Dumat Al-Djandal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

29° 48′ 41.1″ N 39° 52′ 05.9″ E / 29.811417, 39.868306 Dumat Al-Djandal ou Dumat al-Jundal (arabe : دومة الجندل), est une ville antique en cours de restauration partielle, située dans le nord-ouest de l'Arabie saoudite, dans la province de Al Jawf, à 37 km de Sakaka, route nationale 80. Une ville nouvelle s'est installée à proximité.

Le nom de Dumat al-Djandal signifie littéralement Duma de la pierre, désignant ainsi le territoire de Duma, l'un des douze fils d'Ismaël.

Son nom ancien akkadien est Adummatu.

Histoire pré-islamique[modifier | modifier le code]

La localisation est bonne : un grand carrefour des anciennes routes commerciales reliant la Mésopotamie, la Syrie et la Péninsule arabique.

Au Xe siècle av. J.-C., le site est mentionné dans des inscriptions akkadiennes de l 'empire assyrien, datant de 845 av. J.-C. : Adummatu est décrite comme la capitale d'un royaume arabe parfois nommé Qédar (ou Qidri).

Les noms de cinq puissantes reines arabes ayant régné sur cette ville sont connus : Zabibe, Samsi, Tabua et Te'elhunu. Ce dernier nom est également le titre de grande prêtresse d'Atarsamain, une divinité de la fertilité, l'amour et de guerre, associée à Ishtar. Dumat al-Jundal a été le site d'un important temple dédié à Ishtar.

Vue intérieure de château Mard

Les fouilles organisées par Ibrahim al-Khalil Muaikel, en 1986, a apporté des compléments d'information aux observations de 1976 : une couche homogène de Roman - nabatéen de tessons de poterie indique une communauté prospère à l'époque des Nabatéens, à qui cette région a pu appartenir. (Amir al-Rahman bin Ahmad al-Sudairi,la frontière du désert d'Arabie, al-Jawf à travers les âges, 1995, ISBN 0905743 75 X, p49)

En 106 apr. J.-C., Dumatha est incorporée dans l'empire romain, après la victoire de l'empereur Trajan sur les Nabatéens. Dumatha reste partie intégrante du limes Arabicus pendant plus de quatre siècles. En 269, la localité est mentionnée par Zénobie, la reine de Palmyre, comme une ville avec un système défensif important. Après sa capture de la ville, la forteresse de Marid résiste aux assauts pendant sa révolte contre l'Empire romain.

Au Ve siècle, la ville devient la capitale du royaume de Kindah. En 633, la ville est prise par Khalid ibn al-Walid, et appartient au nouvel empire islamique.

Il reste les fondations du Qasr Marid, du Ier siècle avant notre ère, encore restauré au XIXe siècle, puis abandonné au profit du nouveau fort construit par les Al Rashid, des murs, quelques tours, et un superbe panorama sur la ville et l'oasis.

La mosquée d'Omar Ibn al-Khattab[modifier | modifier le code]

La mosquée d'Omar Ibn al-Khattab a été construite en 634-644. Le bâtiment actuel est plus tardif, et ne saurait être attribué à ce grand homme, mais plutôt au calife omeyyade Omar bin Aziz Abul. Pour certains, la mosquée tirerait son nom des Bani'Amr, une tribu installée à Dumat al-Jandal.

Mosquée d'Omar et quartier Al Dar'i de Dumat al-Jandal

Le mur nord, la qibla, fait face au château d'Al-Marid. Sur les trois autres côtés, le tissu urbain est dense. Comme les autres bâtiments anciens de la ville, la mosquée est construite en pierre. Elle se compose d'une cour, qui précède la salle de prière principale vers le sud, et dispose d'un autre espace, également utilisé pour la prière, vers le nord. Le minaret est au coin sud-ouest. On pénètre dans la mosquée par une porte située dans le mur de la qibla, à proximité du minaret. La salle de prière se compose de trois rangées de piliers en pierre, parallèles au mur de qibla, tous reliés par des linteaux en bois, qui forment le soutien des couches de pierre qui sont couvertes par des acacias enduits de boue et de troncs de palmiers.

Le mihrab est une étroite niche haute dans le centre du mur de la qibla, avec une niche similaire avec trois marches de pierre à sa droite. Le mihrab, le minbar, légèrement en saillie, et la partie inférieure du mur de la qibla sont recouverts de plâtre blanchi. Le minaret a une forme rectangulaire qui se rétrécit, et se termine par un toit pyramidal ; les quatre étages internes étaient accessibles par un escalier en colimaçon maintenant effondré. De chaque côté du minaret, et à chaque étage, une fenêtre rectangulaire avec un linteau en pierre offre un éclairage naturel.

Le quartier Al Dar'i[modifier | modifier le code]

La mosquée et la forteresse (Qasr Ma'arid) sont au centre du vieux quartier, considéré comme le principal reliquat de l'ancienne ville d'Al Jandal Dumat, qui a pu échapper aux démolitions des années 1980. L'ensemble date du Moyen Âge islamique, construit sur des restes datant du milieu du premier millénaire.

Le quartier se caractérise encore par des bâtiments en pierre, des ruelles en pierre, des jardins, et de l'eau de source. Une restauration, tardive, et nécessaire à la préservation de ce patrimoine, est engagée.

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Deux forteresses en ruines, un bon musée, et pas d'hôtel. Visites à organiser depuis la capitale provinciale, Sakaka.
  • Al-Jawf Museum of Archaeology and Ethongraphy (6222151).
  • De remarquables images, dont certaines photographies panoramiques, sont accessibles sur Google Earth, en mai 2012.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]