Droits LGBT en Ouganda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ouganda

L'homosexualité est considérée comme un sujet tabou en Ouganda. La population LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transsexuels) est estimée à 500 000 personnes en Ouganda[1]. Le gouvernement ougandais considère l'homosexualité comme "la connaissance charnelle contre l'ordre de la nature"[2].

Code pénal[modifier | modifier le code]

Campagne contre le projet de loi condamnant les homosexuels séropositifs à mort (2009).

Le code pénal de 1950 (révisé) déclare :

  • § 145 (sexuellement neutre)

« Toute personne qui — (a) a connaissance charnelle d'une autre personne contre l'ordre de la nature ; (b) a connaissance charnelle d'un animal ; ou (c) permet à un homme d'avoir un contact charnel avec lui ou elle contre l'ordre de la nature, commet une infraction et est passible de prison à vie. »

  • § 148 (sexuellement neutre)

« Toute personne qui, en public ou en privé, commet un acte d'outrage à la pudeur avec une autre personne ou obtient d'une autre personne qu'elle commette un outrage à la pudeur avec lui ou elle ou tente d'obtenir l'exécution d'un tel acte de toute personne avec lui ou elle ou avec une autre personne, en public ou en privé, commet une infraction et est passible de sept ans de prison. »

  • § 146 interdit de « tenter » de commettre l'infraction spécifiée au § 145 [7 ans]

En 2009, un projet de loi prévoit l'emprisonnement à vie des gays séronégatifs et la peine de mort pour les gays séropositifs. Une sanction de trois années d’emprisonnement est à l'étude pour toute personne qui ne rapporterait pas à la connaissance de la police des faits d'homosexualité dans les vingt-quatre heures. Toute personne impliquée dans la défense des droits des gays et des lesbiennes risque en outre une peine de 7 ans d'emprisonnement[3]. Le 4 février 2010, le président des États-Unis Barack Obama a qualifié ces projets de lois d'« odieux », précisant : « il est impensable de viser des homosexuels et des lesbiennes pour ce qu'ils sont »[4].

Le Parlement ougandais adopte le 20 décembre 2013 un projet de loi prévoyant la prison à perpétuité pour les personnes récidivant dans leurs actes homosexuels. La loi est promulguée en février 2014 par le président Yoweri Museveni[5]. Le président Museveni justifie son geste et son retournement sur la base d’un rapport scientifique disant que l’homosexualité n’est pas génétique, cédant aux importantes pressions de son parti, le National Resistance Movement (NRM), qui a porté et défendu le projet et le groupe de pression évangélique 'Born again', inspirés du protestantisme américain[6].


Vie des personnes LGBT[modifier | modifier le code]

D'après Jessica Stern de Human Rights Watch, "Pendant des années, le gouvernement du président Yoweri Museveni a régulièrement menacé et vilipendé les lesbiennes et les gays, et a harcelé les militants des droits sexuels"[7]. Le rapport de 2006 du département d'État des États-Unis établit que les homosexuels "font face à une discrimination et à des restrictions légales généralisées". Il est illégal pour des homosexuels d'avoir des relations sexuelles ; la sentence maximale pour avoir eu de telles relations est la prison à vie[8],[1].

Les gays et les lesbiennes sont discriminés et harcelés par les médias, la police, les enseignants. Un journal ougandais, The Red Pepper, a publié en septembre 2007 la liste d'hommes supposés être homosexuels, plusieurs d'entre eux ayant subi des harcèlements de ce fait[9]. Ce journal a publié une nouvelle liste en avril 2009.

Radio Simba a payé une amende de plus de mille dollars et a dû publier des excuses publiques après avoir accueilli des homosexuels lors d'une émission en direct ; le ministre de l'information Nsaba Buturo a déclaré que ces mesures reflétaient le souhait des Ougandais de soutenir "les valeurs morales de Dieu". "Nous n'allons pas leur donner la possibilité d'en recruter d'autres", a-t-il ajouté[10]. En février 2014, le journal ougandais, The Red Pepper, publie à nouveau une liste de 200 personnalités supposées homosexuelles[11]. Après la parution d'un article similaire d'un autre journal ougandais, un militant gay ougandais de premier plan, David Kato, avait été tué.

Interdiction du mariage homosexuel[modifier | modifier le code]

Le 29 septembre 2005, le président Museveni a fait passer dans la loi un amendement constitutionnel interdisant le mariage homosexuel, faisant de l'Ouganda le deuxième pays au monde à le faire, après le Honduras[12]. Selon cet amendement, « le mariage est légal seulement s'il se conclut entre un homme et une femme », et « il est illégal pour les couples homosexuels de se marier »[13].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b "Ugandans hold anti-gay sex rally" BBC News, August 21, 2007. Accessed on August 21, 2007.
  2. "Homosexuality in Africa" BBC News, June 28, 2002. Accessed on August 21, 2007.
  3. http://www.seronet.info/breve/ouganda-les-etats-unis-et-la-france-denoncent-19659
  4. "Loi anti-gay en Ouganda, Obama dénonce en projet odieux", Le Parisien, 4 février 2010.
  5. « Ouganda : vote d'une loi anti-homosexuelle radicale », in Le Figaro, samedi 21 / dimanche 22 décembre 2013, page 10.
  6. http://www.france24.com/fr/20140224-president-ouganda-promulgue-controversee-loi-anti-gay-homosexualite/ Le Président ougandais promulgue la très controversée loi anti-gay, France 24, 24 février 2014
  7. "Ugandan 'gay' name list condemned" BBC News, September 8, 2006. Accessed on August 21, 2007.
  8. "Uganda" Country Reports on Human Rights Practices 2006. United States Department of State. Accessed on August 21, 2007.
  9. "Lesbian, gay, bisexual and transgender people" Amnesty International Report 2007 Uganda. Accessed on August 21, 2008.
  10. "Fine for Ugandan radio gay show" BBC News, October 3, 2004. Accessed on August 21, 2007.
  11. Un journal publie un Top 200 des homosexuels.
  12. "Uganda's Targeting of Gays and Ban on Same-Sex Marriage Condemned" Behind the Mask (African LGBT rights group). October 12, 2005. Accessed on January 29, 2008.
  13. "Uganda: Press Homophobia Raises Fears of Crackdown" Government Campaign Against Gay and Lesbian Community Escalates Human Rights Watch. September 8, 2006. Accessed on August 21, 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]