Dryopithèque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dryopithèque

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

fragment de mandibule
de Dryopithecus fontani

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Primates
Famille Hominidae
Sous-famille Dryopithecinae

Genre

Dryopithecus
Lartet, 1856

Espèces de rang inférieur

  • Dryopithecus fontani Lartet, 1856
  • Dryopithecus cautleyi
  • Dryopithecus chinjiensis
  • Dryopithecus frickae
  • Dryopithecus laietanus
  • Dryopithecus pilgrimi
  • Dryopithecus punjabicus
  • Dryopithecus sihongensis
  • Dryopithecus sivalensis

Le dryopithèque (Dryopithecus) est un genre éteint de primates qui ont vécu au cours du Miocène supérieur, de 15 à 8 millions d'années avant notre ère.

Il comprend différentes espèces, dont Dryopithecus fontani, défini par É. Lartet en 1856 à partir d'un fossile découvert à Saint-Gaudens (Haute-Garonne). Le nom du genre (« singe des chênes » en grec) fait référence à des gisements de bois fossiles découverts dans les Pyrénées et considérés comme contemporains. Le nom de l'espèce a été donné en hommage au docteur Fontan, le naturaliste amateur qui découvrit le fossile. Par la suite, de nombreux restes furent découverts dans l'Ancien Monde et permirent de définir D. cautleyi, D. chinjiensis, D. frickae, D. pilgrimi, D. punjabicus, D. sihongensis et D. sivalensis.

Après s'être développé près de l'extrémité sud du Rift africain, il s'est répandu partout en Afrique et est arrivé jusqu'en Asie et en Europe[réf. nécessaire]. Il mesurait 60 cm de long et, bien qu'il fût capable de marcher droit, il se déplaçait surtout à quatre pattes. Cependant, il ne s'appuyait pas sur les phalanges de ses mains à la manière des grands singes anthropomorphes (chimpanzé, gorille).

Le dryopithèque menait une vie arboricole et tirait de son habitat son alimentation : baies et fruits.

Le dryopithèque a longtemps été considéré comme un ancêtre potentiel de l'homme moderne mais, à l'heure actuelle, de nombreux chercheurs considèrent que la lignée européenne des Hominoïdes miocènes s'est éteinte sans descendants (dryopithèque, oréopithèque) ou a évolué vers les ponginés (ouranopithèque) plutôt que vers les homininés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Référence taxonomiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]