Droits LGBT au Guyana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Localisation du Guyana.

Le Guyana est le seul pays d'Amérique du Sud où les actes homosexuels sont encore illégaux[1].

Code pénal[modifier | modifier le code]

Selon le code pénal du Guyana, « l'outrage à la pudeur » commis par un homme sur un autre homme, que ce soit en public ou en privé, sera puni de prison jusqu'à deux ans[2],[3].

Pour une tentative de sodomie (« buggery »), la sanction est de dix ans de prison, et pour une relation sexuelle anale, une sentence de prison à vie est possible[4],[3].

Loi contre les discriminations[modifier | modifier le code]

En décembre 2000, le Parlement guyanais a approuvé à l'unanimité un amendement à la Constitution qui interdirait en partie la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle, mais les pressions de chefs religieux avant les élections de mars 2001 ont poussé le président Bharrat Jagdeo à refuser cet amendement[5].

Un nouvel amendement ne contenant que la clause qui concerne l'orientation sexuelle est soumis au Parlement en 2003[5].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Daniel Ottosson, « State-sponsored Homophobia: A world survey of laws prohibiting same sex activity between consenting adults », International Lesbian and Gay Association (ILGA),‎ mai 2009 (consulté le 2009-05-19), p. 45
  2. (en) « Criminal Law (Offences) Act », L.R.O. 3/1998,‎ 2007 (lire en ligne)§ 352
  3. a et b (en) Bruno Gmünder, Spartacus International Gay Guide 2007, Berlin, Bruno Gmünder Verlag,‎ 2007 (ISBN 9783861877738), p. 1217
  4. (en) « Criminal Law (Offences) Act », L.R.O. 3/1998,‎ 2007 (lire en ligne)§ 353-354
  5. a et b (en) « Constitution (Amendment Number 2) Bill No. 9 of 2003 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Government Information Agency, 2003-07-18. Consulté le 2009-01-25