Duel (combat)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duel.
Duel au bois de Boulogne en 1874.

Le duel est un combat par les armes, soumis à des règles précises, qui oppose deux adversaires, l’un demandant à l’autre réparation d’une offense ou d’un tort. Il est précédé d'un défi, habituellement signifié par un cartel. Le combat se déroule devant des arbitres, appelés aujourd'hui « témoins », qui veillent au respect des règles ainsi que des conventions particulières fixées au préalable. Celles-ci fixent, entre autres choses[Note 1], le nombre de tirs à l'arme blanche ou à feu. Dans un duel de plaisance, c'est-à-dire pour la galerie, elles fixent le nombre de touches. Si elles conviennent d'un combat à mort, on parle de duel à outrance.

Le duel visait à réglementer et limiter la violence suscitée par un conflit entre deux individus. En fixant les termes de la résolution du conflit, il obligeait les parties adverses à convenir par le dialogue de conditions convenues et constituait une sorte de droit pénal contractuel, le duel judiciaire (en). Intégré au Bas Moyen Âge à la procédure pénale par les différentes coutumes, le duel judiciaire évolue entre la Guerre de Cent Ans et la Renaissance en contrat de droit privé à mesure que les parlements affine la jurisprudence et que la monarchie se renforce. Aux Temps modernes, le duel n'est plus qu'une forme de bravade à l'endroit du droit commun, le duel du point d'honneur.

En imposant les armes de guerre individuelles, c'est-à-dire en interdisant l'emploi des poings par exemple, le duel s'adressait de fait principalement à la noblesse, formée à l'escrime et au tir. Les gentilshommes finirent par ne condescendre à s'y prêter qu'entre eux : « Jeu de mains, jeu de vilains ». L'esprit qui le gouvernait donnait ainsi plus de prix à la dignité qu'à la vie, à la manière qu'à l'intérêt, et revendiquait la primauté de la liberté individuelle de régler ses affaires sur le recours à la justice publique. Défendu autrefois tant par des tenants d'un régime aristocratique que par des républicains, le duel est aujourd'hui proscrit dans la plupart des pays.

Le mot vient du latin duellum, forme ancienne de bellum, guerre, et non de duo, deux. D'une coutume et un règlement intimement liés à une conception juridique du sujet et de la liberté individuelle, cette erreur étymologique a étendu abusivement l'emploi du terme à toutes sortes de combats singuliers pratiqués à travers le monde, parfois très semblables dans les formes au code d'honneur du duel, et même, par métaphore, à toute opposition de quelque nature que ce soit entre deux personnes.

Le combat singulier dans l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Achille perçant Hector
prototype du combat héroïque dans l'Antiquité
peint par Rubens (1630-1635).

Le but et la signification du duel ont varié dans l’histoire.

La forme la plus ancienne connue du duel semble être le duel judiciaire pratiqué par les anciens Germains, signalé déjà par César. Cette forme a lentement évolué au cours des siècles, pour aboutir au duel d’honneur.

L’Antiquité romaine n’a pas connu le duel, au sens où nous l’entendons aujourd’hui.[réf. nécessaire] À cette époque il s’agissait soit de combats singuliers - épisodes de guerre pour lesquels aucune règle n’était respectée, la victoire par tous moyens étant seule importante - soit de la représentation de ces épisodes de guerre par des gladiateurs selon des règles extrêmement codifiées. Le duel n'était donc dans ce dernier cas qu'un spectacle populaire donné par des experts chèrement entraînés mais sans droits civiques (Infamie (en)), pas même celui d'une sépulture religieuse et encore moins celui de défendre leurs droits ou leur honneur.

Duel judiciaire (avant 1547)[modifier | modifier le code]

Le jugement de Dieu au Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le duel judiciaire (en) est une des trois formes du « Jugement de Dieu », procédure qui comprend :

  • le serment purgatoire : l'accusé prend Dieu à témoin de la justesse de ses paroles. Il prête alors serment sur la Bible ou sur des reliques de saints, en présence de co-jureurs (qui témoignent de sa bonne foi). Jurer devant Dieu permettait de se « purger » de l'accusation. Être parjure était puni de l'amputation de la main droite sous Charlemagne. Ce type de preuve précédait l'ordalie dans la procédure et était souvent suffisant[1].
  • l’ordalie : test de la culpabilité ou de l’innocence d’une seule personne sans combat. Les institutions religieuses s'y opposent[réf. nécessaire] car pour elles, on ne doit pas soumettre les hommes au jugement divin. Cependant, ne pouvant les empêcher, elles les tolèrent jusqu'à leur interdiction par Saint Louis en 1258.
  • le duel judiciaire (type d'ordalie bilatérale) : cette dernière forme était une sorte de procès dans lequel la décision finale était fixée par l’issue du combat entre les deux adversaires. Pour que le résultat fût à chaque fois indiscutable, il fallait qu’il existât des règles préalables, connues et acceptées de tous, et donc une autorité pour les énoncer, les légaliser et les faire appliquer.

Les premiers textes connus réglementant cette pratique datent du début du VIe siècle, époque des grandes invasions : ce sont la loi Gombette (501) et la loi des Francs Ripuaires, toutes deux d’origine germanique. Cette pratique se répandit lors du Haut Moyen Âge. Avant ces codes, seuls les peuples germaniques d'Europe du Nord disposaient de la compensation du Wergild afin d'éviter les tueries.

Les règles formalisant le combat concernent :

  • ses limites, définies à l’intérieur d’un champ clos ;
  • son officialisation, par la désignation comme président d’un personnage important, appelé le maréchal de camp, assisté de juges et de hérauts ;
  • son caractère solennel, par un cérémonial et des pratiques religieuses ;
  • son impartialité, par le contrôle des deux adversaires et la désignation équitable des places de chacun d’eux ;
  • les armes permises selon l’appartenance sociale des combattants ;
  • la désignation d’un combattant substitut dans le cas où une des personnes concernées ne pouvait se battre (femme, enfant ou ecclésiastique).

Charlemagne reconnut toujours la preuve par combat, mais recommandait à ses lieutenants de faire tous leurs efforts pour résoudre autrement les conflits privés relevant de leur autorité, afin d’enrayer ces effusions de sang, ce qui montre que ce type de combat était alors une procédure trop fréquente[réf. nécessaire].

Le concile de Valence le condamna en 855, proclamant : « le survivant du duel sera considéré comme un meurtrier, le perdant comme un suicidé, et sera donc privé de sépulture[réf. nécessaire] »[2].

L’issue d’un tel combat, autorisé par la loi et consacré par des cérémonies religieuses, était regardée comme un jugement de Dieu. Le vainqueur était reconnu automatiquement innocent, et le vaincu, désigné indubitablement coupable par Dieu lui-même, devait donc subir la peine correspondant au crime commis. Seul le roi avait le droit de grâce.

La réglementation judiciaire du duel au Bas Moyen Âge[modifier | modifier le code]

"Le soleil doit être partagé également entre eux."
Version de Dresde du Miroir des Saxons entre 1295 et 1363.

Ces pratiques perdurèrent jusqu'au règne de Philippe le Bel, car l'aristocratie y trouvait le moyen de démontrer son habileté aux armes.

En 1212, la comtesse Blanche de Navarre, régente de Champagne, fait édicter les règles du duel judiciaire par les Grands Jours de Troyes devant ses trente quatre barons. En 1235, le Miroir des Saxons codifie très précisément le duel comme un prolongement de la légitime défense. En 1258, un édit de Saint Louis interdit l'ordalie et ordonne le duel judiciaire, tout en préconisant les preuves écrites et orales, notamment l'enquête de témoins et le serment purgatoire. Saint Louis et son petit-fils Philippe le Bel fixèrent des limitations visant à réduire l'usage du duel. À partir de cette époque, le duel judiciaire ne fut plus admis lorsque la culpabilité ou l’innocence de l’accusé était manifeste, lorsque les voies ordinaires de la justice permettaient l’établissement de la vérité, ou encore en temps de guerre. Dès lors, il ne fut plus question de jugement de Dieu, mais uniquement de duels judiciaires. À Paris, ceux-ci étaient organisés dans l'île Notre-Dame[3].

Les règlements de Philippe le Bel de 1306 sur le duel judiciaire déclaraient à l’égard du vaincu :

« Si le vaincu est tué, son corps sera livré au maréchal du camp, jusqu’à ce que le roi ait déclaré s’il veut lui pardonner ou en faire justice, c’est-à-dire le faire attacher au gibet par les pieds.
Si le vaincu est vivant, il sera désarmé et dépouillé de ses vêtements, tout son harnois sera jeté çà et là par le champ, et il restera couché à terre jusqu’à ce que le roi ait pareillement déclaré s’il veut lui pardonner ou qu’il en soit fait justice.
Au surplus tous ses biens seront confisqués au profit du roi, après que le vainqueur aura été préalablement payé de ses frais et dommages. »

Tournoi entre Bretagne et Anjou
pour la succession de Bretagne
.
Au Moyen Âge, le duel dit le droit, y compris entre états.
À partir de la Renaissance, il est dicté par un code d'honneur.
Duel judiciaire sur le marché aux vins d'Augsbourg en 1409[4]. L'exploit était vu comme une preuve de la Providence.

Le déclin du duel judiciaire après la guerre de Cent Ans[modifier | modifier le code]

Avant la guerre de Cent Ans, les conflits féodaux avaient un caractère tout personnel. Durant celle ci, l'ampleur des armées, le caractère civil d'une guerre qui impliquait la bourgeoisie, son commerce et ses finances, et également la naissance d'un sentiment national interdirent de réduire le sort des batailles au jeu privé des duels. Ce fut la raison invoquée[5] par Philippe de Valois pour refuser le cartel proposé en août 1340 à Tournai par Édouard d'Angleterre pour trancher leur conflit dynastique. L'habitude était en effet de considérer les adversaires (et les alliés) sur le champ de bataille comme autant de duels possibles. Ainsi vit on le maréchal de Clermont et Jean Chandos se défier le 18 septembre 1356, veille de la bataille de Poitiers, parce qu'ils portaient chacun dans leurs armes respectives la même Dame d'azur au soleil rayonnant[6]. Le maréchal perdit la vie le lendemain en combat singulier au milieu du massacre. Inversement, le duc de Bourgogne se vit interdire[7] par le roi de répondre au cartel que lui avait adressé oralement à Troyes en août 1380 le Comte de Buckingham[8]. Cette occasion vit, par exemple, les impératifs logistiques primer sur l'honneur et le défi lancé par l'écuyer Gauvain Micaille, relevé par le maréchal FitzWalter, fut tout simplement reporté sine die par Buckingham qui ne pouvait attendre[9].

L’infaillibilité du jugement de Dieu ne fut réellement entamée que lors de l’affaire opposant Jean de Carrouges et Jacques Legris. La dame de Carrouges, Marguerite de Thibouville, accusa Jacques Legris, gentilhomme du comte d'Alençon, de s'être introduit, de nuit et masqué, dans son donjon afin d’abuser d’elle alors que son mari guerroyait en Écosse[10]. Legris protesta de son innocence mais la justice n’ayant aucun moyen de découvrir la vérité, un jugement de Dieu fut ordonné en décembre 1386. Legris fut vaincu et on l’acheva en le pendant au gibet. Quelque temps après un malfaiteur avoua le viol parmi d'autres crimes. Legris mort innocent, Carrouges alla se faire tuer en croisade[10].

Le dernier duel judiciaire autorisé par un roi de France eut lieu le 10 juillet 1547. Connu sous le nom de Coup de Jarnac, il opposa Jarnac et La Châtaigneraie. Les duels judiciaires disparurent définitivement sous Louis XIII.

Duel d’honneur (après 1547)[modifier | modifier le code]

Le duel interdit et toléré sous l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Le roi ne donnant plus l’autorisation de se battre, on s’en passa, le duel judiciaire prenant alors une nouvelle forme au XVIe siècle, le duel du point d'honneur. Dans le désir de braver le pouvoir royal grandissant, on se battait pour n’importe quelle raison, et au besoin on inventait un prétexte concernant son honneur (privé ou public) quand l’envie venait de vouloir simplement se mesurer les armes à la main. Le duel devint une mode, et sous l’influence des maîtres italiens, l’épée en devint l’arme quasi-exclusive avec la dague et, parfois, la lance. Les témoins, appelés "seconds", d'acteurs passifs qu'ils étaient au départ, prirent de plus en plus part aux duels qu'ils étaient censés arbitrer. En 1652, lors du duel des ducs de Nemours et de Beaufort, il y eut dix personnes qui se battirent ensemble dans le marché aux chevaux où eut lieu la rencontre. Il y eut trois morts et plusieurs blessés.

Le résultat fut qu’en quelques décennies les gentilshommes tués en duel se comptèrent par milliers. Entre 1588 et 1608 ont été comptabilisés près de dix mille gentilshommes tués pour des questions d'honneur[11], soit une moyenne de cinq cent par an ou deux par jour de semaine. Devant cette hécatombe, les souverains successifs reconnurent la nécessité d’interdire cette pratique. Mais issus eux-mêmes de cette aristocratie batailleuse et sourcilleuse, et bien que défenseurs de la religion interdisant cette pratique, ils montrèrent toujours beaucoup d’indulgence envers les duellistes. Les édits d’interdiction se multiplièrent (en 1599, 1602, 1613, 1617, 1623, etc.), mais pas autant que les lettres de grâce, annulant leurs effets : Henri IV en signa 7 000 en 19 ans.

Puis Richelieu fut appelé à gouverner par Louis XIII. Il fit paraître un nouvel édit le 2 juin 1626, prévoyant la peine de mort pour les contrevenants. Dès 1602 avait été introduite autour d'un Tribunal du point d'honneur une législation qui finit sous Louis XIII par assimiler le duel à un crime de lèse-majesté (celui-ci étant une violation manifeste d'un ordre royal). Cette législation fut appliquée avec la dernière rigueur. La sanction la plus spectaculaire fut, le 21 juin 1627, la décapitation de François de Montmorency-Bouteville, qui avait choisi se battre en plein jour, place Royale, avec François d'Harcourt, marquis de Beuvron, lequel s’enfuit en Angleterre. Le scandale d'une jeunesse se tuant pour des raisons frivoles fut dénoncé au cœur même de la Cour par Malherbe[12] dont le fils, lui-même duelliste qui avait bénéficié d'une grâce, fut assassiné le 13 juillet 1627 pour avoir empêché un duel.

Le duel devint alors une forme de revendication de l'indépendance de l'aristocratie contre la monarchie absolue. Déjà en 1625, deux cents gentilhommes manifestaient contre la condamnation d'un des leurs[13]. En 1679, Louis XIV crut pouvoir déclarer « le duel aboli » mais entre 1685 et 1716, le nombre de morts ne « chuta » qu'à quelque quatre cents, pour dix mille duels comptabilisés au sein de l'armée, sans compter les morts par blessures intervenues hors champ[14]. Certaines années ont lieu plus de 7 000 duels[15].

Duel en Angleterre au début du XVIIIe siècle.

Si les duels se firent plus discrets, ils se poursuivirent comme une mode, gagnant les ecclésiastiques issus de l'aristocratie (le cardinal de Retz en était friand) et comme un fantasme, en étant attribués à des femmes. Fougeroux de Campigneulles relate notamment les duels prêtés à la cantatrice Julie d'Aubigny et le duel au pistolet de 1718 entre la marquise de Nesle et la vicomtesse de Polignac, toutes deux cousines et amantes du maréchal de Richelieu[16].

Entre juin 1643 et octobre 1711, Louis XIV ne promulgua pas moins de onze édits interdisant le duel et renforçant les peines, sans pour autant faire cesser cette pratique. Louis XVI, poursuivant cette politique, prononça quelques exils. La maréchaussée restait souvent impuissante quand les duels étaient organisés dans des lieux offrant une immunité de fait : la cour des miracles ou les lieux privés laissés ouverts au public, tels Le Temple, le Palais-Royal, les ruines du château de Madrid[17].

Démocratisation et codification du duel après la Révolution[modifier | modifier le code]

Duel au pistolet entre Cazalès et Barnave, députés du Tiers et de la Noblesse, le 11 août1790 au Bois:
« Je serais désolé de vous tuer ! »

À la Révolution, l’Assemblée législative rendit un décret d’amnistie générale concernant le duel. Un projet de loi contre le duel n’eut pas de suite. On en revint à un régime de tolérance, avec pour conséquence une démocratisation et une recrudescence des duels d’honneur. À la chute de l'Empire, les « crânes », officiers démobilisés et autres demi-soldes (tels le légendaire[18] Surcouf face à douze Prussiens ou quelques Russes) n'hésitent pas à provoquer en duel les occupants, puis sous la Restauration à régler sur la place publique leurs fréquents différends avec les légitimistes.

Le Code pénal de 1810 n’ayant pas traité explicitement du duel, ce fut la jurisprudence de la Cour de cassation, établie avec beaucoup d’hésitations[Note 2],[19], qui fut employée ; à savoir, la peine d'assassinat en cas de mort d’homme, de tentative d’assassinat lorsque le duel avait été convenu à mort, et, dans le reste des cas de coups et blessures volontaires. Mais dans la réalité bien peu de duellistes furent poursuivis, et encore moins condamnés, tandis qu’une véritable rage du duel s’emparait du XIXe siècle.

Le duel entra dans les mœurs et devint une sorte d’institution propre à la noblesse et à la bourgeoisie, bénéficiant de la bienveillance des autorités. Il devint l'apanage des parlementaires et des journalistes, en quête de légitimité. Lors du duel opposant Clemenceau et Déroulède, les gendarmes étaient bien présents, mais non pour arrêter les participants : ils s’employèrent à contenir la foule trop nombreuse des curieux. Une codification de plus en plus stricte s'élabora, comme en témoignent la publication de nombreux manuels de duels (le plus célèbre étant l’Essai sur le Duel du comte De Chateauvillard en 1836) qui précisent les procédures :

  • armes « légales » (épée, pistolet et sabre, surtout utilisé par les militaires)
  • choix de l'offensé pour la date, le lieu et les armes du duel,
  • nombres de témoins (deux pour le pistolet, quatre pour l'épée ou le sabre),
  • types de duels (au premier sang ou à mort, au commandement, au visé, etc.)[20].
Coffret de pistolets de duel,
attirail précieux du rituel, vers 1830.

La plupart des grands noms de ce siècle (Théophile Gautier ou Alexandre Dumas père qui popularisent le roman de cape et d'épée), des personnes qui montrèrent par ailleurs leur intelligence et leur réflexion (Proudhon, « l'homme aux vingt duels » Henri Rochefort) se retrouvèrent sur le terrain à risquer leur vie parfois pour des prétextes futiles. L’effet de mode et la pression sociale expliquent ces conduites. Le « monsieur qui ne se bat pas » devenait un poltron infréquentable, et cette peur de l’exclusion de la société, de la ruine d’une réputation, fit, pour une bonne part, accepter un combat où l’on n’était pourtant pas sûr de briller. La phrase de Pierre Nicole dans ses « Essais de morale » restait d’actualité : « Combien de gens s'allaient battre en duel, en déplorant et en condamnant cette misérable coutume et se blâmant eux-mêmes de la suivre ! »

Victor Hugo, dans une lettre à sa fiancée Adèle Fouché, résume bien le dilemme posé par le duel aux hommes de ce temps : « Quand un homme raisonnable a eu le malheur de se battre en duel, il doit s’en cacher ou s’en accuser comme d’une mauvaise action ou d’une extravagance….. Le duel ne cesse d’être méprisable qu’en devenant odieux. Voilà toute ma pensée. Je dois cependant pour la compléter ajouter qu’il est des cas où le plus honnête homme ne peut se dispenser d’avoir recours à ce sot préjugé. » Il venait lui-même de se battre quelques mois plus tôt.

Entre 1826 et 1834, il y a en France plus de deux cents morts par duel. De nombreuses personnalités comme Évariste Galois, Armand Carrel, Alexandre Pouchkine y laissent la vie. Aux États-Unis, l'interdiction votée par le Congrès en 1839 à l'instar de la loi Anti-Duel adoptée par la Virginie en 1810, n'a quasiment aucun effet. Entre 1798 et 1861, la Marine des États-Unis perd les deux tiers de ses midships dans des duels. La rengaine des prêches publiés à foison contre ce scandale ne fait que renforcer l'esprit de contradiction des aspirants.

Mensur entre étudiants de Dorpat dans les années 1820.

Dans les universités autrichiennes et allemandes, une forme de duel au sabre apparue au XVIIIe siècle, la mensur, devient au cours du XIXe siècle une sorte de rite initiatique censée prouver le courage du duelliste et son intégration à la société, fut elle contestée, en particulier pour des motifs religieux. C'est un combat spectaculaire réglé uniquement de coups de taille au terme duquel l'étudiant arborera ses cicatrices comme un défi à la mort. A la suite de l'accident mortel d'Adolph Erdmannsdörffer (de) en 1845, cette pratique perd de sa force, mais elle est toujours observée de nos jours dans certaines fraternités d'étudiants.

Le déclin de la coutume du duel[modifier | modifier le code]

Dès la fin du XIXe siècle, cette mode perdit de sa force : le « duel au premier sang » (majoritairement au pistolet peu précis) devint de plus en plus une mise en scène raillée dans des journaux ou romans. En 1870, l'affaire Victor Noir jette un certain opprobre sur les adeptes du duel. En Angleterre, contrairement à ce qui s'est passé en France, le duel, perçu comme la coutume d'une classe aristocratique restée en place, a très tôt fait l'objet d'une réprobation morale, en particulier de sociétés de vertu très actives. Dès 1903, tuer un adversaire au cours d'une rencontre est passible de la peine de mort et plusieurs duellistes furent, à ce titre, pendus[21]. Le dernier duel qui s'y solda par un décès fut celui de deux Français exilés à Englefield Green (en) en octobre 1852[22], entre le blanquiste Emmanuel Barthélémy (en) et l'organisateur de la résistance au coup d'état du 2 décembre 1851, Frédéric Cournet[23].

En Italie, la loi du 26 avril 1875 proscrit le duel, qui restera toutefois impuni par le règlement militaire jusqu'à la loi no 1938 du 19 octobre 1930.

Un duel en 1890[24].

En Bade en 1890, le duel Vering-Salomon (de), provoqué par une injure antisémite, remet en cause la politique d'assimilation d'une Allemagne à peine unifiée. La complaisance des milieux conservateurs soutenus par l'Empereur, dont des proches adhèrent à des sociétés d'étudiants, est alors pointée du doigt. La crédibilité de la famille impériale est directement mise en question en 1895 quand, pour clore l'affaire Kotze (de), le Chambellan de l'Empereur provoque en duel deux de ses détracteurs. L'année suivante, la mort du juriste Zenker, tué en duel par un lieutenant de l'équipage personnel de l'Empereur, Ketelhodt, ajoute au scandale malgré le soutien à l'institution du duel qu'exprime à cette occasion le chef du Parti national libéral, Rudolf von Bennigsen. Il faudra attendre la mort en duel en janvier 1902 du fils de celui ci, le sous-préfet Adolf von Bennigsen (de), pour que soit créée une Ligue anti duel.

Etudiant allemand ensanglanté en 1908 au terme d'une mensur, objet de fierté des camarades de sa fraternité.

À la veille de la Première Guerre mondiale, le duel parisien n'est guère plus qu'un spectacle que se donne à lui-même un milieu interlope, tel celui auquel assiste Pierre Lestringuez au Moulin Rouge[25]. Les deux guerres mondiales relèguent l'honneur militaire individuel. Les officiers, pour qui la guerre est une forme de duel, ne peuvent rester debout face au feu des canons ennemis[26]. Le duel tomba complètement en désuétude après la Seconde Guerre mondiale, d'autant plus que la diffamation devint judiciairement répréhensible. Il n'en resta que le « duel des avocats ».

En 1919, le pacifiste Alain, dénonçant la lâcheté des gouvernements et des états majors ayant conduit à la barbarie de 14-18, et préconisant une éthique du courage en forme de dissuasion face à la mauvaise foi et l'irresponsabilité individuelle, est un des derniers à défendre l'institution du duel « civilisé » : « que celui qui célèbre la guerre fasse la guerre aussitôt. »[27]

Les derniers duels connus sont ceux de Serge Lifar et du marquis de Cuevas en 1958, et de Gaston Defferre et René Ribière en 1967 après une altercation entre les deux hommes dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale.

Le duel au regard du droit aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Duel à balles en cire en 1908 à Londres, épreuve sportive de la quatrième Olympiade.

Le dernier pays à avoir interdit le duel fut l'Uruguay dans les années 1980 mais l'interdiction n'est plus universelle depuis que la Suisse a abrogé les articles 130, 131 et 132 de son Code pénal réprimant le duel (respectivement sur la provocation en duel, le duel, et l'excitation au duel). Depuis le 1er janvier 1990[28], ce mode de règlement y est ainsi à nouveau légal, sous réserve de ne pas tomber sous le chef d'inculpation d'assassinat ou de tentative d'assassinat, en vertu du principe pénal "Tout ce qui n'est pas interdit est permis".

En 1999, l'Italie a en quelque sorte dépénalisé le duel en ne prévoyant de sanction qu'en cas de lésion.

Duellistes célèbres[modifier | modifier le code]

  • Tycho Brahe, qui se fit refaire un nez en bronze.
  • Louis Auguste de Bourbon, petit fils de Louis XIV, mort en duel à l'âge de cinquante cinq ans.
  • Paul de Cassagnac, vingt-deux duels entre 1880 et 1889 sans jamais être blessé, dont :
    • Aurélien Scholl, rédacteur du Nain jaune, grièvement blessé
    • Henri Rochefort, (blessé)
    • Prosper-Olivier Lissagaray, son cousin germain, rédacteur de l'Avenir, au Vésinet en septembre 1868. Au cours de ce combat, Lissagaray reçut plusieurs blessures, dont la dernière en pleine poitrine, qui le mit au lit pour un mois. À peine rétabli, il renvoya ses témoins chez Cassagnac pour reprendre l'affaire. Celui-ci répondit : « Non monsieur ! j'ai pu consentir à être votre adversaire, il me répugne de devenir votre charcutier… ». Pour ce duel, Cassagnac fut condamné à six jours de prison et les quatre témoins à cinquante francs d’amende.
    • Gustave Flourens (juillet 1869), épée, blessé au ventre.
  • Henri Rochefort « l’homme aux vingt duels et trente procès », dont :
    • Georges Koechlin le 3 juin 1880 (Rochefort blessé)[29]
    • un officier espagnol au sujet d’un article sur la reine d’Espagne
    • Prince Achille Murat (Rochefort blessé)[30]
    • Paul de Cassagnac (Rochefort blessé)
      Après ces deux derniers duels malheureux, Rochefort annonça qu’il n’accepterait plus aucun défi.
  • Rodolphe Darzens (Moscou, 1865 - Paris, 1938), poète cofondateur du symbolisme[31] et découvreur de Rimbaud[32], treize duels entre 1887 et 1893, dont :
    • Jean Moréas le 20 mai 1888[33] à l'épée. La maîtresse de Darzens, Elisabeth Dayre, future madame Gustave Kahn, surnommée L'Anthologie tant elle était connue dans les cercles littéraires pour être volage, lui avait finalement préféré, en 1887, le poète grec[34], vilipendé par le même Darzens dans sa revue La Pleiade[35]. Darzens avait envoyé plusieurs fois ses témoins et agressé physiquement trois fois son rival quand celui-ci finit par consentir au duel. Après avoir touché son adversaire beaucoup plus grand que lui, Moréas se trouva corps à corps avec lui et saisit l'épée de celui-ci par un réflexe de sa main gauche. Le duel fut interrompu par les témoins et Moréas, déshonoré par la presse politique, où l'antisémitisme était habituel, « sous l'accusation de félonie et traîtrise »[36] comme auteur « du coup du juif[36] » si bien qu'il provoqua en duels, sans suite, plusieurs de ses railleurs.
    • Julien Leclercq le 31 décembre 1890 à l'épée. En demandant la main de la fille de Darzens, Leclercq s'était vu en devoir de produire un certificat médical attestant qu'il n'était pas pédéraste[37] et les deux hommes en étaient venus aux mains[38]. Les témoins de Leclercq étaient Jules Renard et Paul Gauguin[38].
  • Georges de Labruyère, journaliste et ancien sous-officier de cavalerie, affronta au sabre de nombreux confrères et autres personnalités, dont :
    • Prosper-Olivier Lissagaray, le 8 décembre 1885 (Lissagaray blessé)
    • Aurélien Scholl, le 16 décembre suivant (Labruyère blessé)[39]
    • Gabriel Terrail (Mermeix) le 18 juin 1886[40] puis une nouvelle fois le 7 septembre 1890 (Labruyère, blessé, contestant l'issue)[41]
    • Le lieutenant de dragons de Melville, le 20 août 1887 (les deux duellistes se blessèrent grièvement, chacun ayant eu un poumon perforé)[42]
    • Camille Dreyfus, le 17 octobre 1888 (Dreyfus blessé)[43]
Le député boulangiste Déroulède et le député radical Clemenceau. Le duel participe alors de la vie politique.
  • Georges Clemenceau, douze duels au total[44], dont :
    • le député radical démissionnaire Auguste Maurel, le 15 décembre 1888 à Enghien[45]. Ayant siégé plusieurs fois à l'extrême gauche, Maurel avait finalement espéré en démissionnant obtenir du gouvernement opportuniste un poste aux colonies. Ne l'ayant pas obtenu, il accusa Clemenceau, influent collègue dans la circonscription du Var[46], de s'être parjuré en ne soutenant pas son successeur. Il l'accusa également[47] d'avoir publié une dépêche post-datée affirmant ce soutien, dépêche que Clemenceau démentit[48], sous-entendant par là qu'elle avait été fallacieusement écrite par un Maurel usurpant sa signature. Le contexte était celui de la dénonciation du trafic des investitures. L'arrangement proposé par un jury d'honneur fut refusé par Maurel dont l'épée blessa légèrement l'extérieur de l'épaule droite de son adversaire. Le duel fut aussitôt interrompu par les médecins[49]. Un des témoins de Clemenceau était Victor Schœlcher[45].
    • Paul Déroulède, le 23 décembre 1892 au champ de course du château de Saint-Ouen[49] devant la foule contenue par des gendarmes. Trois jours plus tôt, dans un discours tenu à l'Assemblée, le président de la Ligue des Patriotes accusait Clemenceau de corruption dans l'affaire de Panama, tout en lui reprochant que son journal soit financé par un juif, Cornelius Herz. Au commandement, six balles furent échangées à vingt-cinq mètres sans résultat, ce qui fit douter Clemenceau de la fiabilité des pistolets et tenter en janvier de provoquer un nouveau duel.
    • Paul Deschanel, député de la génération montante, le 27 juillet 1894 dans le parc de l'hôtel Cornudet[50] à Boulogne, pour la même raison. Deschanel est touché au front par l'épée du Tigre et, livide, s'en sort avec une paupière droite abîmée. Il sera élu président de la République française en 1920 aux dépens de son antagoniste.

Duels célèbres[modifier | modifier le code]

Arbitrages d'une bataille[modifier | modifier le code]

Le duel de Sonnenberg (de) et Sanseverino,
protoype du combat chevaleresque
Chapelle Sainte Catherine à Wolfegg par Spiegler (de) (1735).

Litiges en affaires[modifier | modifier le code]

Main desséchée de l'adversaire du futur amiral de la Royal Navy, Robert Mansell (en).

Réparations d'une humiliation[modifier | modifier le code]

Duel sous parapluie de Sainte-Beuve contre Dubois
le 20 septembre 1830 à Romainville.
« Être tué mais pas mouillé! »
  • Victor Hugo et un garde du corps à Versailles en juillet 1821. Hugo fut légèrement blessé au bras. La raison invoquée de ce duel était que ce garde du corps avait arraché des mains d’Hugo la feuille qu’il tenait (il est possible que ce ne fut pas le véritable motif).
  • Sainte-Beuve, jeune critique ambitieux, et son ancien professeur de Rhétorique, Paul-François Dubois, l’un des propriétaires du journal Le Globe rallié à la nouvelle monarchie, le 20 septembre 1830. Pour une paire de soufflets distribuées par le patron à son employé[53], quatre balles furent échangées sans résultat et sans rancune[54]. Comme il pleuvait à verse, Sainte-Beuve conserva son parapluie à la main[55].
  • Félicien Rops et le fils d'un officier de l'Empire, vers 1858. C'est ce dernier qui provoqua l'artiste, se sentant offensé par son œuvre La Médaille de Waterloo. Les deux sont blessés[56].
  • Wild Bill Hickok et Davis Tutt, le 21 juillet 1865, tir ajusté au pistolet à soixante dix pas, sans arbitre ni règles, pour une dette de jeu dans un contexte de rivalité amoureuse. Les amis de Davis Tutt (en) raillaient Wild Bill Hickok quand son rival arborait à son gilet la montre Watlham que celui-ci avait prise en gage. Ce pseudo duel, relayé dans la presse de l'époque, a été repris au cinéma de nombreuses fois dans les westerns et a popularisé le « tir rapide (en) ».
  • Serge Lifar, cinquante-trois ans, et le marquis de Cuevas, soixante-douze ans, à l'épée le 30 mars 1958 près de Vernon. Celui-ci avait giflé le premier qui lui interdisait de modifier sa chorégraphie. Lifar est touché sous l'avant bras droit par un coup d'arrêt[57].
  • René Ribière et Gaston Defferre, qui l'avait traité d'« abruti » — le 21 avril 1967 à Neuilly, à l'épée. Ribière est touché deux fois, sans gravité. Ce duel est souvent considéré comme le dernier ayant eu lieu en France.

Défis entre maîtres d'armes[modifier | modifier le code]

Duel au fleuret à Carlton House le 9 avril 1787
entre le chevalier de Saint-George et le chevalier d'Éon.

Duels « galants »[modifier | modifier le code]

  • Duel des Mignons le 27 avril 1578 au marché aux chevaux de Paris. Des courtisans se battent pour la faveur d'Henri III avec leurs témoins, trois contre trois. Quatre morts et un blessé.
  • En 1632, l'écuyer Henri de Lenclos, père libertin de Ninon et luthiste de renom, et le baron Louis de Chabans, auteur dix sept ans plus tôt d'un Avis et moyens pour empêcher les désordres des duels, proposés au Roi en l'assemblée des Etats généraux[58] pour une affaire d'adultère. Lenclos assassine de dos son adversaire descendant du carrosse sur le champ et s'exile jusqu'à sa mort en 1649 en Savoie, abandonnant sa femme et sa fille de dix sept ans.
  • Henri de Sévigné, joli marquis exalté et fâcheux[59] de trente deux ans, et François Amanjeu d'Albret, comte de Miossens[60], le 4 février 1651 à Picpus[61]. Il avait été rapporté à celui-ci que le marquis avait déclaré[62] que Charlotte Galland alias Lolo[63] de Gondran[64], née Bigot de la Honville[59], la maîtresse qui avait remplacé Ninon de Lenclos dans le cœur de ce dernier, « ne fait pas grand cas du chevalier d'Albret ». Cette prétendue cousine du chevalier, courtisée par lui[65], belle-fille d'un avocat de renom, venait en effet de recevoir de Sévigné un bijou de grand prix, qu'il se promettait de renouveler via cinquante mille écus cédés récemment par sa femme. Le marquis nia les propos mais ne se justifiait « jamais que l'épée à la main »[62]. Sur le terrain, les deux hommes se réconcilièrent et s'embrassèrent, mais l'esprit du temps était de ne pas manquer une occasion de se battre[66]. Après avoir été touché quatre fois dans le vêtement, Albret para avec une lenteur courtoise[67] mais Sévigné, tout à fait fantasque[68], s'embrocha sur le fer ainsi présenté[67], et mourut de sa blessure le surlendemain, donnant par là toute sa liberté[69] à sa veuve, la marquise de Sévigné.
  • Charles Amédée de Savoie-Nemours et son beau-frère François de Vendôme, cousin germain de Louis XIV, le 30 juillet 1652 à Paris. Ils commandaient tous deux l'armée des Princes durant la Fronde. Le duc de Nemours fut tué pour l'amour de Madame veuve de Châtillon[Note 3].
  • George Villiers, 2e duc de Buckingham et Francis Talbot (en), onzième comte de Shrewsbury le 16 janvier 1688. Buckingham, amoureux de la comtesse de Shrewsbury, tua son mari en duel puis se vanta d'avoir obtenu les faveurs de la comtesse avant même qu'il eût ôté ses vêtements ensanglantés[70].
La mort à 37 ans de Pouchkine, mari jaloux.
Dans son roman, c'est aussi le jaloux qui perdait le duel.

Assassinats politiques déguisés[modifier | modifier le code]

Rivalités personnelles entre politiciens[modifier | modifier le code]

Duels de propagande[modifier | modifier le code]

Duels de presse[modifier | modifier le code]

Accusations entre politiciens[modifier | modifier le code]

Querelles autour du racisme[modifier | modifier le code]

  • Le chevalier de Saint-George et Alexandre Picard à Rouen, en 1766. À dix-neuf ans, Saint-George reçoit de son père l'ordre de punir les insultes contre les nègres du maître d'armes, qu'il ridiculise chez lui.
  • Lamartine et le colonel italien Gabriel Pepe qui le blessa au bras (duel à l’épée dans les jardins de l’ambassade vers 1826). Le colonel avait provoqué Lamartine parce qu’il avait jugé injurieux à l’égard de l’Italie quelques vers de celui-ci, où il comparait les Italiens à de la poussière humaine :
    « Je vais chercher ailleurs (pardonne, ombre romaine!)
    Des hommes, et non pas de la poussière humaine.
     »
  • David C. Broderick (en), sénateur, et David S. Terry (en), président de la Cour d'appel de Californie, le 13 septembre 1859 au lac Merced (en) près de San Francisco. Des insultes avaient été échangées au cours de la convention du Parti démocrate quand le second, esclavagiste, reprochait d'avoir perdu son élection à cause du manque de soutien de l'autre, abolitionniste. Le coup du sénateur partit trop tôt au sol. Son adversaire voulut le blesser au poumon. Broderick mourut trois jours plus tard.
La mort de Ferdinand Lassalle dénoncée par Gösta von Uexküll[131].

Duels dans la fiction[modifier | modifier le code]

Poésie épique[modifier | modifier le code]

Le duel d'Arjuna et de Karna durant la bataille de Kurukshetra. Chaque seigneur combat dans son char à la tête de son armée et son sort personnel décide de la victoire.
  • Achille contre Hector, durant le siège de Troie conté par Homère dans l'Iliade. Achille venge la mort de Patrocle en tuant Hector. La fureur des héros les entraînent à accomplir par un enchaînement de vengeances un destin fatal dont l'ensemble des mortels, amis, femmes, descendants, est le jouet.
  • Arjuna, le Chevalier d'Argent, et Karna, le Prince Boucle d'Oreille, dans le Mahabharata. La religion commandent aux deux champions d'oublier leur parenté et de se plier à leur destin de s'affronter, tuer et mourir. La victoire d'Arjuna décide de la bataille qui se termine le lendemain, au dix-neuvième jour, dans une ruine réciproque et se révélera une duperie dans un monde d'illusions.
  • Roland, champion de la Chrétienté, et le géant Ferragut (en), champion de l'Islam. Le duel, relaté par de multiples légendes orales et illustré par une iconographie ancienne, est présenté souvent en trois temps, une joute théologique, un combat à cheval puis un combat à pieds.
  • Roland et Olivier dans la geste Girard de Vienne. Une vaillance égale rend la victoire impossible et le duel finit en amitié. Le poète figure une vertu chevaleresque aristotélicienne[140] modérant la force, représentée par le Germain Roland, par la sagesse, représentée par le Romain Olivier. La formule « Roland est preux et Olivier est sage »[141] préfigure un idéal humaniste.
  • Tristan de Loonnois et le Morholt d'Irlande dans le Tristan de Béroul. L'épisode inaugure l'esprit du panache, celui par lequel Tristan renvoie sa nef de l'île Samson où il a rejoint son adversaire, une seule embarcation suffisant pour ramener le vainqueur.
Yvain & Gauvain
L'épisode est une apologie de l'entremise féminine et de la justice royale.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Le duel d'Eugène Onéguine et Vladimir Lenskyi par Ilya Repine

Cinématographe[modifier | modifier le code]

  • Les Duellistes de Ridley Scott (1977) d'après la nouvelle Le Duel de Joseph Conrad, parue en 1908.
  • Frédérick Lemaître dans Les Enfants du Paradis, interprété par Pierre Brasseur
  • Duel 1971, un téléfilm de Steven Spielberg, d'après une nouvelle de Richard Matheson.
  • Dans le film Le Professionnel, Josselin Beaumont, interprété par Jean-Paul Belmondo, défie en duel le redoutable commissaire Rosen, interprété par Robert Hossein. Beaumont tue Rosen.
  • Barry Lyndon, film de Stanley Kubrick (1975), inspiré des Mémoires de Barry Lyndon, le héros connaît deux duels significatifs au début et la fin du film, qui marquent respectivement pour le premier le commencement du destin extraordinaire du personnage, et pour le second sa chute.
  • Dans le film Ridicule, le jeune baron Grégoire Ponceludon de Malavoy, personnage principal, affronte et tue en duel au pistolet le colonel de Chevernoy, officier du roi.

Musique[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • François Guillet, L’honneur en partage. Le duel et les classes bourgeoises en France au XIXe siècle, Revue d’histoire du XIXe siècle, no 34, 2007.
  • Martin Monestier, "Duels : Histoires, techniques et bizarreries du combat singulier des origines à nos jours", Paris, 2005
  • Robert A. Nye, Masculinity and male codes of honor in modern France, Oxford University Press, 1993.
  • Micheline Cuénin, Le Duel sous l'Ancien Régime, Presses de la Renaissance, 1982.
  • De Chateauvillard, Essai sur le duel, Paris, 1836.
  • Jean-Noël Jeanneney, Le duel : une passion française (1789-1914), Editions du Seuil, Paris, 2004.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Exemple de protocole établi par les témoins de Charles Maurras et de Paul Granier de Cassagnac :

    « Les quatre témoins se sont réunis aujourd’hui 24 février, et ont jugé la rencontre inévitable. Elle aura lieu après-demain, lundi, 26, dans la matinée. Les conditions seront les suivantes :
    Épée réglementaire de combat.
    Chacun ses armes.
    Chemise molle, gants de ville, chaussures à volonté.
    Reprises de deux minutes.
    Repos égaux.
    Quinze mètres derrière chaque combattant.
    Le terrain gagné restera acquis.
    Les corps-à-corps sont interdits.
    Le combat sera alternativement dirigé par M. de Blest-Gana et par M. Léon de Montesquiou. Le combat cessera quand l’un des deux candidats sera déclaré, par ses témoins, en état d’infériorité manifeste.
    Fait en double, à Paris, le 24 février 1912. »

    (Source : L’Action française, 27 février 1912).
  2. Jusqu'à un arrêt de 1837, elle privilégia le code d'honneur au code pénal, considérant qu'il s'agit d'une légitime défense, d'autant plus que la convention qui règle les modalités du combat suppose une entente préalable.
  3. C'était la fille de François de Montmorency-Bouteville, décapité pour son dernier duel sur ordre de Louis XIII.
  4. Surnom donné à Jaurès par ses adversaires.
  5. Les romans de Dumas contiennent de nombreuses descriptions de duels. D'Artagnan en fut le principal acteur, contre Lord de Winter, le comte de Wardes, le comte de Rochefort ou Mordaunt, fils de Milady de Winter.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nadeije Laneyrie-Dagen,Les Grands Procès. Le jugement de Dieu, éditions Larousse, p. 74-75., 1995
  2. Marcel Andriveau, De la répression pénale du duel, thèse de doctorat à la faculté de droit de Paris, 1895, p.12.
  3. M. Garçon, Les Îles in O. Doré, Paris tel qu'on l'aime, Odé, p. 49, Paris, 1949.
  4. Manuscrit vers 1544 - Bibliothèque nationale de Bavière
  5. G. H. Gaillard, Histoire de la rivalité de la France et de l'Angleterre : seconde partie, seconde époque, contenant l'histoire de la querelle de Philippe de Valois et d'Édouard III, continuée sous leurs successeurs, vol 1, p. 255, Moutard, 1774.
  6. F.-R. de Chateaubriand, Analyse raisonnée de l'histoire de France depuis le règne de Khlovigh jusqu'à celui de Philippe VI dit de Valois, p. 202, Eugène et Victor Penaud Frères, Paris, 1826.
  7. Froissart, c. 67, p. 339.
  8. A.G.P. Brugière de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois (1364-1477), vol. 1, p. 103, Duféy, 1824.
  9. A.G.P. Brugière de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois (1364-1477), vol. 1, p. 106, Duféy, 1824.
  10. a et b F.-R. de Chateaubriand, Études ou Discours historiques sur la chute de l'Empire romain; la naissance et les progrès du christianisme, et l'invasion des barbares; suivis d'une Analyse raisonnée de l'histoire de France, t. III, p. 194, Lefèvre, Paris, 1831.
  11. P. Lacaze, En Garde, du duel à l'escrime, p. 37, Paris, Gallimard Découverte, 1991.
  12. F. de Malherbe, Lettre au Roi Louis XIII à l’occasion de la mort de son fils, tué en duel, J. Babou, Paris, 1764.
  13. J. A. Lynn, Giant of the Grand Siecle: The French Army 1610-1715, p. 256, Cambridge University Press, 2006.
  14. J. A. Lynn, Giant of the Grand Siecle: The French Army 1610-1715, p. 257, Cambridge University Press, 2006.
  15. Pierre-Edouard Deldique, « Virilité », émission Idées sur RFI, 29 janvier 2012
  16. Fougeroux de Campigneulles, Histoires des duels anciens et modernes, Paris 1835 ; réédition par Futur Luxe nocturne en 2011 (ISBN 9782362480218)
  17. A. Maurois, Bois de Boulogne in O. Doré, Paris tel qu'on l'aime, Odé, p. 167, Paris, 1949.
  18. H. Corbes, Robert Surcouf (1773 – 1827) , conférence donnée devant la Société d'histoire et d'archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo, Saint-Malo, 1954 Robert Surcouf, histoire ou légende..
  19. Jean-Noël Jeanneney, Le Duel, une passion française 1789-1914, Seuil, 2004.
  20. François Guillet, La Mort en face, histoire du duel de la Révolution à nos jours, éditeur Aubier, 2008
  21. Jean-Noël Jeanneney,Le Duel : une passion française (1789-1914), p. 175, Editions du Seuil, Paris, 2004.
  22. S. Banks, A Polite Exchange of Bullets: The Duel and the English Gentleman (1750-1850) , p. 288, Boydell & Brewer, 2010.
  23. Encyclopedia of 1848 Revolutions © 2000 James Chastain
  24. Le Temps, 17 février 1890.
  25. P. Lestringuez, Montmartre in "O. Doré, Paris tel qu'on l'aime", Odé, p. 183, Paris, 1949.
  26. Histoire du duel émission Deux mille ans d'Histoire du 2 octobre 2008, rediffusée le 2 avril 2010.
  27. Alain, "Mars ou la guerre jugée", La Sage Coutume du duel, p. 45, NRF, Paris, 1921.
  28. Loi fédérale du 23.06.1989, ch. I, Recueil officiel 1989, p. 2449
  29. Jean-Baptiste Duroselle, Clemenceau, Fayard, Paris, 1988, p. 427.
  30. Biographie d'Henri Rochefort sur le site de l'Assemblée nationale.
  31. M. Jutrin, Biographie in Ephraïm Mikhaël, Œuvres complètes: aux origines du symbolisme, p. 29, L'âge d'homme, Lausanne, 1995.
  32. J.-J. Lefrère, Les Saisons littéraires de Rodolphe Darzens suivi de Documents sur Arthur Rimbaud, Collection : Essais, Fayard, Paris, mai 1998, ISBN 9782213601342.
  33. M. Jutrin, Biographie in Ephraïm Mikhaël, Œuvres complètes: aux origines du symbolisme, p. 21, L'âge d'homme, Lausanne, 1995.
  34. J.-J. Lefrère, Un duel au temps du Symbolisme: la rencontre Darzens-Morés in Le Champ littéraire 1860-1900: études offertes à Michael Pakenham, p. 294, Rodopi, 1996.
  35. J.-J. Lefrère, Un duel au temps du Symbolisme: la rencontre Darzens-Morés in Le Champ littéraire 1860-1900: études offertes à Michael Pakenham, p. 295, Rodopi, 1996.
  36. a et b J.-J. Lefrère, Un duel au temps du Symbolisme: la rencontre Darzens-Morés in Le Champ littéraire 1860-1900: études offertes à Michael Pakenham, p. 303, Rodopi, 1996.
  37. J. Renard, Journal, p. 55, Gallimard, 1935.
  38. a et b J. Renard, Journal, p. 56, Gallimard, 1935.
  39. « Choses et gens », Le Matin, 17 décembre 1885, p. 3.
  40. « Choses et gens », Le Matin, 18 juin 1886, p. 3.
  41. « Duels Mermeix », Le Figaro, 9 septembre 1890, p. 1 et 3.
  42. « Le duel d'hier », Le Matin, 21 août 1887, p. 2.
  43. « Choses et gens », Le Matin, 18 octobre 1888, p. 3.
  44. J.-M. Mayeur & A. Schweitz, Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République, vol. 1, p. 150, Publications de la Sorbonne, Paris, 2001.
  45. a et b J.-B. Duroselle, Clemenceau le duelliste in Revue des deux mondes, p. 181, Paris, septembre 1988.
  46. É. Constant, De la Seconde à la Troisième République le parcours d’un Varois : Paul Cotte, rebelle et politique in Provence 1851, une insurrection pour la République, Actes des journées d'étude de 1997 à Château-Arnoux et de 1998 à Toulon, Association pour le 150e anniversaire de la résistance au coup d’État du 2 décembre 1851, Les Mées, 2000 Paul Cotte, rebelle et politique.
  47. Le Peuple, 10 décembre 1888.
  48. A. Hamon et G. Bachot, L'Agonie d'une société : histoire d'aujourd'hui (1889), p. 95, Albert Savine, Paris, 1889.
  49. a et b J.-B. Duroselle, Clemenceau le duelliste in Revue des deux Mondes, p. 182, Paris, septembre 1988.
  50. J.-B. Duroselle, Clemenceau le duelliste in Revue des deux Mondes, p. 183, Paris, septembre 1988.
  51. H. Berta, Duels célèbres - une manière élégante de s'auto détruire, p. 34, Aparis Edifree, Paris, 2010. [
  52. Pierre Assouline, La République des livres, blog Le Monde, 7 mars 2008 Duel à Bruxelles.
  53. H. Fleischmann, Une maîtresse de Victor Hugo, p. 49, Librairie universelle, Paris, 1913.
  54. L. Séché, Études d'histoire romantique: Sainte-Beuve. Documents inédits, t. I, p. 63, Mercure de France, Paris, 1904.
  55. P. Foucher, Lettre à Victor Pavie, Paris, 20 octobre 1830 in L. Séché, Études d'histoire romantique: Sainte-Beuve. Documents inédits, t. I, p. 63, Mercure de France, Paris, 1904.
  56. L'anecdote est racontée par le journaliste et écrivain Alfred Delvau, ami proche de Rops qui l'a d'ailleurs introduit dans le milieu parisien, dans le journal londonien La Tamise : « A propos de duel, j'ai oublié de vous parler de celui qui a eu lieu récemment entre Félicien Rops, le Gavarni flamand, que vous connaissez sans doute, et le fils d'un officier de l'Empire. Rops avait publié un dessin très saisissant et très réussi, une sorte de contre-partie de la médaille de Sainte-Hélène: La Médaille de Waterloo. Le fils d'un ancien officier de l'Empire a vu là une offense personnelle; il en a demandé raison à Rops, qui ne s'y est pas refusé, et tous deux se sont battus. Tous deux aussi ont été blessés. Rops va bien aujourd'hui: je viens de recevoir de ses nouvelles. » (Extrait cité dans Erastène Ramiro [pseudonyme d'Eugène Rodrigues], Félicien Rops, Paris, G. Pellet, H. Floury, 1905, p. 118.)
  57. Extraits du film du duel Lifar Cuevas
  58. E. Colombey, Correspondance authentique de Ninon de Lenclos, p. 2, Slatkine, Genève, 1968.
  59. a et b V. Conrart, Mémoires, p. 188, Foucault, 1825.
  60. L. Moreri, Le Grand Dictionnaire historique ou le Melange curieux de l'histoire sacrée et profane, p. 126, Denys Mariette, 1707.
  61. L.-J.-N. de Monmerqué, Notice biographique in Lettres des grands écrivains de la France, v. 1, p. 54, Hachette, Paris, 1862.
  62. a et b A. Regnier, Notice biographique in Lettres choisies de Madame Sévigné, Extraites de l'Édition des Grands Écrivains de la France, p. XVIII, Hachette, Paris, 1870.
  63. V. Conrart, Mémoires, p. 189, Foucault, 1825.
  64. V. Conrart, Mémoires, p. 185, Foucault, 1825.
  65. L.-J.-N. de Monmerqué, Notice biographique in Lettres des grands écrivains de la France, v. 1, p. 54, Hachette, Paris, 1862.
  66. V. Conrart, Mémoires, p. 186, Foucault, 1825.
  67. a et b V. Conrart, Mémoires, p. 187, Foucault, 1825.
  68. A. Lautère, Un gentilhomme au temps des Précieuses, Monsieur de Sévigné, Fasquelle , 1943.
  69. "[la date] de mon veuvage, qui a été assez douce et assez heureuse" in M. de Rabutin Chantal, Lettre au comte de Bussy Rabutin, 17 juin 1687.
  70. Alexandre Beljame, Le Public et les hommes de lettres en Angleterre au 18e siècle, 1660-1744, Librairie Hachette, Paris, 1883, 506 pages, p. 9
  71. Le duel et l'épopée des pistolets
  72. M. de Heyden, Les rubis portent malheur, Éditions du Regain, Monte-Carlo, 1967
  73. G. Haskin, His Brother's Keeper, in Atlantis Magazine, vol. II, n° 3, p. 111, 2000.
  74. F. Yusupov, Lost Splendor, Jonathan Cape, Londres, 1952.
  75. F.-Ph. Orléans, Souvenirs de 1810 à 1830, p. 258, Librairie Droz, Genève, 1993.
  76. a, b, c et d Ch. Campbell Bury, The diary of Lady in Waiting, vol. I, p. 154, J. Lane, 1908.
  77. a, b, c, d et e U. Tencé, Annuaire historique pour 1832, p. 267, A. Thoisnier-Desplaces, avril 1834.
  78. a et b pseud. S. Urban, The Gentleman's magazine, vol. 102, I, p. 382, J.B. Nichols & son, Westminster, 1832.
  79. a et b F.-Ph. Orléans, Souvenirs de 1810 à 1830, p. 259, Librairie Droz, Genève, 1993.
  80. a, b et c Echo de la Fabrique, p. 5, Lyon, 3 mars 1832 in M. Chastaing, L'Echo de la fabrique - journal industriel et littéraire de Lyon, Vol. 1-2, Imprimerie de Jérôme Perret, Lyon, 1833.
  81. I. Bricard, Moi Léon, fils d’empereur (roman), p. 198-201, Albin Michel, Paris, 1988, (ISBN 2 226 03282 7).
  82. L. Fiaux, Armand Carrel et Émile de Girardin, cause et but d'un duel : mœurs publiques du temps : dessous de politique, p. 126, Marcel Rivière & Cie., Paris, 1912.
  83. La Presse, Paris, 21 juillet 1836.
  84. L. Fiaux, Armand Carrel et Émile de Girardin, cause et but d'un duel : mœurs publiques du temps : dessous de politique, p. X & XI, Marcel Rivière & Cie., Paris, 1912.
  85. L. Fiaux, Armand Carrel et Émile de Girardin, cause et but d'un duel : mœurs publiques du temps : dessous de politique, p. 96, Marcel Rivière & Cie., Paris, 1912.
  86. « Je le tuerai ou il me tuera » in L. Fiaux, Armand Carrel et Émile de Girardin, cause et but d'un duel : mœurs publiques du temps : dessous de politique, p. 133, Marcel Rivière & Cie., Paris, 1912 Armand Carrel et Émile de Girardin.
  87. L. Fiaux, Armand Carrel et Émile de Girardin, cause et but d'un duel : mœurs publiques du temps : dessous de politique, p. 77-83, Marcel Rivière & Cie., Paris, 1912.
  88. L. Fiaux, Armand Carrel et Émile de Girardin, cause et but d'un duel : mœurs publiques du temps : dessous de politique, p. 97, Marcel Rivière & Cie., Paris, 1912.
  89. L. Fiaux, Armand Carrel et Émile de Girardin, cause et but d'un duel : mœurs publiques du temps : dessous de politique, p. 70, Marcel Rivière & Cie., Paris, 1912.
  90. L. Fiaux, Armand Carrel et Émile de Girardin, cause et but d'un duel : mœurs publiques du temps : dessous de politique, p. 72, Marcel Rivière & Cie., Paris, 1912.
  91. L. Fiaux, Armand Carrel et Émile de Girardin, cause et but d'un duel : mœurs publiques du temps : dessous de politique, p. 63, Marcel Rivière & Cie., Paris, 1912.
  92. « 2° Un duel » in La Presse, Paris, 21 juillet 1836.
  93. F. González Guinán, Historia contemporánea de Venezuela, v. XI, p. 448, El Cojo, Caracas, 1909.
  94. A. Desjardins, P.J. Proudhon. Sa vie, ses œuvres et sa doctrine, vol. I, p. 116, Perrin & Cie, Paris, 1896.
  95. Le Moniteur, Paris, 2 novembre 1848.
  96. M.L. Bouitteville, Mélanges. Articles de journaux, 1848-1852, par P.J. Proudhon, I, p. 205-206, Lacroix, Verboeckhoven & Cie, Paris, 1868.
  97. P. Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon: sa vie et sa pensée (1809-1849), t. 1, p. 972, Beauchesne, 1961.
  98. a, b, c et d P. Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon: sa vie et sa pensée ( 1809-1849), t. 1, p. 974, Beauchesne, 1961.
  99. P. Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon : sa vie et sa pensée (1809-1849), t. 1, p. 975, Beauchesne, 1961.
  100. A. Robert et G. Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, vol. III, Bourloton, Paris, 1891.
  101. Le Petit Journal illustré, Paris, 18 décembre 1904.
  102. M.R. Finn, Rachilde - Maurice Barrès - Correspondance inédite (1885-1914), p. 103, université de Bretagne Occidentale, Brest, 2010.
  103. P.H. Castel, La Querelle de l'hystérie, p. 240, PUF, Paris, 1998.
  104. Joanny Bricaud, J.-K. Huysmans et le satanisme d'après des documents inédits, Bibliothèque Charconac, p. 62, Paris, 1913.
  105. Gil Blas, 13 janvier 1893.
  106. Chronologie - Deuxième partie: 1893-1914 in P.H. Castel, La Querelle de l'hystérie, PUF, Paris, 1998.
  107. J.-K. Huysmans, Lettre à J.-A. Boullax du 7 février 1890 in L. Deffoux & E. Zavie, Le groupe de Médan: Émile Zola, Guy de Maupassant, J.K. Huysmans, Henry Céard, Léon Hennique, Paul Alexis; suivi de deux essais sur le naturalisme, p. 264, Payot et Cie, Paris, 1920.
  108. Ch. Mac Intosh, Eliphas Lévi and the French Occult Revival, p. 194, Suny Press, 2011
  109. a et b Sotheby's, Note lot 60 "Bloy Léon: billet autographe signé adressé à Marty à propos de son duel avec Edmond Lepelletier in Catalogue de vente aux enchères, Paris, 18 mai 2011.
  110. a et b S. Guiberteau, Laurent Tailhade (extrait) in Humour et humeurs de bohème, inédit.
  111. La Presse no 9193, p. 1, Paris, 5 novembre 1917.
  112. L. Bloy, Lettre à Guérin du 15 avril 94 midi in L. Bloy, Journal inédit, vol. 1, p. 670, L'âge d'homme, 1996.
  113. La Presse, 17 avril 1894.
  114. L'Echo de Paris
  115. L. Bloy, Journal inédit, vol. 1, p. 675, L'âge d'homme, 1996.
  116. L. Bloy, Journal inédit, vol. 1, p. 683, L'âge d'homme, 1996.
  117. A. Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1895, p. 323, E. Dentu, Paris, 1896.
  118. A. Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1895, p. 318, E. Dentu, Paris, 1896.
  119. A. Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1895, p. 317, E. Dentu, Paris, 1896.
  120. A. Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1895, p. 322, E. Dentu, Paris, 1896.
  121. A. Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1895, p. 319, E. Dentu, Paris, 1896.
  122. A. Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1895, p. 320, E. Dentu, Paris, 1896.
  123. A. Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1895, p. 321, E. Dentu, Paris, 1896.
  124. A. Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1895, p. 325, E. Dentu, Paris, 1896.
  125. A. Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1895, p. 324, E. Dentu, Paris, 1896.
  126. The Pittsburgh Press, p. 16, 6 mars 1935
  127. L'Ouest-Éclair, p. 3, 12 octobre 1935.
  128. Charles Maurras, Les Cassagnac, in L'Action française, 23 février 1912.
  129. Duel Maurras, à gauche, et Castagnac, à droite. Le duel contre Guy est interpolé.
  130. Spill real blood in a Paris duel in The New York Times, 27 février 1912.
  131. Rowohlt, Hambourg, 1974.
  132. Journal des Goncourt, mémoires de la vie littéraire III (1885-1888), vol 1, t. VII, Charpentier, Paris, 1894.
  133. N. Benhamou, Derrière les volets clos, la maison Philibert: document humain ou œuvre littéraire ?, in J. Lorrain, La maison Philibert, p. 12, Éditions du Boucher, 2007.
  134. J. Lorrain, Monsieur de Phocas, p. 13, Édition du Boucher, 1901.
  135. J. Lorrain in Th. Laget, Les plaisirs et les jours: suivi de L'indifférent et autres textes - Marcel Proust, p. 295, Gallimard, Paris, 1993.
  136. Le Journal, 1er juillet 1896.
  137. Le Journal, 3 février 1897.
  138. M. R. Finn, Rachilde - Maurice Barrès (Correspondance inédite 1885-1914), p. 19, Université de Bretagne Occidentale, Brest, 2010.
  139. Le Gaulois, 7 février 1897.
  140. Aristote, Éthique à Nicomaque, II 7-9, III 9-12.
  141. Chanson de Roland, v. 1093.