Duodo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La famille Duodo est une famille patricienne de Venise de longue date où elle se fut établie dans la paroisse de Santa Maria Zobenigo. Leurs origines ne sont pas claires : ce serait l'Esclavonie, la Morée ou l'Allemagne. Elle donna dès le XIe siècle des Commandants aux armées et des procurateur de Saint-Marc. ils furent inclus à la noblesse lors de la clôture du Maggior Consiglio.

  • Leonardo, membre du Conseil de 1265 à 1302,
  • les héritiers de Simeone Duodo et Pietro Duodo, prêteurs à l'État en 1379,
  • Pietro, jusqu'en 1483 commandant de l'armée sur le lac de Garde, et en 1495 meneur des cavaliers albanais lors de la campagne du Taro; il établit un pèlerinage vers l'église et les sept chapelles qu'il bâtit à Monselice ;
  • Francesco, commandant-général à la bataille de Lépante en 1571, devint de ce fait procurateur de Saint-Marc;
  • son frère Dominico obtint le même honneur après la mort de Francesco;
  • Pietro, fils du précédent, homme savant et honoré de beaucoup d'ambassades qui, de retour en 1588 de Pologne, reconstruisit avec l'architecte Scamozzi le palais Duodo à Santa Maria Zobenigo sur le futur Fondamenta Duodo; il construisit sept églises à Monselice et mourut en 1611.

Les armes des Duodo se composent d'une bande d'argent chargée de trois fleurs de lys d'or en champ de gueules.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dizionario Storico-Portatile Di Tutte Le Venete Patrizie Famiglie, G.Bettinelli, Venezia, 1780.
  • Nouvelle relation de la Ville et République de Venise, Casimir Freschot, Utrecht, 1709, éd.Guillaume Van Poolsum.
  • Repertorio Genealogico delle Famiglie confermate nobili e dei titolati nobili esistenti nelle provincie Venete, Francesco Schröder, Venise, 1830, typografia Alvisopoli.
  • Saggio sulla Storia Civile, Politica, Ecclesiastica e sulla Corografia e Topografia degli Stati della Reppublica di Venezia ad uso della Nobile e Civile Gioventù, Ab. D. Cristoforo Tentori Spagnuolo, Venise, Éd. Giacomo Storti, 1785.