Droits LGBT en Russie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gaypride à Moscou en 2008.

Les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) en Russie peuvent faire face à des difficultés légales que ne connaissent pas les résidents non-LGBT, bien que quelques évolutions aient eu lieu au cours des deux dernières décennies. En 2008 (année où les hommes ayant des relations avec d'autres hommes avaient encore le droit de donner leur sang[1]), la Russie ne comptait plus de loi dirigée contre les personnes LGBT mais bien que l'homosexualité masculine ait été décriminalisée en 1993, les autorités n'ont pas mis en place de législation contre les discriminations ou les persécutions fondées sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre. La situation tendrait même à s'inverser puisqu'en 2013, un texte de loi interdisant « l'information du public au sujet des relations sexuelles non traditionnelles » est voté[2].

Principaux aspects[modifier | modifier le code]

  • La majorité sexuelle est portée à seize ans depuis 2003, quelle que soit l'orientation sexuelle.
  • Les personnes transsexuelles et transgenres peuvent changer de genre légal qu'après avoir suivi la procédure médicale correspondante depuis 1997[3].
  • L'homosexualité a été officiellement retirée de la liste russe des maladies mentales en 1999 (après que la liste de codes CIM-10 ait été adoptée).
  • Il n'y a pas de reconnaissance des unions homosexuelles en Russie, le mariage homosexuel y est, de surcroît, illégal. La population soutient à 14 % les mariages homosexuels en 2005[4],[5].
  • Les célibataires peuvent adopter des enfants, quelle que soit leur orientation sexuelle, mais seuls les couples mariés peuvent adopter en tant que couple[6].
  • Officiellement, les homosexuels peuvent servir dans l'armée depuis 2003 mais ils y sont mal accueillis.
  • Depuis 2013, « l'information au sujet des relations sexuelles non traditionnelles auprès des mineurs » est interdite par la loi[2].

L'opinion publique sur les sujets et les personnes LGBT apparaît contrastée. En effet, d'après un sondage de 2005, 43,5 % des Russes sont favorables à la recriminalisation des relations homosexuelles entre adultes consentants[4]. Cependant, 42,8 % des Russes soutiennent l'interdiction légale des discriminations fondées sur l'orientation sexuelle[4]. Une communauté LGBT visible existe, principalement dans les plus grandes villes comme Moscou et Saint-Pétersbourg.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. "Russian Health Ministry Ends Ban on Blood Donations by Gays"
  2. a et b [1]
  3. Igor Petrov et Ksenia Kirichenko, "Discrimination based on sexual orientation and gender identity in Russia", rapport par le Moscow Helsinki Group en coopération avec le Russian LGBT Network, 2009.
  4. a, b et c "Public opinion poll: Majority of Russians oppose gay marriages and a gay President but support ban on sexual orientation discrimination", GayRussia.Ru, 2005-05-19
  5. "Same-Sex Marriage Nixed By Russians", Angus Reid Global Monitor, 2005-02-17
  6. L'adoption est entourée par le Code de la famille et la loi fédérale russes. Aucun de ces textes n'interdit ou ne restreint l'adoption aux homosexuels, mais seuls les couples mariés peuvent faire une demande d'adoption en tant que couple (article 127.2 du Code de la famille de Russie). Dans le cas des célibataires, un juge prend la décision.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]