Duché de Naxos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Naxos (homonymie).

Duché de Naxos

12051579

Blason
Blason des Sanudi
Description de cette image, également commentée ci-après

Le duché de Naxos vers 1450

Informations générales
Capitale Naxos
Histoire et événements
1205-1207 ou 1213-1214 Fondation par Marco Sanudo
1383 Prise du pouvoir par Francesco Ier Crispo
1537 Souveraineté de Soliman le Magnifique
1566 Duché confié à Joseph Nassi
1579 Fin du duché

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Duché de Naxos est un des États croisés fondés après la quatrième croisade sur des territoires byzantins. Il s'étendit sur une partie des Cyclades, îles de la mer Égée en Grèce. Il était centré sur Naxos, conquise en premier par Marco Sanudo. Le duché, fondé par des Vénitiens se plaça rapidement sous la suzeraineté de l'empereur latin de Constantinople. Le système féodal occidental fut surimposé au système byzantin. Les deux christianismes, catholique et orthodoxe, cohabitèrent ainsi.

Le duché fut d'abord gouverné par la dynastie des Sanudi (XIIIe et XIVe siècles) puis par celle des Crispi (XVe et XVIe siècles). En 1537, l'attaque par Khayr ad-Din Barberousse soumit le duché à la suzeraineté ottomane faisant du duc un tributaire du Sultan. En 1566, le dernier duc italien, fonctionnaire ottoman, fut remplacé par Sélim II qui nomma Joseph Nassi. Celui-ci géra le duché jusqu'en 1579 ; après une période intermédiaire où le titre fut attribué à divers personnages, le duché fut dissous vers 1617.

La conquête[modifier | modifier le code]

En 1204, la IVe croisade s'empara de Constantinople, et les vainqueurs se partagèrent l'Empire byzantin. La souveraineté nominale sur les Cyclades échut aux Croisés, sauf Andros et Tinos qui furent (théoriquement) attribuées, la première à Venise, la seconde à l'empereur latin de Constantinople. Les îles ne purent cependant être occupées rapidement ; après quelques années, un accord fut finalement conclu entre l'Empereur latin et Venise, autorisant des citoyens vénitiens agissant à titre privé à les conquérir, à condition d'en faire hommage à l'Empereur[1],[2]. Cette nouvelle suscita des vocations. De nombreux aventuriers armèrent des flottes à leurs frais, dont un riche Vénitien résidant à Constantinople, Marco Sanudo, neveu du Doge Enrico Dandolo. Il s'empara sans coup férir de Naxos en 1205 et en 1207 il contrôlait ainsi la plupart des Cyclades, directement ou par l'intermédiaire de vassaux (dont le seul à être clairement attesté est Marino Dandolo, pour Andros). D'autres seigneuries furent créées durant la même période en mer Égée : les frères Andrea et Geremia Ghisi devinrent ainsi maîtres de Tinos, Mykonos et des Sporades[3] mais ne dépendaient pas du duché[4]. L'histoire particulière de chaque île est mal connue pour le XIIIe siècle, et certaines dynasties (Barozzi, Querini) que l'on pensait s'être installées dès la fondation du duché semblent n'avoir acquis leurs possessions qu'à partir du XIVe siècle[5].

Marco Sanudo fonda le duché de Naxos avec les principales îles comme Naxos, Paros, Antiparos, Milos, Siphnos, Kythnos et Syros[3]. Les Ducs de Naxos devinrent vassaux de l'empereur latin de Constantinople en 1210. Les Latins imposèrent le système féodal occidental sur les îles qu'ils dominaient. Venise ne profitait donc plus directement de cette conquête, cependant la République y avait trouvé avantage : l'Archipel avait été débarrassé de ses pirates, mais aussi des Génois et la route commerciale vers Constantinople était sécurisée[3]. Les habitats redescendirent vers les côtes et y furent fortifiés par les seigneurs latins : Paroikia sur Paros, le port sur Naxos ou Antiparos.

Une tour dite « vénitienne » dans la campagne naxiote.

La coutume de la Principauté de Morée, les Assises de Romanie devint rapidement la base de la législation dans les îles[6]. En effet, à partir de 1248, le Duc de Naxos devint le vassal de Guillaume II de Villehardouin et donc à partir de 1278 de Charles Ier de Sicile[7]. Le système féodal fut appliqué même pour les plus petites propriétés, ce qui eut pour effet de créer une importante « élite locale ». Les « nobles francs» reproduisirent la vie seigneuriale qu'ils avaient laissée derrière eux : ils se construisirent des « châteaux » où ils entretinrent une cour. Aux liens de vassalité s'ajoutèrent ceux du mariage. Les fiefs circulèrent et se fragmentèrent au fil des dots et des héritages. Ainsi, en 1350, quinze seigneurs dont onze Michieli se partageaient Kéa (120 km² et quelques dizaines de familles alors)[8].

Le système féodal[modifier | modifier le code]

Cependant, ce système féodal « franc » (comme on appelait tout ce qui venait d'Occident à l'époque) se surimposa au système administratif byzantin, conservé par les nouveaux seigneurs : les taxes et corvées féodales étaient appliquées aux divisions administratives byzantines et l'exploitation des fiefs continuait selon les techniques byzantines[6]. La loi byzantine resta aussi en vigueur pour les mariages et les propriétés pour la population locale d'origine grecque[7]. Il en était de même pour la religion : si la hiérarchie catholique dominait, la hiérarchie orthodoxe subsistait et parfois, lorsque le curé catholique n'était pas disponible, la messe était célébrée par le pope orthodoxe[6]. Les deux cultures se mêlèrent étroitement. On peut le voir dans les motifs des broderies populaires dans les Cyclades : les influences italiennes et vénitiennes y sont très présentes[9].

Les menaces extérieures[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, la tentative de reconquête de l'Égée par Alexis Philanthropénos pour Michel VIII Paléologue, l'Empereur byzantin échoua devant Paros et Naxos[7],[10], mais certaines îles avaient été conquises et gardées par les Byzantins entre 1263 et 1278[11],[12]. En 1292, Roger de Lauria ravagea Andros, Tinos, Mykonos et Kythnos[11], peut-être une conséquence de la guerre qui faisait rage entre Venise et Gênes[12]. Au début du XIVe siècle, les Catalans firent leur apparition dans les îles, peu avant les Turcs[12]. Le déclin des Seldjoukides laissa en effet le champ libre en Asie mineure à un certain nombre de principautés turkmènes dont les plus proches de la mer lancèrent à partir de 1330 des razzias dans l'archipel où les îles furent régulièrement pillées et leurs habitants emmenés en esclavage[12]. Les Cyclades connurent alors un déclin démographique. Même lorsque les Ottomans commencèrent à s'imposer et à unifier l'Anatolie, les expéditions se poursuivirent, jusqu'au milieu du XVe siècle, en partie à cause du conflit entre Venise et les Ottomans[12].

Une nouvelle dynastie[modifier | modifier le code]

En 1383 la dynastie des Sanudo fut renversée et céda la place à celle des Crispo. La conquête ottomane de la Grèce en fit le dernier État latin en Orient. En 1418, le duc reconnut comme suzeraine la seigneurie de Venise, qui dirigea de facto le Duché.

Le Duché de Naxos passa temporairement sous protection vénitienne en 1499-1500 et 1511-1517[7].

En 1566 le dernier duc Giacomo IV Crispo fut déposé par le Sultan Selim II qui installa à sa place un marrane portugais, Joseph Nasi. À la mort de ce dernier en 1579, divers prétendants se disputèrent sa succession, dont l'avant-dernier duc Giacomo IV Crispo. Finalement, le duché fut placé sous la dépendance du capudan pacha, qui nomma divers « bey-ducs » ayant un statut intermédiaire à la fois de gouverneur ottoman et de fermier des impôts, mais continuant à porter le titre de duc et à jouer un rôle « féodal » dans la juridiction du duché où les Assises de Romanie étaient toujours en vigueur. Ce statut fut supprimé en 1617[13].

Quelques îles du Duché restèrent dirigées pour quelques décennies par des seigneurs latins, Tinos demeurant vénitienne jusqu'au début du XVIIIe siècle.

Ducs de Naxos[modifier | modifier le code]

Famille Sanudo[modifier | modifier le code]

Armes des Sanudi, ducs de Naxos

Famille Crispo[modifier | modifier le code]

Armes des Crispi, ducs de Naxos

Sous souveraineté ottomane[modifier | modifier le code]

Bey-ducs[modifier | modifier le code]

  • à partir de 1580, pendant moins de 3 ans : Süleyman (un chrétien converti), qui résida à Naxos
  • Konstantinos Kandakouzenis, un phanariote qui ne résida pas sur place et abusa de sa position
  • Après 1598 : Ioannis Choniatis, un Grec d'Athènes, de façon intermittente avec un autre personnage
  • en 1600 : Carlo Cicala, un Sicilien catholique proche de l'Espagne, frère du capitan pacha Sinan Cicala. N'ayant pu obtenir l'éloignement des fonctionnaires ottomans locaux, et en bute à l'opposition des Vénitiens, alors ennemis des Espagnols, il ne prit pas effectivement possession du duché, qui fut à nouveau affermé à Choniatis
  • de 1616 à 1617 : Gasparo Gratiani, un aventurier croate ayant participé aux négociations entre l'Empire ottoman et l'Autriche.

Arbres généalogiques[modifier | modifier le code]

Arbre généalogique des Sanudi[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marco Sanudo
Constantinopolitani
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Enrico Dandolo
(doge de Venise)
 
une sœur d'Enrico
 
Pietro Sanudo
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernardo Sanudo
 
Lunardo Sanudo
 
1. Inconnue
 
Duc de Naxos Marco Sanudo
1205 ? - 1227 ?
 
2. Une sœur de l'empereur
(latin ou de Nicée ?)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
une fille de Macaire
de Sainte-Menehould
 
Duc de Naxos Angelo Sanudo
1227 ? - 1262 ?
 
Giovanni Sanudo
(installé en Eubée)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
une fille
∞ Paolo Navigaioso
(seigneur de Lemnos)
 
Marino Sanudo
(apanage de Paros et Antiparos)
∞ Portia da Verona
 
Duc de Naxos Marco II Sanudo
1262 ? - 1303
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Duc de Naxos Guglielmo Sanudo
1303 - 1323
 
Francesco Sanudo
(apanage de Milos)
∞ Cassandra de Durnay
 
Marco Sanudo
(apanages à Andros et en Eubée)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marco (Marcolino) Sanudo
(apanage de Milos)
 
Duc de Naxos Niccolò Sanudo
∞ Jeanne de Brienne
1323 - 1341
 
Chevalier de Saint-Jean Marino et Pietro Sanudo
(chevaliers de Saint-Jean)
 
Duc de Naxos Giovanni Sanudo
1341 - 1362
 
Gugliemo Sanudo
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fiorenza Sanudo
 
Duc de Naxos Francesco Ier Crispo
1383 - 1397
 
1. Giovanni dalle Carceri
 
Duchesse de Naxos Fiorenza Sanudo
1362 - 1371
 
Duc de Naxos 2. Niccolo Sanudo Spezzabanda
1362 - 1371
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Duc de Naxos Giacomo Ier Crispo
1397 - 1418
 
 
 
 
 
Duc de Naxos Niccolo dalle Carceri
1371 - 1383
 
Maria Sanudo
∞ Gaspard Sommaripa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fiorenza Sanudo-Sommaripa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ducs de Naxos Famille Crispo
 
 
 
 
 
 

Arbre généalogique des Crispi[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
Ducs de Naxos Famille Sanudo
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fiorenza Sanuda
 
Duc de Naxos Francesco Ier
1383 - 1397
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fiorenza Sommaripa
 
Duc de Naxos Giacomo Ier
1397-1418
 
Duc de Naxos Giovanni II
1419-1437
∞ Francesca Morosini
 
Marco
(apanages de Ios
et Therasia)
 
Duc de Naxos Guiglelmo II
1453-1463
∞ Elisabetha da Pesaro
 
Niccolo
(apanage de Syros et Santorin)
 
Pietro
 
Pétronille
∞ Pietro Zéno
(Andros en dot)
 
Agnese
∞ Dragonetto Clavelli
(seigneur de Nissyros)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
deux filles
 
Duc de Naxos Giacomo II
1437-1447
∞ Ginevra Gattilusio
 
Adriana et Caterina
 
Francesco
 
Fiorenza
 
Duc de Naxos Francesco II
1463
∞ Petronilla Bembo
 
trois fils et sept filles
 
Chevalier de Saint-Jean Giovanni
(chevalier de Saint-Jean)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Duc de Naxos Gian Giacomo
1447-1453
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Duc de Naxos Giacomo III
1463-1480
∞ Caterina Gozzadini
 
 
 
 
 
Duc de Naxos Giovanni III
1480-1494
∞ une Morosini
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
une fille
∞ Domenico Pisani
(Santorin en dot)
 
 
 
 
 
Duc de Naxos Francesco III
1500-1510
∞ Taddea/Caterina Loredano
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Duc de Naxos Giovanni IV
1510-1564
∞ Adriana Gozzadini
 
 
 
 
 
Catherine
∞ Gianluigi Pisani
(seigneur de Chios)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Caterina
∞ Niccolo III Gozzadini
(seigneur de Sifnos et Kythnos)
 
Francesco
∞ Fiorenza Gozzadini
 
Duc de Naxos Giacomo IV
1564-1566
∞ Cecilia Sommaripa
 
Thaddea Crispo
∞ Gianfrancesco Sommaripa
(seigneur d'Andros)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
trois fils et trois filles
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Articles « Naxos » et « Paros » in Oxford Dictionary of Byzantium., Oxford U.P, 1991. Il n'y a pas de références pour « Cyclades » ou pour les autres îles.
  • (en) Charles A. Frazee, The Island Princes of Greece. The Dukes of the Archipelago., Adolf M. Hakkert, Amsterdam, 1988. (ISBN 9025609481)
  • (en) Paul Hetherington, The Greek Islands. Guide to the Byzantine and Medieval Buildings and their Art, Londres, 2001. (ISBN 1-899163-68-9)
  • Jean Longnon, L'Empire latin de Constantinople et la Principauté de Morée., Payot, 1949.
  • Élisabeth Malamut, Les îles de l'Empire byzantin, VIIIe-XIIe siècles, Byzantina Sorbonensia 8, Paris, 1988. (ISBN 2-85944-164-6)
  • (en) George C. Miles, « Byzantium and the Arabs: Relations in Crete and the Aegean Area », in Dumbarton Oaks Papers, Vol. 18., 1964.
  • J. Slot, Archipelagus Turbatus. Les Cyclades entre colonisation latine et occupation ottomane. c.1500-1718., Publications de l'Institut historique-archéologique néerlandais de Stamboul, 1982. (ISBN 9062580513)
  • Stéphane Yerasimos, « Introduction » à J. Pitton de Tournefort Voyage d'un botaniste., Maspero, 1982. (ISBN 2707113247)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean Longnon, Problèmes de l'histoire de la principauté de Morée. (Premier article). In: Journal des savants. Avril-juin 1946. p 81.
  2. R-J Loenertz, Marino Dandolo, seigneur d'Andros et son conflit avec l'évêque Jean (1225-1238) in Byzantina et Franco-Graeca p 400
  3. a, b et c Jean Longnon, L'Empire latin de Constantinople., p.91
  4. D. Jacoby, La féodalité en Grèce médiévale. Les « Assises de Romanie », sources, application et diffusion (1971), p 237
  5. Louise Buenger Robbert, Venice and the Crusades in A History of the Crusades vol.V p 432, d'après les travaux de Silvano Borsari et de R-J Loenertz
  6. a, b et c J. Slot, Archipelagus Turbatus.
  7. a, b, c et d « Naxos » in Oxford Dictionary of Byzantium.
  8. Stéphane Yerasimos, « Introduction », p.9-10.
  9. Louisa F. Pesel, « The Embroideries of the Aegean », The Burlington Magazine for Connoisseurs, Vol. 10, N°. 46, Jan 1907.
  10. « Paros » in Oxford Dictionary of Byzantium.
  11. a et b Jean Longnon, L'Empire latin de Constantinople., p.319-320.
  12. a, b, c, d et e Stéphane Yerasimos, « Introduction », p.11-12
  13. J. Slot, Archipelagus Turbatus., p102-104