Drom (Ain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Drom.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homophones, voir Drôme et Drome.
Drom
Image illustrative de l'article Drom (Ain)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Ceyzériat
Intercommunalité Communauté de communes de Treffort-en-Revermont
Maire
Mandat
Yves Guillemot
2014-2020
Code postal 01250
Code commune 01150
Démographie
Gentilé Dromniers
Population
municipale
211 hab. (2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 08″ N 5° 21′ 55″ E / 46.2189, 5.365346° 13′ 08″ Nord 5° 21′ 55″ Est / 46.2189, 5.3653  
Altitude Min. 310 m – Max. 505 m
Superficie 7,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative d'Ain
City locator 14.svg
Drom

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique d'Ain
City locator 14.svg
Drom

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Drom

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Drom
Liens
Site web drom.fr

Drom est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Rhône-Alpes.

Les habitants de Drom s'appellent les Dromniers.

Histoire[modifier | modifier le code]

En l’an 640, on lit, dans les archives religieuses jurassiennes : « Il est, dans la dernière vallée du Jura, la paroisse de Drunc ».

Situé au centre d’une vallée sèche, le village de Drom doit avoir des origines remontant entre le IVe siècle et le VIIe siècle[réf. souhaitée].

Étymologiquement, son nom viendrait de l’eau : Hydris ou les eaux stagnantes. En effet, pendant des siècles, les occupants de ce site ont ainsi été alternativement victimes de sécheresses et d’inondations. Pas de rivière, peu de sources et de puits, mais une eau toujours présente dans les profondeurs de son sous-sol karstique.

L’église est citée à partir de 1184, et son chœur est reconstruit en 1475, dans la tradition du gothique flamboyant. À son côté subsiste un campanile, seul vestige de la chapelle primitive.

Géographie[modifier | modifier le code]

Drom se situe dans le Revermont.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Meillonnas Treffort-Cuisiat Simandre-sur-Suran Rose des vents
Jasseron N
O    Drom    E
S
Ramasse Villereversure

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 En cours Yves Guillemot    
2001 2014 Daniel Brochier    
juin 1995 mars 2001 Jean Carrier    
mars 1983 juin 1995 Noël Larruat    
mars 1971 mars 1983 Marcel Raffin    
mars 1959 mars 1971 Aimé Jacquemet    
octobre 1944 mars 1959 Marius Corretel    
novembre 1932   Aimé Caillat    
août 1925 novembre 1932 Auguste Grenodon    
mai 1925 août 1925 Auguste Corretel    
décembre 1919 mai 1925 Modeste Larruat    
avril 1886 juillet 1917 Albert Gaillard    
janvier 1878 avril 1886 Hippolyte Gouilloux    
octobre 1876 janvier 1878 Jules Malessard    
décembre 1871 juin 1876 César Auguste Gaillard    
août 1843 décembre 1871 Hippolyte Gouilloux    
octobre 1831 août 1843 Joseph Marie Gaillard    
juin 1827 octobre 1831 Claude Caillat    
septembre 1824 juin 1827 Claude Benoît Caillat    
avril 1820 septembre 1824 Pierre Caillat    
juin 1800 avril 1820 Claude Benoît Gaillard    
mars 1790   Antoine Caillat    

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Drom (Ain).

En 2011, la commune comptait 211 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
427 436 552 436 455 420 436 417 431
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
427 441 427 418 436 425 405 402 328
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
322 327 292 237 220 194 193 170 181
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
147 146 153 139 146 160 163 166 205
2011 - - - - - - - -
211 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L’activité économique a longtemps reposé sur la polyculture, avec une prédominance de la vigne, qui recouvrait un quart du territoire[réf. souhaitée].

Longtemps, la pierre a aussi pu assurer quelque revenu aux habitants de la vallée. Aujourd’hui, une carrière subsiste encore pour la pierre de taille et une pour la production de matériaux concassés, qui fonctionnent épisodiquement.

Après la crise du phylloxéra, l’agriculture s’est spécialisée dans l’élevage laitier : fondée en 1881, la coopérative est la plus petite du département. Située dans la zone AOC du Comté, elle en produit quotidiennement une dizaine de meules. De plus, elle est à l’origine de la renaissance du « clon », le fromage produit dans la Bresse pendant tout le Moyen Âge.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Tunnel d'écoulement des eaux long de 900 m, creusé en 1860 pour assainir la commune.
  • Grotte de Luy.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]