Dufour (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dufour

Description de cette image, également commentée ci-après

Logotype de Dufour

Création 1964
Dates clés 1976 : rachat Marcel Bich
1988-1998 : rachat par O. Poncin
2010 : rachat par Bavaria/ >2013 : reprise par le management via la société J.J.L. SAS
Fondateurs Michel Dufour
Personnages clés Marcel Bich
Forme juridique S.A.S.
Siège social Drapeau de France Perigny (France)
Direction Salvatore Serio
Actionnaires J.J.L SAS détenu par le management
Activité construction navale
Produits bateau de plaisance
Société mère [J.J.L. SAS]
Effectif 430[1] (2013)
Site web dufour-yachts.com
Chiffre d’affaires 93 100 000 €

Dufour est le deuxième constructeurs de bateaux de plaisance en France derrière le groupe Bénéteau[2]. Le chantier est fondé en 1964[3] par Michel Dufour à La Rochelle, il dispose d'un site de productions situé à Perigny.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1964 l'ingénieur et navigateur Michel Dufour fonde le chantier Dufour dans sa ville natale de La Rochelle avec la conception du Sylphe et de l'Arpège. Les autres voiliers produits par les chantiers sont ensuite élaborés par le bureau d'études, qui compte jusqu'à six dessinateurs.

En proie à de lourdes dettes, Michel Dufour cède en 1976 le chantier à l'industriel français d'origine valdôtaine Marcel Bich, dit le baron, qui est par ailleurs fondateur de la société BiC. Le chantier est alors réorgani­sé, de nouveaux architectes : Laurent Cordelle, Jacques Fauroux, German Frers, Jean-Louis Noir et Johan Valentjin travaillent à la ligne des bateaux.

En 1988 Olivier Poncin reprend le chantier en difficulté, alors nommé Dufour & Sparks qu'il rebaptise Dufour yachts, les chantiers connaissent une période propice au développement[4].

En 1994 le constructeur reprend le chantier Dynamique qui construit des voiliers de plaisance haut de gamme, des yachts, à Andilly. Dufour lance la gamme « Classic »[4] et lance les premiers voiliers tout équipés.

À l'automne 1996 à l'instar de Bénéteau avec Jeanneau un an plus tôt, le chantier Dufour rachète le chantier Gibert marine avec sa marque phare Gib'Sea[5].

En 1997 rachat du Chantier naval de bateaux à moteurs haut de gamme ACM initialement implanté à Cabourg puis à Colombelles[4].

En 1999 Dufour croît pour la quatrième fois à l'externe en rachetant et en développant Kelt (White Shark), un constructeur de vedette breton implanté à Vannes[6].

En août 2000 Olivier Poncin cède Dufour à ses partenaires financiers[4], à nouveau en difficulté partir de 2000 les chantiers Dufour débutent une vaste restructuration.

En mars 2001 les chantiers italiens Cantiere del Pardo premier constructeur de bateaux à voile en Italie sous la marque Grand Soleil, reprend 43 % du capital du chantier Dufour[7], la restructuration se poursuit avec la vente en avril 2001 vedettes Kelt au fond Siparex Sigefi[6], avec la fermeture de deux des quatre sites de production à Mortagne-sur-Sèvre, en Vendée, et à Marans et la vente de constructeur de vedettes haut de gamme ACM (Chantier naval de Cabourg puis à Colombelles) en septembre 2001[2].

En 2006 le fonds d'investissement Rhône Capital devient majoritaire dans le chantier.

Suite à la crise économique que connait la filière nautique depuis trois ans, si le Grand large 405 est élu bateau Européen de l’année 2010[8], fin 2010 à la veille du salon Nautic de Paris, Rhône capital vend les chantiers[9]. Le fonds d'investissement français trouve un accord et cède Dufour dans l'année aux fonds d'investissements américains Anchorage advisors et Oaktree capital via la marque allemande Bavaria qu'ils détiennent[10]. Rhône capital leurs cède également le chantier Cantiere del Pardo (Grand Soleil), qui produit des bateaux plus sophistiqués[11]

À la fin de l'année 2011 l'accord avec Bavaria est conclue, le site de production d'Andilly est fermé[1]. Cette année là les ventes se réalisent de 25 à 30 % en France, 30 à 40 % en Europe et 20 % dans le reste du monde, presque 70 % des ventes total restent donc en Europe[12].

En septembre 2013, et parallèlement à la restructuration de la dette d'acquisition de Dufour Yachts en 2006 par Rhône Capital auprès du poll de banque italiennes, une opération de restructuration de capital a été menée par le management qui a vu la société J.J.L. SAS prendre possession de 99.5 % du capital de Dufour Yachts. J.J.L. SAS étant majoritairement détenue par Monsieur Salvatore Serio (Président de Dufour par ailleurs) avec pour associé principal Monsieur Vincent Guillon (Directeur Administrateur et Financier de Dufour Yachts également). Ces opérations font de Dufour Yachts une entreprise industrielle franco-française d'autant que l'ensemble du développement et de la fabrication des unités commercialisées par Dufour Yachts le sont à La Rochelle.

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Gamme[modifier | modifier le code]

Le métier de base du chantier Dufour est la construction de voiliers monocoques habitables de 9 à 15 mètres[2].

  • Grand large : 310; 335; 380; 410; 450; 500; 560
  • Prestige : P36, 40E, 45E.

Anciennes gammes et modèles[modifier | modifier le code]

Gib'Sea 37
  • Sylphe, 6,52 km : 404 exemplaires, production 1964-1976 ;
  • Arpège, 9 m : 1136 exemplaires, production 1966-1975 ;
  • Safari, 8,25 m : 327 exemplaires, production 1970-1974 ;
  • Sortilège, 12,5 m : 65 exemplaires, production 1971-1975 ;
  • Dufour 35, 10,75 m : 450 exemplaires, production 1972-1978 ;
  • Dufour 27, 8,1 m : 350 exemplaires, production 1973-1978 ;
  • Dufour 34, 10,15 m : 974 exemplaires, production 1974 ;
  • Dufour 31, 9,4 m : 900 exemplaires, production 1974-1980 ;
  • Dufour 1300, 7,26 m : 60 exemplaires, production 1974-1975 ;
  • Dufour 23, 7,25 m : 1975 ;
  • Dufour 24, 7,35 m : 720 exemplaires, production 1975-1980 ;
  • Dufour 29, 8,95 m : 180 exemplaires, production 1975-1980 ;
  • Dufour 2800, 8,25 m : 1300 exemplaires, production 1977-1984 ;
  • Dufour 12000, 13,8 m: 85 exemplaires, production 1977-1982 ;
  • Dufour 1800, 7,6 m : [Quand ?] ;
  • Gamme Classic : 1994-[Quand ?][4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]