normal, la barre de vie ne se régénère pas instantanément mais progressivement, et les consommables instantanés ne régénère plus que de 2 points de vie (contre 10). De plus, ouvrir l'inventaire, consulter la carte etc ... ne met plus le jeu en pause, la lampe torche s'éteindra au bout d'un moment si elle est constamment allumée, la nuit dure deux fois plus longtemps, et le sens de survivant n'affiche plus les objets autour du joueur. Du point de vue des ennemis, ils infligent beaucoup plus de dégât (un empoignement par un infecté de base peut être fatal), les hommes de Rais peuvent tuer le joueur d'une simple rafale de fusil, et les rapaces et virulents n'apparaissent plus sur la carte (de jour comme de nuit)[6].

Mode Be the zombie[modifier | modifier le code]

En plus de pouvoir accueillir des parties à 4 en coopération, le jeu permet à un cinquième joueur d'envahir de nuit les parties des joueurs. Ce cinquième joueur se trouve dans la peau d'un infecté exclusif appelé chasseur nocturne. Celui-ci peut se servir de ses tendons comme d'un grappin (à la portée supérieure à celui du mode solo), utiliser un bouclier anti-UV, cracher des glaires comme le toad qui attirent des hordes et peuvent perturber les appareils UV, tuer instantanément un humain s'il est proche à condition de ne pas être sous une lumière UV, sauter plus haut, courir plus vite, tomber de n'importe quelle hauteur sans se blesser, et voir dans le noir. Le but des humains présent dans la partie est de détruire des nids de rapaces, tandis que le but du zombie est de les en empêcher en les tuant. Les humains ont un compteur de mort, et le zombie un compteur de nids.

Les types de zombies[modifier | modifier le code]

- Les zombies mordeurs (biter) : Les moins puissants du jeu, ils sont lents, maladroits et ne représentent pas une menace lorsqu'ils sont seuls. Ils sont présents le jour et la nuit durant laquelle certains évoluent et se transforment en virulents.

- Les malabars (goon) : Ils sont grands, forts, résistants mais lents, et utilisent une arme à deux mains.

- Les trolls (demolisher) : Très imposants, ils ont une armure lourde et peuvent jeter morceaux de bitume et carcasses de voiture au joueur.

- Les zombies en combinaison (gaz tank) : Ils sont équipés d'une bonbonne d'air dans le dos qui peut exploser après avoir frappé dessus.

- Les zombies "cracheurs" (toad) : Il crachent une boule verdâtre qui explose, blesse le joueur et gêne sa vue.

- Les zombies explosifs (bomber) : Des zombies aux entrailles apparentes qui explosent au plus près du joueur, assimilable à un kamikaze.

- Les hurleurs (screamer) : Des enfants zombies reconnaissables aux pleurs d'un banal enfant, mais qui crient une fois face au joueur, ce qui le blesse et attire tous les zombies de la zone.

- Les virulents (viral) : Humains récemment infectés, ils sont rapides, peuvent esquiver les coups et grimpent sur les toits. Ils viennent systématiquement s'ils entendent du bruit (tir ou explosion).

- Les esquiveurs (bolter) : Des zombies uniquement visibles la nuit qui n'attaquent pas, s'enfuient très rapidement à la moindre approche frontale du joueur, mais sont utiles pour certains crafts d'arme une fois tués.

- Les rapaces (volatile) : Uniquement présent la nuit ou dans des endroits plongés dans l'obscurité, ce sont les infectés les plus puissants. Ils sont très résistants, grimpent partout et sont très rapides.

- Les chasseurs nocturne (night hunter) : Uniquement jouable en multijoueur en mode "Be the zombie" par un joueur, ils sont rapides, puissants mais leur point faible est la lampe UV. Ils se servent de leur tendons comme d'un grappin, peuvent utiliser un bouclier anti-UV et cracher des glaires comme le toad qui attirent des hordes et peuvent perturber les appareils UV.

Musique[modifier | modifier le code]

Dying Light (Original Score)

Bande originale de Pawel Blaszczak
Sortie 4 février 2015
Durée 1:06:16
Genre Musique de jeu vidéo
No Titre Durée
1. Harran 1:14
2. Horizon 2:40
3. Passage 4:30
4. Runaway 4:17
5. Revival 2:53
6. Demolition 4:29
7. Departure 3:49
8. Invitation 4:50
9. Now They Are Coming 3:41
10. On the Edge 2:45
11. Destination 3:53
12. Praise the Sunlight 3:22
13. In the Cage 3:21
14. Choices and Decisions 2:06
15. Strife 3:18
16. For the Greater Good 4:07
17. Loose Ends 2:48
18. Decline 5:06
19. Breakdown 1:31
20. Despair 2:20
21. Extent 3.16

Accueil[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Dying Light fut d'abord pensé comme une suite à Dead Island. Techland a préféré développer un nouveau jeu vidéo complet afin d'introduire de toutes nouvelles fonctionnalités, comme un grand monde ouvert, de nouveaux zombies, un cycle jour / nuit en temps réel, de meilleurs graphismes, et une nouvelle mécanique de jeu . Le 8 mai 2014, Techland a été retardé en raison d'une « volonté d'innover ». Lors de l'E3 2014, Techland a annoncé que Dying Light mettra fortement l'accent sur le jeu de rôle. Le jeu était initialement prévu sur PlayStation 3 et Xbox 360, mais ces versions furent annulées à trois mois de sa sortie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Martin Gaston, « Open-world PS4 and Xbox One zombie mulcher Dying Light delayed to 2015 », GameSpot,‎ (consulté le 9 mai 2014).
  2. (en) Ludwig Kietzmann, « Dying Light adds a dash of Parkour to Techland's zombie tour », Joystiq,‎ (consulté le 8 décembre 2013).
  3. (en) Marty Sliva, « Dying Light Brings New Life to the Zombie Genre », IGN,‎ (consulté le 8 décembre 2013).
  4. (en) Katie Williams, « Dying Light is a new survival horror game by Dead Island developer Techland | News », PC Gamer,‎ (consulté le 8 décembre 2013).
  5. (en) « Dying Light Is Now Confirmed For Linux, Bring It On Techland », GamingOnLinux,‎ (consulté le 24 janvier 2015).
  6. « Aide mode Hard », sur Jeuxvideo.com,‎

Lien externe[modifier | modifier le code]