Duncan Grant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grant.
Duncan Grant et John Maynard Keynes. Bisexuel, Ducan Grant a maintenu dans sa jeunesse une relation amoureuse avec Keynes[1].

Duncan James Corrowr Grant (21 janvier 18858 mai 1978), peintre écossais, occupa une place centrale dans le Bloomsbury Group. Cousin de Lytton Strachey, il est également connu pour ses liaisons avec Vanessa Bell et John Maynard Keynes. Il est le père d'Angelica Garnett, la nièce de Virginia Woolf.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Rothiemurchus, dans le nord de l'Écosse, Duncan Grant étudia les beaux-arts à la Slade School de Londres, puis en Italie et à Paris. Par l'intermédiaire de ses cousins Strachey, il fit la connaissance du Bloomsbury Group et y fut admis. Son style de peinture se développa à la suite de l'exposition d'art post-impressionniste français organisée par Roger Fry à Londres en 1910. La même année, il participa avec Virginia Woolf, Adrian Stephen et d'autres amis au canular du Dreadnought. Il fit également partie des fondateurs du Camden Town Group en 1911, autour du peintre Walter Sickert, aux côtés d'autres artistes comme Augustus John, Wyndham Lewis ou Lucien Pissarro.

Après avoir fondé avec Roger Fry les Omega Workshops en 1913, Duncan Grant en devint le codirecteur avec Vanessa Bell, sœur aînée de Virginia Woolf. Vanessa avait alors une liaison avec Roger Fry. Duncan Grant est bisexuel[2] ; il noue une relation à la fois amoureuse et créative avec Vanessa ; il choisit finalement de vivre avec elle et les deux fils qu'elle avait eus de son mari, Clive Bell. Il est le géniteur d'Angelica Garnett, Clive Bell prétendant à la suite de sa naissance qu'elle est son enfant[2].

En 1916, en tant qu'objecteur de conscience, Grant rejoignit son nouvel amant, David Garnett, et tous deux s'établirent comme agriculteurs dans le Suffolk. Leurs demandes auprès du tribunal pour faire reconnaître leur statut d'objecteurs de conscience subirent d'abord un échec, puis le tribunal leur fit droit à condition qu'ils s'installent dans des locaux mieux appropriés. Vanessa Bell trouva la maison, Charleston Farmhouse, située près de Firle, dans le Sussex. Tous trois emménagèrent alors à Charleston. Leurs relations avec Clive Bell restèrent cordiales, et souvent Bell séjourna chez eux pendant de longues périodes – parfois accompagné de sa propre maîtresse, Mary Hutchinson.

De gauche à droite : Lady Ottoline Morrell, Mme Aldous Huxley, Lytton Strachey, Duncan Grant et Vanessa Bell.

Vanessa Bell et Duncan Grant continuèrent à vivre ensemble pendant plus de quarante ans, ce qui n'empêcha nullement Grant d'avoir des relations avec des hommes. Vanessa comprit que, si elle voulait le garder à Charleston avec elle, elle devait lui permettre cette liberté.

Angelica grandit en pensant que Clive Bell était son père, elle portait son nom et Bell se comportait avec elle comme si elle avait été sa fille. Paradoxalement, Duncan Grant fit promettre à son amant, David Garnett, d'épouser Angelica. Ce mariage, ainsi que l'ambiance de Bloomsbury, est évoqué dans les mémoires d'Angelica Garnett, Trompeuse Gentillesse.

Durant les dernières années de la vie de Grant, le poète Paul Roche (1916-2007), qu'il connaissait depuis 1946, prit soin de lui et lui permit de maintenir son mode de vie à Charleston, où Angelica s'installa à son tour. En contrepartie, Grant fit de Roche son cohéritier avec Angelica. Grant trouva finalement la mort dans la maison de Roche en 1978.

Duncan Grant est enterré à côté de Vanessa Bell dans le cimetière de St. Peter's Church, à Firle West, dans l'East Sussex.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jeffrey Escoffier, « Keynes, John Maynard (1883-1946) », glbtq.com, An Encyclopaedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender and Queer Culture, p. 1, 2004
  2. a et b (en) Tina Brown, « Couples », The New York Times, 24 juin 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Frances Spalding, Duncan Grant, a biography, 1997, ISBN 0-7011-3409-7
  • (en) Douglas Blair Turnbaugh, Duncan Grant and the Bloomsbury Group, Bloomsbury, 1987
  • Christian Soleil, Mémoires de Duncan Grant, un Highlander à Bloomsbury, Société des écrivains, 2011
  • Christian Soleil, Mémoires de Duncan Grant t.2, Rhapsodie bohémienne, Société des écrivains, 2012

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]