Dure Limite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dure Limite

Album par Téléphone
Sortie 3 juin 1982
Enregistré mars-avril 1982
à Toronto
Durée 43:28
Langue Français
Genre Punk rock, Hard rock
Format 33 tours
Producteur Bob Ezrin
Label Virgin (édition originale)
EMI (réédition)
Critique

Music Story 4 étoiles sur 5[1]
Forces parallèles 5 étoiles sur 5[2]
Allmusic 4 étoiles sur 5 [3]

Albums par Téléphone

Singles

Ça (c'est vraiment toi)
Cendrillon

Dure Limite est le quatrième album studio du groupe Téléphone sorti le 3 juin 1982. Vendu à plus de 400 000 exemplaires, salué par la critique et comportant les tubes Ça (c'est vraiment toi) et Cendrillon, c'est le plus grand succès du groupe.

Historique[modifier | modifier le code]

Après trois albums édités chez EMI, Téléphone change de label en signant un contrat avec Virgin. Le groupe a le désir d'exporter sa musique en dehors de la France et vise notamment le marché américain. Téléphone se met donc à la recherche d'un producteur pouvant les y aider. Steve Lillywhite, le premier contacté, décline l'offre et le groupe se tourne ensuite vers Bob Ezrin, producteur de The Wall, qui accepte[4]. L'enregistrement a lieu à Toronto en mars et avril 1982. Lou Reed d'abord, puis Jean-Louis Aubert avec l'aide d'un ami américain, tentent d'adapter six chansons de l'album en anglais pour une version internationale mais ces adaptations ne sont pas jugées satisfaisantes et la version internationale est abandonnée[4].

L'album a une ambiance beaucoup plus gaie que son prédécesseur, Au cœur de la nuit, notamment à travers des titres comme Ça (c'est vraiment toi), Jour contre jour, Juste un autre genre ou encore Le Chat, écrite, composée et chantée par Corine Marienneau. Le synthétiseur y est utilisé pour la première fois par le groupe. La ligne mélodique de Ce soir est ce soir a été composée à l'origine par un guitariste d'Iggy Pop mais celui-ci l'a refusé[4]. Cendrillon, écrite, composée et chantée par Louis Bertignac, est un conte de fées qui vire au cauchemar sur la perte de l'innocence. Bertignac affirmera plus tard l'avoir écrite en pensant à Romy Schneider[5]. Ex-Robin des bois, est une satire politique sur la désillusion des militants socialistes un an après l'élection de François Mitterrand[4].

Tournée[modifier | modifier le code]

Le 14 juin 1982, Téléphone assure la première partie des Rolling Stones à l'hippodrome d'Auteuil, un rêve qui vire au cauchemar en raison de conditions techniques catastrophiques[6]. D'octobre à décembre, le groupe effectue une tournée française. Le 15 octobre, avant un concert à Montpellier, Louis Bertignac se brise la clavicule en chahutant avec Richard Kolinka[7] et les dates suivantes sont décalées de deux semaines. En mars et avril 1983, une tournée américaine est organisée et le groupe se produit au Canada, à Chicago (devant deux personnes), Los Angeles et New York. En mai et juin, le groupe tourne en Europe avec des concerts en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, au Portugal, en Espagne, en Italie et en Grèce[8].

Accueil[modifier | modifier le code]

Pays Ventes Certification Date
Drapeau de la France France[9] 400 000 + Disque de platine Platine 1983

Dure Limite est un très grand succès, il occupe la première place du classement de ventes d'albums en France pendant sept semaines[10]. Il s'est vendu à plus de 700 000 exemplaires[4] et est certifié disque de platine.

Selon l'édition française du magazine Rolling Stone, Dure Limite est, en 2010, le 3e meilleur album de rock français[11]. Paula Haddad, de Music Story, lui donne 4 étoiles sur 5, évoquant un « son rock avec des titres nerveux, Serrez, Juste un autre genre, et des chansons plus tempérées, Ce soir est ce soir, Le Temps » et comportant le « titre-culte » Cendrillon[1]. Pour le site Forces parallèles, qui lui donne 5 étoiles sur 5, l'album compte deux titres incontournables : Ça (c'est vraiment toi), « le morceau le plus emblématique » du rock français avec Antisocial et L'Aventurier, et Cendrillon, « slow cynique et déjanté » aux « accords fantomatiques désormais légendaires » ; mais aussi d'autres très bons titres tels que Le Chat, le « décapant » Ex-Robin des bois, les agressifs Dure Limite et Juste un autre genre, Serrez, au « rythme rapide et frondeur », et Le Temps, « excellent titre plus atmosphérique »[2]. Dave Thompson, d'Allmusic, lui donne 4 étoiles sur 5, estimant qu'il compte « parmi les albums les plus énergiques de son époque » et mettant en avant « l'ambiance de fête de Ça (c'est vraiment toi), le sauvage riff de guitare du Temps et le rêve sincère et sans fin qu'est Ce soir est ce soir »[3]. Pour Gilles Verlant et Thomas Caussé, dans la Discothèque parfaite de l'odyssée du rock, le groupe « passe véritablement un cap important » avec un album qui « sonne enfin comme le travail d'un groupe en studio et pas seulement une brassée de titres pensés pour le live » et où « les textes d'Aubert montrent un niveau inédit de maturité et de réflexion sociopolitique »[12].

Liste des chansons[modifier | modifier le code]

Dure Limite
No Titre Auteur(s) Durée
1. Dure Limite Jean-Louis Aubert 4:36
2. Ça (c'est vraiment toi) Jean-Louis Aubert 4:26
3. Jour contre jour Jean-Louis Aubert 3:33
4. Ex-Robin des bois Jean-Louis Aubert 3:23
5. Le Chat Corine Marienneau 4:55
6. Serrez Jean-Louis Aubert 3:57
7. Le Temps Jean-Louis Aubert et Louis Bertignac 4:13
8. Cendrillon Louis Bertignac 3:57
9. Juste un autre genre Jean-Louis Aubert et Louis Bertignac 3:20
10. Ce soir est ce soir Jean-Louis Aubert, Yvan Kral 6:23

Crédits[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Paula Haddad, « Dure Limite Chronique Music Story », Music Story (consulté le 8 octobre 2012)
  2. a et b « Dure Limite Chronique Forces parallèles » (consulté le 8 octobre 2012)
  3. a et b (en) Dave Thompson, « Dure Limite Review », Allmusic (consulté le 8 octobre 2012)
  4. a, b, c, d et e Bataille 2004, p. 50-53
  5. Bataille 2004, p. 32
  6. Bataille 2004, p. 102
  7. Bataille 2004, p. 67
  8. Bataille 2004, p. 114-115
  9. « Les Certifications depuis 1973 - Téléphone », sur infodisc.fr (consulté le 8 octobre 2012)
  10. « Détails Albums Téléphone » (consulté le 8 octobre 2012)
  11. « 100 disques essentiels du rock français », Rolling Stone, no 18,‎ février 2010
  12. Gilles Verlant et Thomas Caussé, La Discothèque parfaite de l'odyssée du rock, Presses de la Cité,‎ 2009 (ISBN 2-2580-8007-X), p. 196

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sébastien Bataille, Téléphone de A à Z, Express Éditions,‎ 2004 (ISBN 2-84343-210-3)