Duc de Dino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Duc de Dino
Image illustrative de l'article Duc de Dino
Armes des ducs de Dino de la famille de Talleyrand : De gueules à trois lionceaux d'or, armés, couronné et lampassés d'azur.

Image illustrative de l'article Duc de Dino
Titulaire actuel
Marie Louise Gonzalez de Andia y Elio (titre de courtoisie)
Création [1]
Titre prince de Talleyrand (Premier titulaire seulement)
duc de Talleyrand (Deuxième et septième titulaires seulement)
duc de Dino
marquis de Talleyrand (à partir du troisième titulaire)
Abrogation 1968 (relevé comme titre de courtoisie)
Premier titulaire Charles Maurice de Talleyrand-Périgord
Dernier titulaire Hélie de Talleyrand-Périgord

Le titre de duc de Dino a été créé en 1815 par le roi Ferdinand Ier des Deux-Siciles pour le ministre des Relations extérieures de la France, le prince de Talleyrand.

En 1817 ce dernier transmit ce titre à son neveu, le comte Edmond de Périgord (décret du même roi)[2], époux de la princesse Dorothée de Courlande, nièce et probable maîtresse de Talleyrand, qui a immortalisé le titre au féminin.

Ce titre ducal fut ensuite transmis (sans droit) aux cadets de la maison de Talleyrand-Périgord, puis aux Gonzalez de Andia, marquis de Villahermosa, qui le portent encore alors qu'il est officiellement éteint.


Histoire[modifier | modifier le code]

Le titre est créé par décret royal de Ferdinand Ier des Deux-Siciles le en échange de la restitution de la principauté de Bénévent qui lui avait été concédée en 1806 par Napoléon Ier.

L'île de Dino est une petite île inhabitée de Calabre (0,5 km2), en Mer Tyrrhénienne.

Le titre fut reconnu comme titre français par Louis XVIII le en faveur de Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, avec pairie.

Cependant, le , un nouveau décret du roi des Deux-Siciles "transporta" le titre sur la tête du neveu du Grand Chambellan de France, Edmond, fils de son frère cadet Archambaud-Joseph (? -1838), en avancement d'hoirie de son oncle et à la condition qu'il soit porté par l'aîné de ses descendants [3].

Or, contrairement à ces dispositions, ce titre de duc et pair fut transmis au fils cadet d'Edmond du fait qu'Alexandre, l'aîné, reçut celui de duc de Valençay, du nom du château indrois et de son énorme domaine (12 000 hectares répartis sur 23 communes) acquis en 1803 par Talleyrand sur l'ordre - et avec le concours financier - de Napoléon Ier.


Ducs et duchesses de Dino[modifier | modifier le code]

Maison de Talleyrand-Périgord[modifier | modifier le code]

. Liste régulière :

Liste de courtoisie : le titre a été porté par des cadets de la famille, ce qui n'était pas prévu par la concession duosicilienne de 1817 (voir plus haut); cette liste est celle qui a prévalu de 1817 à 1917.

Maison Gonzalez de Andia[modifier | modifier le code]

Le titre de duc de Dino fut confirmé par un diplôme d'Humbert II d'Italie en exil, du 15 décembre 1975, au fils aîné de Félicie de Talleyrand-Périgord, Manuel Gonzalez de Andia y Talleyrand-Périgord, fils de Louis ou Luis Gonzalez de Orbegoso (Andia) y Dreyfus (depuis le 12/08/1885), marquis de Villahermosa, titre espagnol de sa mère (Mme Auguste Dreyfus) qu'Alphonse XIII d'Espagne l'autorisa en 1925 à "relever", avant de pouvoir supprimer légalement le patronyme Dreyfus de son nom par un décret du 26/07/1935, et neveu par sa mère du dernier duc de Dino régulier ref>source.</ref> ; le titre est officiellement éteint en France.


Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. André Borel d'Hauterive, Albert Révérend, Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, vol. 7, p. 182 lire la page.
  3. Artaud de Montor, Encyclopédie des gens du monde: répertoire universel des sciences, vol. 21, p. 663 lire la page.
  4. Fils de Louis Gonzalez de Andia (1874-1965) [alias Louis Dreyfus y Gonzalez], marquis espagnol de Villhermosa, et de Félicie de Talleyrand-Périgord (1878-1981), petit-fils d'Auguste Dreyfus y Marx (1827-1897) et de Luisa Gonzalez-Pinillos (1847-1924).
  5. voir la page web