DuckDuckGo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
DuckDuckGo
Logo de DuckDuckGo

URL duckduckgo.com
Slogan « Le moteur de recherche qui ne vous espionne pas »
Commercial Oui
Publicité Aucune
Type de site Méta-moteur
Moteur de recherche
Langue(s) Multilingue
Inscription Aucune
Siège social Valley Forge (Pennsylvanie)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Propriétaire DuckDuckGo, Inc.
Créé par Gabriel Weinberg
Lancement 25 septembre 2008
Classement Alexa 692 (monde, août 2014)
État actuel En activité

DuckDuckGo est un méta-moteur de recherche dont la société éditrice est située à Valley Forge en Pennsylvanie. Il se distingue en utilisant les informations de crowdsourcing provenant d'autres sites (comme Wikipédia) dans le but d'enrichir les résultats traditionnels et d'améliorer la pertinence. Il propose aussi son propre moteur de recherche.

La philosophie de ce moteur de recherche est de préserver la vie privée et de ne stocker aucune information personnelle concernant les utilisateurs[1],[2] (adresses IP et traces numériques comme la signature du navigateur). Cependant, DuckDuckGo relaie des liens sponsorisés (publicités) sur son moteur de recherche.

DuckDuckGo a été en forte progression depuis l'affaire PRISM/XKeyscore ; son trafic le classe 1 152e au niveau mondial le 29 août 2013[3], selon le cabinet d'études Alexa[4]. En mai 2014, il est classé 644e[4].

Il consacre une partie de ses revenus à financer des projets libres[5],[6].

Historique[modifier | modifier le code]

DuckDuckGo a été fondé par le « serial entrepreneur » Gabriel Weinberg, dont la dernière entreprise, The Names Database, a été acquise en 2006 par United Online (NASDAQ : UNTD) pour 10 millions de dollars[7]. Weinberg est également un business angel[8] et fait partie d'une startup de Philadelphie[réf. nécessaire].

Le projet a été initialement financé par Weinberg mais son modèle économique actuel repose sur une publicité minimale fournie par les sites Amazon et eBay[5].

En décembre 2008, DuckDuckGo a été présenté au « TechCrunch Elevator Pitch »[9] et a été finaliste au « BOSS Mashable Challenge »[10].

En juillet 2010, le fondateur Gabriel Weinberg lance un site communautaire pour permettre au public de signaler les problèmes, discuter des moyens de propagation du moteur de recherche, de ses caractéristiques et innovations[11].

En août 2010, DuckDuckGo met en place une « enclave de sortie » Tor (voir section Vie privée)[12].

En septembre 2010, DuckDuckGo a embauché son premier employé, Tighe Caine[13].

En octobre 2011, l'Union Square Ventures investit dans DuckDuckGo. Le partenaire d'Union Square, Brad Burnham, a d'ailleurs déclaré : « Nous avons investi dans DuckDuckGo parce que nous sommes convaincus qu'il n'était pas seulement possible de changer la base de la concurrence dans la recherche, mais qu'il était temps de le faire »[14].

En novembre 2011, Linux Mint signe un accord exclusif avec DuckDuckGo pour sa mise en place au sein de la distribution Linux Mint 12[15].

Le 13 février 2012, le moteur de recherche dépasse pour la première fois le million de recherches par jour[16]. Le 10 juin 2013, l'entreprise dit atteindre 2 millions de recherches quotidiennes, puis 3 millions le 17 du même mois, 4 millions le 19 août 2013, et 5 millions le 26 février 2014.

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Absence de « bulle »[modifier | modifier le code]

Selon les éditeurs de DuckDuckGo, la tendance des principaux moteurs de recherche à personnaliser les résultats de recherche limite l'ensemble des informations auxquelles chaque utilisateur a accès à une bulle, par opposition au Web tout entier, et ainsi dégrade son expérience du Web en attentant à sa liberté d'y accéder, aussi sûrement que le ferait un filtre[17]. DuckDuckGo a donc pour fonctionnalité de proposer les mêmes résultats à tous les utilisateurs, à quelques paramètres explicites près : spécialisation géographique des résultats, masquage ou non d'éventuels résultats adultes. Cela garantit une meilleure sérendipité.

Vie privée[modifier | modifier le code]

DuckDuckGo se place en défenseur de la vie privée sur le Web. Le site affirme ne pas enregistrer les requêtes effectuées et ne permettrait pas à d'autres sites de le faire[18], s'opposant ainsi au tracking[19]. Il est accessible en HTTPS et favorise l'utilisation d'HTTPS sur les sites vers lesquels il renvoie.

DuckDuckGo est accessible via le réseau de communication anonyme Tor et dispose d'une enclave de sortie[20] Tor. Celle-ci permet de « sortir » du réseau Tor directement sur les serveurs de DuckDuckGo et donc d'accéder au service sans passage par Internet hors Tor. Weinberg a déclaré : « Je crois que cela est en droite ligne avec notre politique de confidentialité. En utilisant Tor et DuckDuckGo, vous pouvez maintenant être dans l'anonymat dans vos recherches et si vous utilisez notre page d'accueil chiffrée, vous pouvez ainsi être chiffré de bout en bout »[12].

Zero Click Infobox[modifier | modifier le code]

La Zero Click Infobox est une « boîte » affichée en dessous de l'en-tête à chaque recherche, contenant des résumés thématiques et des sujets connexes en relations avec la requête à partir des informations fournis par diverses sources telles que Wikipedia, Wikia, Crunchbase, GitHub, WikiHow, The Free Dictionary, World Weather Online, WolframAlpha, etc. De cette manière, l'information recherchée dans la plupart des cas est affichée dans cette boîte.

!Bang[modifier | modifier le code]

DuckDuckGo permet d'effectuer des requêtes redirigeant vers d'autres moteurs de recherche ou sites en tapant la commande correspondante appelé !bang[21], en exemple :

  • la commande « !wfr » ou « !w » redirige directement vers le site Wikipedia. Ainsi, par exemple, la commande « !wfr duckduckgo » redirige directement vers l'article « DuckDuckGo » de Wikipedia
  • la commande « !g » lance la recherche sur google
  • la commande « ! » redirige directement vers le premier résultat de la recherche.

Langue[modifier | modifier le code]

L'interface du moteur de recherche est par défaut en anglais, mais il est possible de la basculer dans différentes langues : il faut pour cela accéder aux paramètres à l'adresse https://duckduckgo.com/settings. Il est possible d'aider la communauté DuckDuckGo à traduire l'interface en se connectant sur la plate-forme[22].

Il est par ailleurs possible de privilégier les résultats de recherche pour un pays donné et, pour certains pays, une langue donnée, par exemple « Canada (fr) ».

Configuration[modifier | modifier le code]

DuckDuckGo permet de sauvegarder ses paramètres de configuration de trois manières différentes :

  • de façon traditionnelle, c'est-à-dire dans un cookie, généré par le moteur de recherche et stocké par le navigateur Web ;
  • de façon anonyme en stockant les cookies dans le cloud et en les protégeant via un mot de passe. Ce mot de passe est utilisé pour générer une clef en utilisant le Secure Hash Algorithm connu sous le nom de SHA-2, en utilisant une clef 512 bits. Seul le mot de passe est gardé par le navigateur Web ; DuckDuckGo sauvegarde le fichier de paramètres sur le serveur dédié (Amazon S3) en utilisant la clef générée, comme le nom ;
  • en enregistrant directement les paramètres dans l'url[23], avec la syntaxe habituelle des requêtes GET, par exemple (résultats en français + en-tête bleu) :
    https://www.duckduckgo.com/?kl=fr-fr&kj=b2

Interfaces[modifier | modifier le code]

En plus de son interface par défaut (page d’accueil), DuckDuckGo propose deux interfaces sans JavaScript, l’une d’apparence standard[24] et l’autre plus légère (Lite)[25]. Il propose également une application Android[26] et iOS[27].

Page d'accueil[modifier | modifier le code]

À l'instar de Google, DuckDuckGo procède périodiquement à des adaptations temporaires de son logo de Dax le canard, les versions modifiées étant affichées pendant une journée sur la page d'accueil du moteur de recherche. Ils sont créés pour célébrer des événements particuliers tels que les fêtes nationales, les anniversaires d'illustres personnages ou autres. Chaque logo peut porter un lien hypertexte qui mène vers la page de résultats obtenue pour une recherche sur une chaîne de caractères décrivant le sujet commémoré[28].

Évènements[modifier | modifier le code]

Exceptionnellement, pour certains événements, le logo du canard à la houpette change :

  • En 2013, vers le 30 novembre, pour fêter les 50 ans de Doctor Who, le canard s'est mis des cheveux, avait un costume marron (comme le Docteur, héros de la série) et on voyait en deuxième plan, le TARDIS, son vaisseau, en forme de cabine téléphonique.
  • Fin 2013, le canard est remplacé par plusieurs canards reproduisant les grandes moments de 2013 (guerres…).
  • Début 2014, le canard mange du miel liquide (comme Winnie l'ourson, le héros de la série Disney Winnie l'Ourson). En arrière plan apparaît Tigrou (tigre joyeux du dessin animé), Derrière un arbre se trouve la queue d'un porc avec un nœud papillon rose, qui n'est autre que la queue de Bourriquet, autre personnage de la série. Cette scène est en l'honneur de Alan Alexander Milne, le créateur de Winnie l'ourson.
  • Vers le 11 février 2014, le canard est filmé : un écran blanc visible sur les coins et l'écriture "rec" le montre bien. Cette modification sur le logo est là pour l'évènement du 11 février 2014, THE DAY WE FIGHT BACK against mass surveillance. [réf. souhaitée]
  • À partir du 14 février 2014, pour la Saint-Valentin, le canard est remplacé par une cane au yeux bleu à la forme de cœur, mais toujours avec un nœud papillon vert, et lisant un dépliant sur lequel est écrit FOR DAX avec un cœur percé d'une flèche au-dessus. En arrière-plan, il y a des petits cœurs de couleur soit vertes, roses ou jaunes.
  • Dès le 3 avril 2014, Dax a enfilé une combinaison de cosmonaute pour L'Odyssée de l'Espace du 4 février 1968.
  • Du 12 au 14 avril 2014, le logo de DuckDuckGo s'est équipé d'une paire de jumelles pour regarder une fusée en orbite. Cette image du canard célèbre la nuit de Youri en rendant hommage à Youri Gagarine, premier homme à être allé dans l'espace.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

DuckDuckGo est construit principalement sur les API de recherche de différents fournisseurs majeurs (tels que Yahoo! BOSS, embed.ly, WolframAlpha, EntireWeb, Bing & Blekko)[29]. TechCrunch caractérise même « d'hybride » le service de moteur de recherche[30],[31]. Dans le même temps, le moteur de recherche produit ses propres pages de contenu et est également similaire à des sites comme Mahalo, Kosmix et SearchMe.

Le moteur de recherche DuckDuckGo est écrit en Perl et JavaScript et fonctionne avec nginx sur FreeBSD et Ubuntu[32].

Popularité[modifier | modifier le code]

Trafic[modifier | modifier le code]

DuckDuckGo publie des statistiques de trafic, telles que le nombre de requêtes par jour depuis avril 2010[33]. Ce nombre est de l’ordre de 1 500 000 en mai 2012.

En août 2013, DuckDuckGo est classé environ 1 908e site Web mondial en termes de trafic par le cabinet d'études Alexa[4]. Selon le site Compete.com, le nombre de visiteurs uniques est de l’ordre de 250 000 par mois début 2012[34].

Depuis le 10 juin 2013 et le scandale de PRISM, il enregistre une hausse significative du nombre de requêtes[35]. Le nombre de recherches par mois a ainsi atteint 77 millions en juin 2013[36], contre 54 millions le mois précédent.

En mai 2014, il est classé 644e[4].

Adoption[modifier | modifier le code]

DuckDuckGo est le moteur de recherche par défaut des navigateurs Dillo, Midori, GNU IceCat, Rekonq, SRWare Iron, Palemoon et K-Meleon. Il fait partie des moteurs de recherche proposés dans Mozilla Firefox, Opera[37] et Safari.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Site web similaire :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jon Buys, « DuckDuckGo: a new search engine built from Open Source », sur ostatic.com,‎ 10 juillet 2010 (consulté le 30 novembre 2012)
  2. Nicolinux, « Peut-on se passer de Google ? », sur voiretmanger.fr,‎ 11 février 2012 (consulté le 30 novembre 2012)
  3. Au 13 août 2013, 1505e au niveau mondial ; au 2 août 2013, 1908e au niveau mondial
  4. a, b, c et d (en) « Duckduckgo.com Site Info », Alexa Internet (consulté le 2 août 2013)
  5. a et b « Internet DuckDuckGo », sur Linuxfr.org (consulté le 8 avril 2011)
  6. (en) Gabriel Weinberg, « DuckDuckGo FOSS Donations 2010 », sur gabrielweinberg.com,‎ 26 février 2011 (consulté le 30 novembre 2012)
  7. (en) « Acquisition of Namesdatabase.com Expands Company's Classmates Online Social Networking Unit », United Online, Inc.,‎ 20 mars 2006
  8. (en) Gabriel Weinberg, « Gabriel Weinberg », sur gabrielweinberg.com (consulté le 10 février 2011)
  9. (en) Dan Kimerling, « Elevator Pitch Friday: Duck Duck GO, The Hybrid Search Engine »,‎ 12 décembre 2008 (consulté le 30 novembre 2012)
  10. (en) Adam Hirsch, « Voting Round for the BOSS Mashable Challenge »,‎ 7 octobre 2008 (consulté le 30 novembre 2012)
  11. (en) « The DuckDuckGo Community », sur duck.co (consulté le 30 novembre 2012)
  12. a et b (en) Gabriel Weinberg, « DuckDuckGo now operates a Tor exit enclave », sur gabrielweinberg.com,‎ 13 août 2010 (consulté le 30 novembre 2012)
  13. (en) Gabriel Weinberg, « Inbound Hiring »,‎ 30 septembre 2011 (consulté le 30 novembre 2012)
  14. (en) Brad Burnham, « Brad Burnham - DuckDuckGo »,‎ 13 octobre 2011
  15. (en) « Linux Mint signs a partnership with DuckDuckGo », sur blog.linuxmint.com,‎ 26 novembre 2011
  16. Damien Leloup, « DuckDuckGo, le petit moteur de recherche qui monte », Le Monde,‎ 20 février 2012 (consulté le 30 novembre 2012)
  17. (en) « Escape your search engine Filter Bubble! », sur dontbubble.us (consulté le 30 novembre 2012)
  18. (en) « DuckDuckGo Privacy », sur duckduckgo.com (consulté le 30 novembre 2012)
  19. (en) « Google tracks you. We don't. An illustrated guide. », sur donttrack.us (consulté le 30 novembre 2012)
  20. Voir (en) Exit Enclave dans la documentation de Tor
  21. (en) « Liste des !bang », sur duckduckgo.com
  22. (en) « DuckDuckGo Community Platform », sur dukgo.com
  23. (en) « Paramètres URL », sur duckduckgo.com
  24. « DuckDuckGo, version sans JavaScript », sur duckduckgo.com
  25. « DuckDuckGo, version légère », sur duckduckgo.com
  26. « DuckDuckGo for Android », sur Market Android
  27. « DuckDuckGo for Iphone, Ipad », sur AppStore
  28. (en) « Holiday Logos », sur help.duckduckgo.com (consulté le 30 novembre 2012)
  29. (en) « Sources », sur DuckDuckGo, Support Center (consulté le 3 janvier 2012)
  30. (en) Dan Kimerling, « Duck Duck Go, the Hybrid Search Engine », sur techcrunch.com
  31. (en) Gabriel Weinberg, « Public remarks by Gabriel Weinberg », sur news.ycombinator.com
  32. (en) « DuckDuckGo - Architecture », sur help.duckduckgo.com
  33. (en) « Trafic internet », sur duckduckgo.com, DuckDuckGo
  34. (en) « Profil d'analyse compete.com », sur siteanalytics.compete.com, Site analytics - Compete
  35. « Alternative Google : DuckDuckGo flambe »
  36. Lucie Ronfaut, « Google plus puissant que jamais dans la recherche », sur www.lefigaro.fr,‎ 9 juillet 2013 (consulté le 9 juillet 2013)
  37. (en) Ruarí Ødegaard, « DuckDuckGo is added to Opera », sur blog myopera - Ruarí's thoughts (consulté le 19 octobre 2011)