Duché de Franconie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le duché de Franconie, (Herzogtum Franken en allemand), était un des duchés originels du Saint-Empire, fondé au Xe siècle.

Il avait pour capitale Nuremberg et comprenait les évêchés de Bamberg, de Würtzbourg, d'Eichstätt, la maîtrise de l'Ordre Teutonique à Bad Mergentheim, les États princiers de Brandebourg-Bayreuth, Brandebourg-Ansbach, Henneberg-Schleusingen, Henneberg-Rœmhild, Henneberg-Schmalkalden, Löwenstein-Werthheim, Hohenlohe-Waldenbourg, les villes impériales de Nuremberg, Rothenburg ob der Tauber, Bad Windsheim, Schweinfurt, Weissenburg, outre plusieurs comtés, entre autres celui de Hohenlohe.

Au XVIe siècle, il devint l'un des dix cercles de l'ancien empire d'Allemagne, entre ceux de Bavière, Souabe, Bas-Rhin-Westphalie, Haut-Rhin, Saxe, Basse-Saxe, Autriche, Bourgogne et le cercle électoral du Rhin. Le cercle de Franconie était l'un des moins importants pour l'étendue, mais un des plus florissants de l'empire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le duché de Franconie vers 800

Au Ve siècle cette contrée formait le centre du royaume de Thuringe. En 527, elle fut conquise par les Francs, au Xe siècle, on la désigna sous le nom de Franconie.

Elle forma à partir de 902 un duché dont les possesseurs se rendirent de bonne heure indépendants. L'un d'eux, Conrad, fut élu roi de Germanie en 911, et laissa son duché à son frère Eberhard (de), tué en 939 à la bataille d'Andernach.

Conrad le Roux lui succéda dans le duché et périt en 955, en combattant les Huns, en réalité les Magyars ou Hongrois. En 1024 Conrad II le Salique, 6° duc de Franconie, élu roi de Germanie puis couronné empereur en 1027 à Rome, et devint ainsi chef de la maison impériale de Franconie qui, après lui, donna encore trois souverains à l'empire : Henri III (1039), Henri IV (1056), Henri V (1106-1125).

Quant au duché de Franconie, Conrad II le Salique l'avait cédé en 1027 à son cousin Conrad II de Carinthie († 1039); mais ce prince, s'étant révolté contre lui, fut dépouillé de ses États, et le duché revint aux empereurs. Henri V en mourant le légua à Conrad III de Hohenstaufen († 1152), empereur en 1138. Celui-ci le laissa à sa mort à son fils Frédéric de Rothenbourg. À la mort de ce dernier en 1167, l'empereur Frédéric Barberousse le donna à son fils Conrad II de Souabe († 1196). À la mort de Conrad, son frère Philippe le récupéra avant de devenir empereur en 1198.

Ce dernier, par ses libéralités, mit fin à l'existence du duché de Franconie en le morcelant en plusieurs fiefs qui devinrent États souverains. Le duché ne subsista plus dès lors que nominalement ; les débris en furent conférés aux burgraves de Nuremberg, mais le titre resta aux évêques de Würtzbourg.

En 1387 l'empereur Venceslas Ier du Saint-Empire donna le nom de Thuringe-et-Franconie à l'un des 4 cercles dans lesquels il divisa l'Allemagne, et en 1512, Maximilien Ier du Saint-Empire forma de la Franconie un des dix cercles définitifs de l'empire.

Pendant la guerre de Trente Ans, on essaya un instant de reconstituer le duché de Franconie en faveur du duc Bernard de Saxe-Weimar.

En 1814 la plus grande partie de la Franconie échut à la Bavière : elle y forma les cercles de Haute-Franconie, Basse-Franconie et Moyenne-Franconie ; le reste fut partagé entre le Wurtemberg, le grand-duché de Bade, la Hesse-Electorale et la Hesse-Darmstadt, la Prusse et les duchés de Saxe, qui le possèdent encore au XIXe siècle.

Liste des ducs[modifier | modifier le code]

De 939 à 1115 le titre est entre les mains des empereurs Ottoniens puis Saliens:

En 1115 l'empereur Henri V en investit Conrad le fils cadet de Frédéric Ier de Souabe ;

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.