Durgā pūjā

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Durgā pūjā
Image illustrative de l'article Durgā pūjā

Nom officiel দূর্গাপুজা
Autre(s) nom(s) Akalbodhan, Vijaya Dashami, Dashain
Observé par les hindous
Type Fête religieuse
Commence 26 septembre
Finit 29 septembre
Lié à Dussehra

La Durgā pūjā (Bengali : দূর্গাপুজা) est une de principales fêtes des hindouistes célébrée en Inde, au Bangladesh tout comme par la diaspora à Maurice par exemple, en l'honneur de la déesse Dourgâ. Elle est parfois appelée Akalbodhan, Vijaya Dashami, Dashain, ou Dussehra.

Le culte de Durga est célébré durant les neuf (ou les cinq) jours précédant Navaratri. La population s'y prépare plusieurs semaines à l'avance.

Durgā pūjā au Bengale[modifier | modifier le code]

Le culte de Durga en automne (Shôrot) est le plus important festival du calendrier hindou au Bengale, en Orissa, dans le Tripura, l'Assam et d'autres régions orientales de l'Inde, ainsi qu'au Bangladesh. Puja signifie « culte », « prière » et Durga Puja est célébrée du sixième au dixième jour de la croissance de la lune dans le mois d’Ashwin, qui est le 6e mois dans le calendrier bengalî. Quelquefois, cependant, du fait des différences entre les cycles lunaire et solaire, Durga Puja peut avoir lieu durant le mois suivant, Kartik. Dans le calendrier grégorien, ces dates correspondent aux mois de septembre/octobre.

Durga idol at West Bengal

Dans le Rāmāyana, Rama invoque la déese Durga dans son combat contre Ravana. Alors qu'elle est traditionnellement célébrée au printemps, du fait de la bataille, Rama a dû faire appel à Durga en automne (akaal bodhan). Aujourd'hui, c'est à cette date décidée par Rama qu'est célébrée Durga, bien que le puja du printemps, le Basanti Puja, soit toujours présent dans l'almanach hindou. Comme la saison du culte est le Shôrot (autumn), il est parfois appelé Sharodia.

Les pujas se déroulent sur une période de cinq jours, qui est traditionnellement considérée comme le retour de la fille mariée -Durga- chez son père, dans l'Himalaya. C'est la fête la plus importante du Bengale, et les Bengalis la célèbrent avec des cadeaux et de nouveaux vêtements, qui sont portés le soir, lorsque les familles sortent admirer les pandals (temples temporaires construits pour vénérer la déesse, souvent en bambou et ornés de tissus). Bien qu'il s'agisse d'un festival hindou, les gens de toutes les religions participent à ces rituels.

Kolkata[modifier | modifier le code]

Rien qu'à Kolkata, plus de deux mille pandals sont construits pour l'occasion, affirmant haut et fort l'admiration et la ferveur de la population. À Chandernagor, de nombreux pèlerins viennent célébrer la puja.

Durgā pūjā dans d'autres régions de l'Inde[modifier | modifier le code]

Maharashtra[modifier | modifier le code]

Penjab[modifier | modifier le code]

Gujarat[modifier | modifier le code]

Kerala[modifier | modifier le code]

Cachemire[modifier | modifier le code]

Durgā pūjā au Bangladesh[modifier | modifier le code]

Le Bangladesh, dont un dixième de la population est hindou, célèbre la puja dans de nombreux temples, environ 18 000 temples étant construits dans tout le pays, et plus de 140 rien que dans la capitale Dhaka.

À l'étranger[modifier | modifier le code]

Durgā pūjā est également fêtée dans d'autres pays qui ont une forte population hindoue, comme à l'Ile Maurice, où les Hindous jeunent (c'est-à-dire mangent uniquement végétarien) durant neuf jours. Des statues de Durga sont immergées dans l'océan indien sur les plages un peu partout dans l'ile, en général lors du dernier jour de la puja. En 2010, Durgā pūjā avait lieu du 9 au 18 octobre à l'Ile Maurice.

Histoire[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :