Droste zu Vischering

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Mgr Clément-Auguste Droste zu Vischering (1773-1845)

Droste zu Vischering est le nom d'une famille illustre de la noblesse de Westphalie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette famille remontant au XIIe siècle est originaire de la principauté de Münster et subsiste encore. Leur ancien château fort est à Vischering.

Les deux fils Heinrich et Albrecht de Berhard Droste zu Vischering, mort en 1331, sont à l'origine de deux lignées :

  • Heinrich est à l'origine des barons puis des comtes Droste zu Vischering ;
  • tandis que son frère Albrecht est à l'origine des Droste zu Senden.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Clément-Auguste Droste zu Vischering (1773-1845), archevêque de Cologne de 1835 à 1845. Il fut emprisonné en 1837, puis relégué à Münster jusqu'à sa mort, à cause de son opposition à l'État prussien lors de la querelle des mariages inter-confessionnels.
  • Kaspar Maximilian Droste zu Vischering-Padberg (1808-1887), conseiller d'État et membre de la deuxième Chambre de Prusse, ou Chambre des Représentants effective jusqu'en 1918.
  • Clemens Heidenreich Droste zu Vischering (1832-1923), membre du Zentrum ou parti du Centre, homme d'État allemand, époux d'Hélène von Galen (1837-1917), tante du cardinal von Galen.
  • Franz Otto von Droste zu Vischering (1771-1826), théologien et écrivain catholique.
  • Georg Ferdinand Droste zu Vischering, baron von und zu Brenken (né en 1941 ) président de l'œuvre de Saint-Boniface en Allemagne et de plusieurs associations syndicales de travailleurs en Westphalie.
  • Kaspar Maximilian von Droste-Vischering (1770-1846) évêque de Münster de 1826 à 1846.
  • Maximilian Droste zu Vischering-Padberg (1781-1845), juriste et conseiller d'État.
  • Maria Droste zu Vischering (1863-1899), religieuse de la Congrégation du Bon Pasteur béatifiée par l'Église catholique romaine sous le nom de Sœur Marie du Divin Cœur et propagatrice de la dévotion au Sacré-Cœur. Elle inspira le pontificat de Léon XIII et la rédaction de l'Encyclique Annum Sacrum, du 25 mai 1899.