Drouges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drouges
L'église paroissiale Saint-Pierre.
L'église paroissiale Saint-Pierre.
Blason de Drouges
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton La Guerche-de-Bretagne
Intercommunalité Vitré Communauté
Maire
Mandat
Pierre Juvin
2014-2020
Code postal 35130
Code commune 35102
Démographie
Gentilé Drougeois
Population
municipale
532 hab. (2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 09″ N 1° 15′ 49″ O / 47.9025, -1.2636111111147° 54′ 09″ Nord 1° 15′ 49″ Ouest / 47.9025, -1.26361111111  
Altitude 80 m (min. : 57 m) (max. : 109 m)
Superficie 11,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Drouges

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Drouges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Drouges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Drouges

Drouges est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de 1 165 ha, l’activité principale de la commune est l’agriculture, toutefois quelques artisans y exercent leur activité. Drouges est située sur l’axe Vitré Châteaubriant à 7 km de La Guerche-de-Bretagne dans le triangle, Rennes, Nantes, Laval. Distante de 45 km de Rennes, 100 km de Nantes et 45 km de Laval, Drouges a comme chef-lieu de canton La Guerche-de-Bretagne et fait partie de la communauté de communes du Pays Guerchais.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’azur à un croissant d’argent, accompagné de trois trèfles d’or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 en cours Pierre Juvin[1]   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 532 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 165 960 1 116 1 131 1 044 930 905 919 930
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
924 892 804 763 793 797 806 802 750
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
700 690 675 672 635 655 641 631 613
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
600 564 488 450 397 419 445 454 520
2011 - - - - - - - -
532 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint Pierre : construite à la fin du XVIe siècle, elle se compose d'une nef à chevets droits, de deux collatéraux et d'une tour carrée surmontée d'une flèche en ardoise. Le chœur portait autrefois les armes des ducs de Brissac, seigneurs de La Guerche du XVIè siècle au milieu du XVIIe siècle. L'église renferme trois beaux retables du XVIIe siècle en tuffeau et en bois, avec des colonnes de marbre et des statues anciennes : celui du maître-autel est surmonté d'une colombe. Le retable du maître-autel est une œuvre de Michel Langlois et deux petits retables latéraux, celui de gauche étant une œuvre de Pierre Corbineau entre 1637 et 1640[4]. Il s'agit de retables lavallois. Le retable du maître-autel est très proche de celui de l'église Saint-Vigor de Neau et permet d'attribuer ce dernier aux Langlois[5].
  • Les distilleries Vivier.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Municipales à Drouges. Quatrième mandat pour Pierre Juvin », Ouest-France, 5 avril 2014.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. - Retable et tabernacle de Drouges
  5. Et non pas comme l'indique P. Maloubier-Tournier à Pierre Corbineau